[Test] Forza Horizon 5 : une formule qui s’essouffle déjà ?

Après l’Australie dans Forza Horizon 3 et le Royaume Uni dans Forza Horizon 4, direction le Mexique. Jeu de courses en monde ouvert avec un gameplay arcade, la formule Forza Horizon est connue de toute et tous. A l’instar d’autres triple A dans d’autres genre, est-ce que le bébé de Playground Games à atteint ses limites et ne commencerais pas à tourner à rond ? Réponse dans un test qui sent bon la pinata et les tacos.

Test et screenshots réalisés à partir d’une version physique commerciale achetée par mes soins sur Xbox Series X.

Reconnu comme étant une superstar depuis les évènements de Forza Horizon 4, le Festival vous invite à vous rendre au Mexique afin d’aider les organisateurs à s’implanter dans ce magnifique pays et lancer une nouvelle itération du célèbre show. Au programme de ce nouvel épisode : des courses sur routes, sur terre, des trésors de granges et tout ce qui fait de Forza Horizon depuis le 3 l’une des meilleures licence de jeux de courses qui soit. Parce que je n’ai pas besoin de vous expliquer à nouveau ce qu’on va y faire pendant un sacré paquet d’heures si comme moi vous avez séché un Forza Horizon précédent, puisque la formule n’a pas évoluée d’un iota. Juste la façon d’amener le programme, ce qui permet tout de même de varier les plaisirs, mais cela s’arrête là. Tout ce que vous ferez dans ce Forza Horizon 5, vous l’avez déjà fait dans les précédents avec quelques petites variations bien entendu pour essayer d’éviter toute forme de redondance que ce soit. En ce qui me concerne, cela ne me dérange pas, puisque je ne joue pas à un Forza Horizon d’un épisode à l’autre pour y voir constamment une révolution en interne.

Donc cette fois ci, vous allez aider l’organisation du Festival à s’implanter dans toute la carte et ainsi pouvoir dérouler son programme. Pour cela, vous allez devoir remporter des points de distinction (que je vous explique plus bas). Si au début de l’aventure, on ressent bien la liberté de pouvoir bien choisir ce que l’on veut faire, une fois l’entièreté du programme déverrouillé (ce qui arrive très très vite), on se retrouve alors avec une carte bien garnie d’épreuve en tous genre que l’on enchaînera ad vitam eternam sans vraiment ressentir la moindre excitation que ce soit. Même si il faut noter qu’enfin, notre personnage parle ! Hé oui ! Ce qui nous permet de nous immerger un peu plus dans notre aventure.

Si je joue à un Forza Horizon, et je vais très certainement me répéter par rapport au Test du précédent épisode, c’est pour son monde ouvert, ses voitures et surtout, sa bande son. Une fois de plus, je suis servi dans mes attentes. Même si, je note qu’en ce qui concerne la bande son, il manque un certain goût de folie qu’il y avait dans Forza Horizon 3 (un peu moins dans le 4 mais bien présent), que je ne retrouve pas ici, surtout dans ma station de radio préférée : Bass Arena. C’est pourquoi j’ai eu tendance à zapper de temps à autre sur les autres stations de radio et c’est le même constat qui s’est fait en tête : ça manque de folie et c’est l’une de mes premières déceptions sur cet épisode. Pour être franc avec vous, il m’arrive encore d’écouter la bande son de Bass Arena de Forza Horizon 3 (y compris durant l’écriture de ce Test). D’ailleurs, me vient une idée : pourquoi ne pas proposer le choix de remettre la bande son de précédents épisodes lors des prochains épisodes ? Cela ne me dérangerais aucunement et décuplerais même mon plaisir de jeu.

Tout ce qui était déjà dans Forza Horizon 4 est de retour dans ce 5ème opus. Du changement de saisons chaque semaine le jeudi (printemps, été, automne et hiver), aux épreuves multijoueur comme l’Eliminator, le studio à vraiment voulu nous offrir une continuité d’un épisode à l’autre même si il y a tout de même quelques nouveautés ici et là comme les distinctions et les récompenses constructeurs. En ce qui concerne les distinctions, il s’agit de vous offrir des récompenses suivant vos actions. Comme par exemple accomplir une course et la gagner vous offrira deux distinctions faisant croître votre niveau de distinction. En ce qui concerne les récompenses constructeurs, il s’agira juste de récupérer les voitures d’un même constructeur afin de toujours repartir avec des récompenses. Pour finir, je n’ai pas besoin de rappeler qu’il y a toujours les tirages à la roulette (et sa variation en mode super où l’on tire trois gros lots en même temps) nous offrant soit une tenue vestimentaire, une voiture ou de l’argent. Bref, la formule habituelle.

Graphiquement parlant, c’est tout simplement magnifique. De jour comme de nuit, en balade libre et en courses, c’est simple : on en prend constamment plein la gueule, tout le temps, partout. Même si le moteur graphique est toujours le même, Forza Horizon 5, bien qu’il soit identique par rapport au 4, jouit cette fois-ci du 60 fps que propose la Series X et c’est tout simplement un confort visuel plus qu’appréciable et qui me permet de vous dire que j’ai encore pris une claque manette en main.

