[Test] Kena Bridge Of Spirit : LA surprise de cette fin d’année 2021 ?

Développé et édité par le studio Ember Lab, Kena Bridge Of Spirit à su créer un engouement lors de son annonce en juin 2020. Repoussé à plusieurs reprises, Kena est enfin sorti le 21 septembre dernier sur PS4, PS5 et PC. Après l’avoir accompli, je vous propose donc mon avis sur un titre qui était plus qu’attendu au tournant. Le studio a t’il réussi l’exploit de ne pas nous décevoir ? Il se peut que l’on tiens un petit bijou doublé d’une vraie et réelle belle surprise…

Test et screenshots réalisés à partir d’une Version PS5 dématérialisée fournie par le studio Ember Lab, que je remercie infiniment. Aucun spoils n’est présent dans ce Test.

Personne ou presque ne connaissait le studio Ember Lab avant qu’il n’annonce son premier Jeu Vidéo. Mais le studio à un passif impressionnant. En effet, jusqu’à présent le studio était connu pour avoir réalisé des spots publicitaires ainsi qu’un trailer fan film sur The Legend of Zelda Majora’s Mask appelé Terrible Fate. Sauf qu’un jour, le studio se lance dans le développement de son premier Jeu Vidéo et à donc travailler dessus pendant de longues années. Kena Bridge Of Spirits est annoncé en 2020 puis est sorti le 21 septembre dernier. Suscitant une attente et un engouement certain, sa sortie fut aussi « entachée » par un petit scandale bien franco français. Bref, Kena n’est pas sorti dans l’anonymat complet et avait donc la lourde mission de combler la (très) forte attente placée en lui.

Dans Kena Bridge Of Spirits, vous incarnez Kena. Attirée par un mal mystérieux ayant ravagé un village devenu entre temps inhospitalier, Kena à un don qui lui permet de voir et parler aux esprits. Armée d’un bâton aux allures de lance, Kena se lancera dans une quête visant à faire toute la lumière sur les terribles évènements avant son arrivée. Aidée alors de ses pouvoirs, elle fera la rencontre de bien étranges créatures appelées « Rot » qui lui prêteront main forte dans son exploration et les nombreux combats qui l’attendent. C’est peu ou prou le postulat de départ, toujours sans aucun spoils.

Si le scénario et son écriture reste classique et raconte une histoire certes très efficace mais qui s’est déjà vu dans d’autres œuvres, Kena Bridge Of Spirit comble cette faiblesse par sa narration qui vous racontera son histoire au gré de votre avancée. Et le moins que je puisse vous dire, c’est que l’histoire est touchante, maitrisée et restera dans un coin de mon petit cœur tant les propos me touchent et font mouche.

Si l’histoire est réussie, le gameplay n’est pas en reste non plus. A partir d’un hub central, vous partirez à l’aventure aux quatre coins de la carte et vous vous servirez de vos capacités afin de mener des combats entre deux phases de grimpette. Il vous faudra également résoudre des énigmes à l’aide de vos Rot ainsi que le simple fait d’observer votre environnement. Là encore, rien de bien novateur, puisque l’on est habitué(e)s à une boucle de gameplay vu ailleurs mais qui se démarque avec brio dans Kena Bridge Of Spirit. Plus on avance dans l’aventure, plus les termes comme « Metroid-vania like » apparaissent alors dans notre tête, puisque Kena, dans sa construction, y fait fortement penser, puisque aussitôt une nouvelle capacité débloquée, aussitôt de nouvelles possibilités émergent, nous permettant alors d’accéder à de nouvelles zones jusqu’à alors interdite.

Graphiquement parlant, les screenshots seront plus parlants que mes propos mais Kena Bridge Of Spirits est très clairement une claque absolue, du moins pour un titre indé. Que ce soit les phases de jeux ou bien dans les cinématiques, Kena Bridge Of Spirit est littéralement un film d’animation digne des studios Dreamworks ou Pixar. De ce fait, Kena Bridge Of Spirit invite souvent à la contemplation de ses magnifiques paysages (avec en plus la possibilité de jouer avec un mode photo qui aurait gagner à plus de possibilités) mais je suis littéralement tomber dans son piège puisque les personnages donnent tous l’impression d’être véritablement vivants, surtout Kena et ses petits compagnons de fortune, les Rots, de parfaites petites boules de poils noires amusantes, attachantes et toute mimi.

