[Test] Alan Wake Remastered : un chef d’œuvre marqué par les stigmates du temps ?

Sorti en exclusivité sur Xbox 360 en 2010, voilà qu’Alan Wake sort dans une version Remastered 11 ans plus tard entre autre sur PS5 (mais également sur Xbox, PS4 et PC). Il aura donc fallu plus d’une dizaine d’années pour que le chef d’œuvre du studio Remedy puisse se faire découvrir par un autre public. Déjà accompli lors de sa sortie originale, j’avais à cœur de me replonger dans un titre qui m’avait marqué sur Xbox 360. Sauf qu’entre temps, l’eau à couler sous les ponts…

Test et screenshots basés à partir d’une Version PS5 commerciale achetée par mes soins.

L’histoire racontée dans Alan Wake se veut être comme dans les habitudes du studio Remedy : originale, bien écrite et captivante. Dans Alan Wake, vous incarnez un célèbre écrivain parti en vacances aux côtés de sa femme dans la petite ville de Bright Falls. Alors que le couple s’installe dans leur petit chalet et se disputent, ils se feront attaqués par une mystérieuse force surnaturelle. C’est alors le point de départ d’un véritable cyclone d’évènements qui mettront Alan Wake au devant de ses responsabilités, lui qui n’a qu’un seul objectif : sauver sa femme coûte que coûte. Une histoire pensée en 6 épisodes de séries TV avec tout le barda narratif que cela implique : cliffhanger à la fin de chaque épisodes et résumé de l’épisode précédent. Chaque épisodes vous demanderont de 2h30 à 3 heures pour en voir le bout, ce qui représentera en moyenne entre 10 à 12 heures de durée de vie sans les deux extensions présentes sur la galette, je parle de « Le Signal » et « l’Ecrivain », même si il faut noter l’absence de la troisième extension : American Nightmare. Je n’ai absolument rien à dire de négatif sur le scénario, son écriture, sa narration et sa mise en scène puisque même 11 ans après sa sortie initiale, Alan Wake reste d’une efficacité à toute épreuve, dont celle du temps. Remedy avait à l’époque réussit le tour de force qu’il avait reproduit dans Quantum Break (en poussant beaucoup plus loin la formule série télé), c’était de nous proposer une œuvre inspirée à la fois des codes de la série télé, de se les approprier et d’en faire ressortir un univers inédit, qui nous aspire alors dans son monde pour en découvrir le fin mot de l’histoire. Ce qui est encore le cas dans ce Remastered.

En terme de gameplay, Alan Wake est un Survival Horror en vue TPS (third person shooter) et vous demandera de vous servir de votre lumière et de vos nombreuses armes pour en découdre avec les multiples ennemis qui vous barreront le chemin. Et de ce côté là, il faut bien avouer qu’Alan Wake regorge d’éléments loin d’être en sa faveur. J’ai accompli une nouvelle fois ma partie en normal et côté difficulté, j’ai eu la désagréable impression d’être limite dans un Dark Souls Like tant la difficulté y est extrêmement mal calibrée. En effet, vos ennemis sont plus nombreux que vous, infligent énormément de dégâts, apparaissent très souvent dans votre dos et ce, quasiment sur votre dos sans vous laisser la chance de pouvoir les esquiver. De plus, sachez qu’à chaque début de nouvel épisode, vos denrées (munitions, armes, objets de défense) sont réinitialisés, oui oui ! Ce qui, d’un point de vue logique, n’a absolument aucun sens. Particulier, non ? En résulte alors un gameplay et un plaisir de jeu coincé entre deux chaises. Si durant les deux premiers épisodes, le plaisir de jeu est bien présent, ce dernier se dégrade au fur et à mesure et j’ai fini par ressentir une certaine lassitude à cause d’une répétitivité dans les situations. On court, on se bat, on se réfugie dans la lumière pour reprendre des forces et activer un point de contrôle, on court, on se bat et ainsi de suite. Pour être tout à fait, je ne me suis seulement accroché pour le scénario et rien d’autre, ce qui est un peu dommage pour un Jeu Vidéo.