Du côté de la technique, mis à part les soucis de serveur à cause d’une trop grande influence (plus de 8 millions de joueurs à date du 14 novembre, ce qui en fait le plus gros lancement pour Xbox), merci le Game Pass au passage, je n’ai rien à noter de particulièrement négatif de ce côté là. Pas de freezes, pas de ralentissements, pas de bugs bloquants, même si j’ai un petit grief qui à littéralement plombé en partie mon plaisir de jeu. C’est l’IA. Je ne vais pas y aller par quatre chemins mais l’IA (les drivatars donc) sont complètements cons comme des manches à balais en balade libre où tout simplement pour eux, vous n’existez pas et vous rentre dans le lard à chaque fois. Pourquoi ne pas proposer le fait de pouvoir passer au travers comme dans Forza Horizon 4 ? C’est tout simplement incompréhensible que cette feature ne soit gardée que lors des zones de drift et de vitesse mais pas en balade libre… Une fois en course, c’est pire, puisqu’ ils ne font que suivre leur petit tracé et cela s’arrête là. Il n’y a pas de piquants lors des courses, pas d’accidents qui pourraient pimenter la course, le seul moyen de « perdre », c’est de rater un checkpoint et d’être téléporté en arrière, vous laissant vous faire doubler par la petite file indienne. Cela à donc provoquer une certaine monotonie dans les courses où j’ai fini par abaisser la difficulté d’un petit cran, histoire de ne pas perdre trop de temps et ainsi avancer un poil plus vite. Ce qui a en partie résolu le souci de cette IA absolument détestable à souhait, puisque les courses étaient donc plus faciles et bien plus agréables à accomplir.

Ce ce qui concerne la durée de vie, cela reste à votre discrétion. Si j’ai plus de 42 heures et quelques minutes pendant l’écriture de ce test, je sais que je vais poncer les épreuves solo et le relancer une fois par semaine pour découvrir les évènements du Festival si cela peut me permettre de mettre la main sur de nouvelles voitures aussi mythique que la Delorean. Je ne dirais pas non pour mettre la main sur la fameuse Pontiac Firebird Trans Am de la série K2000… J’ajoute tout de même que je trouve ce Forza Horizon 5 solide en terme de durée de vie dans son solo mais dans le même temps, je le trouve moins rempli qu’à l’accoutumée.

J’en viens enfin à vous donner mon avis. Si Forza Horizon 5 est identique à Forza Horizon 3 et 4, et donc que sa formule n’a que très peu évoluée, voir même pas évoluée du tout, le plaisir d’y joué est toujours intact. Dire de Forza Horizon 5 qu’il est décevant serait donc, de vous à moi, de dire que les deux précédents le sont aussi. Hors, même encore maintenant, la formule instaurée depuis le troisième opus fonctionne toujours aussi efficacement, que ce soit en solo où dans le programme mis en place par le studio pour faire vivre son jeu (comme par exemple le fait de pouvoir mettre la main sur la Delorean via un système d’épreuves et de points). Le plaisir de reprendre la manette est donc toujours présent et mes 42 heures ont été jusque là un plaisir de tout les instants. Même si, hélas, j’espère que pour le prochain épisode, il y aura un changement soit dans la douceur ou soit drastique. L’idée du Festival est efficace et fonctionne toujours aussi bien, sauf qu’à un moment donné, je pense que la saga peut nous proposer quelque chose de différent qu’un Festival dans un pays, avec toujours ses mêmes épreuves. Pour l’instant, le charme opère donc toujours autant, mais je ne suis pas sûr que pour la suite, mon avis reste le même. Qu’on se comprenne bien, je ne demande une révolution pure et simple mais le souci, c’est qu’il est normal de se lasser d’une formule certes efficace mais qu’on refait encore et encore d’un épisode à l’autre.

Oh qu’elle est belle cette Delorean ❤

Ce que j’ai aimé :

  • L’introduction, ultra spectaculaire
  • Le doublage VF de Scott Tyler de la radio Bass Arena
  • Toujours autant une claque graphique, que ce soit sur One S et maintenant sur Series X
  • Les histoires du festival
  • Un Forza Horizon enfin en 60 fps, ça fait un bien fou !
  • Une durée de vie toujours aussi hallucinante, y compris en mode solo
  • Notre perso qui parle enfin !
  • Le mode photo !

Ce que j’ai moins aimé :

  • L’IA des Drivatars, conne comme un manche à balais
  • Une bande son moins inspirée que dans les précédents opus
  • Le Mexique, j’ai un peu de mal à y voir le pourquoi du comment de la destination
  • Les serveurs en rade au day one, merci le Game Pass 🙂

Son Appréciation

Si je pouvais définir ce Forza Horizon 5, ce serait bien la continuité. Si comme moi, vous avez adoré Forza Horizon 3 et 4 et que refaire la même chose dans celui-ci ne vous dérange pas, alors vous devriez à nouveau en avoir pour votre compte. Même si, doucement mais sûrement, la formule commence déjà à s’essouffler, Forza Horizon 5 reste toujours le meilleur jeu de courses en monde ouvert de sa catégorie. Il serait donc, de la part du studio, temps de se bouger pour garder ce statut pour le ou les prochains opus et ne pas rester sur un acquis qui commence à me lasser. Puisque c’est bien connu : quand on est le meilleur, on cherche toujours à le rester, par n’importe quel moyen, non ?

Sources

Xboxygen : Forza Horizon 5 : déjà 8 millions de joueurs, le plus gros lancement pour Xbox !

4 commentaires

  1. Malheureusement, j’ai des soucis sur PC, malgré une configuration optimale. Le jeu crash très souvent, et impossible de faire plus d’une heure de jeu…

    Aimé par 1 personne

      1. Après, je m’éclate bien dessus 🥰 Juste que la formule commence doucement à tourner en rond, rien de bien méchant ^^

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s