Etant un titre indé, on aurait pu croire que le bât pourrait blesser sur le plan technique… Et il n’en est absolument rien. Mis à part un ou deux ralentissements sporadiques et un bug où j’ai vu deux ennemis bloqués dans le décor, Kena Bridge Of Spirit est d’une propreté sidérante, témoignant du désir ardent de son studio à nous délivrer une expérience irréprochable.

Quant à la bande son, celle-ci oscille entre les mélodies douces et celles plus énergiques, notamment lors des combats. Sans vouloir rentrer dans les détails mais l’utilisation de certains sons renseignent parfois sur ce que l’on va tomber plus loin. Il faut également savoir que Kena est en VOSTFR (Version Originale Sous Titrée en Français) et le doublage anglais fait des merveilles. De plus, sur PS5, la DualSense est prise en charge et se sert de ses gâchettes pour simuler notre arc ou bien de ses vibrations pour nous indiquer qu’un Rot se cache pas loin dans le décor. Cela reste timide mais fait dans l’efficacité la plus pure.

Maintenant que le tour du propriétaire est fait, il est maintenant temps de vous donner mon avis. Mais avant ça, il me faut être parfaitement franc avec vous. Si j’ai débuté mon aventure dans la difficulté normale, j’ai vite dû prendre la décision de la baisser en facile, la faute à un équilibrage un peu trop prononcé dans le difficile, même dans sa difficulté par défaut. Et comme je n’ai pas le temps de m’attarder ces derniers temps, j’ai pris la décision de mettre ma partie en facile, ce qui m’a permis d’avancer dans un confort certain, du moins en terme de difficulté, même si cela joue fortement sur la durée que j’ai eu pour voir arriver le générique de fin. Lequel est arrivé en 14 heures de jeu. Voilà qui est dit.

En ce qui me concerne, je n’attendais pas plus que cela ce Kena Bridge Of Spirit. La faute étant que j’ai un peu de mal avec les titres indés qui n’essayent jamais de dépasser leur statut de JV développés à partir d’un petit budget et s’arrêtent juste en surface. Mais le studio Ember Lab n’est pas tombé dans ce piège et à su aller au delà pour nous offrir un titre certes classique, qui ne fait que nous proposer la même boucle de gameplay vue dans d’autres œuvres mais se démarque et nous offre une aventure singulière, touchante et j’ose même le terme : inédite. Pas en terme de conception mais bel et bien en terme d’exécution. Et pour une première, le studio Ember Lab à compris ce qu’il se faisait de mieux dans le JV moderne et récite donc avec brio une leçon savamment bien retenue en ne s’arrêtant pas en si bon chemin et se permet donc de nous offrir une œuvre ayant une réelle personnalité. Bien qu’imparfait, Kena Bridge Of Spirit nous offre alors un très bon moment manette en main et reste en tête une fois arrivé à la fin. Les deux seuls défauts que j’aurais à émettre, c’est bien sur l’équilibrage de sa difficulté, qui peut surprendre (la preuve, j’ai baissé la difficulté). Mais également que j’aurais bien aimé avoir un doublage en français, qui aurait alors pu permettre au studio de sublimer son œuvre. Mais je comprend également, dans le même temps, qu’il était peut être impossible pour Ember Lab de pouvoir le faire, étant donné le cout exorbitant d’une telle feature. Cela n’entache pas mon expérience au vu de l’immense prouesse abattue par le studio pour son premier JV.

Ce que j’ai aimé :

  • Kena, attachante et touchante (mais aussi très badass)
  • Les Rots, de petits compagnons bien amusants
  • Une histoire efficace, bien écrite
  • Une boucle de gameplay maîtrisée
  • Une prouesse graphique sans commune mesure
  • Le mode photo
  • Bien que court, j’en redemande encore

Ce que j’ai moins aimé :

  • L’équilibrage au niveau de la difficulté, même en normal, ça peut surprendre
  • J’aurais aimé un doublage français !

Son appréciation

Kena Bridge Of Spirits aurait pu décevoir au vu de la grosse attente qu’ont placé les joueurs envers lui et son studio pour qui c’était son premier Jeu Vidéo. Et la déception aurait été d’autant plus grande. Sauf qu’Ember Lab n’est pas tombé dans le piège et a su nous offrir une œuvre vidéoludique (sa première !) classique, réutilisant à sa manière une formule de gameplay que l’on ne connaît que trop bien. Cela avec brio. Kena Bridge Of Spirits est une bouffée d’air, une aventure maitrisée et intelligente qui se permet de s’offrir une identité unique et inoubliable. Je le dit comme je le pense mais Kena Bridge Of Spirits décroche donc le coup de coeur du blog tant il est véritablement LA surprise de cette fin d’année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s