Du côté des graphismes, si en 2010, Alan Wake était vraiment magnifique, il a pris un léger coup de vieux en 2011, même si il faut saluer le travail de remasterisation opérée sur cette version. En effet, pour un « simple » Remastered, je trouve que le travail est exemplaire et permet tout de même un certain confort visuel, en ce qui concerne les visages, les effets de lumières ainsi que les panoramas, Alan Wake Remastered se laisse reluqué sans que ce ne soit vilain. Alors oui, Alan Wake à quand même 10 ans dans les jambes mais reste relativement joli. De plus, sur PS5, le 60 fps fait beaucoup de bien au titre et nous permet une fois de plus un confort certain.

En ce qui concerne la technique, mis à part quelques ralentissements ici et là, je n’ai absolument rien à dire de négatif. Pas de bugs ni de freezes. La DualSense est prise en charge, tant dans ses vibrations que ses gâchettes adaptatives et on « ressent » quand on recharge une arme à feu où que l’on dirige le faisceau de notre lampe torche sur un ennemi. Au passage, on commence à s’habituer mais aucun temps de chargement n’est à déplorer, rajoutant donc une nouvelle fois un confort non négligeable.

Mais alors, qu’est-ce que pense de cette version Remastered ? Un gameplay malheureusement daté, un équilibrage dans la difficulté qui fait que j’ai vite ressenti une certaine lassitude, ainsi que la disparition pure et simple des nombreuses et vraies publicités (qui offraient alors un surplus d’enracinement dans notre monde à nous) ternissent le retour du personnage créé par le studio Remedy. Néanmoins, il me faut quand même vous dire que cette version qui permet enfin à Alan Wake d’être disponible sur tous les supports est une excellente idée de la part du studio si il travaille sur une suite (ce qui n’est pas une certitude à l’heure actuelle). Si vous n’avez jamais eu l’occasion de vous y plonger et que les histoires fantastiques vous attirent, vous pouvez foncer les yeux fermés, encore plus si comme moi, vous avez un faible pour Stephen King dont le studio s’est allègrement inspiré pour son chef d’œuvre marqué par le passage du temps. Parce qu’hélas, oui, Alan Wake à un peu (mal) vieilli dans son gameplay, nous renvoyant alors en 2010. Mais au vu du travail de remasterisation abattu ainsi que le prix auquel est vendue cette version PS5, j’espère de tout cœur que le studio nous prépare bien un retour de son célèbre écrivain, puisqu’on ne sort pas un Remastered de la sorte sans avoir une feuille de route bien établie derrière…

Ce que j’ai aimé :

  • Un scénario, une narration et une mise en scène toujours aussi culte
  • Alan Wake, d’un charisme fou
  • La bande son, que ce soit Poet Of The Falls ou Old Gods of Asgard
  • Le doublage français
  • Le travail de remasterisation abattu qui force le respect

Ce que j’ai moins aimé :

  • Un gameplay malheureusement daté :/
  • Un équilibrage en terme de difficulté (très) mal dosé
  • Plus j’avançais dans l’aventure, plus je ressentais une certaine lassitude
  • Pas de mode photo
  • L’absence de la troisième extension « American Nightmare »
  • La suppression des vraies publicités, c’est un peu dommage

Son Appréciation :

Jusqu’alors exclusif à la Xbox 360, Alan Wake débarque 11 ans après sa sortie sur PS4 et PS5 dans une version Remastered ne dénaturant pas tant que cela l’oeuvre originale. Mis à part un gameplay daté et une difficulté mal dosée, pouvoir se replonger dans un chef d’oeuvre qui m’avait jadis marqué fait un bien fou. Malgré le fait d’avoir supprimé les vraies publicités et l’absence de la troisième extension, cette version Remastered respecte donc le matériel qu’elle restitue dans un certain respect et nous offre alors une nouvelle chance de pouvoir se (re)plonger dans le chef d’oeuvre de Remedy. A quand la suite maintenant ?

2 commentaires

  1. J’étais assez intriguée, tant j’en entends parler. Mais entre l’aspect survival horror, et la difficulté mal calibrée, je ne suis pas sûre que ça soit ma came. Quoiqu’il en soit, merci pour ton test !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s