[Test] Lost Judgment : Jusqu’où ira le studio RGG ?

Disponible depuis le 21 septembre dernier partout à travers le monde (une première pour le studio !), Lost Judgment est la suite directe de Judgment, spin-off de la saga Yakuza. Alors que la série principale est partie vers le RPG au tour par tour, la série dérivée garde, elle, l’ancienne formule du beat them all. Avec brio ?

Ce Test (ainsi que les screenshots) se base à partir de mon expérience sur une Version PS5 physique fournie par Koch Média, que je remercie encore et toujours pour leur inconditionnelle confiance. Aucun spoils n’est à noter dans ce Test.

Avant toute autre chose, je vous propose de (re)lire le Test de Judgment sur PS5, histoire de se la jouer un peu comme dans les séries TV et leur fameux « Previously in » :

Lire le Test de la Version PS5 de Judgment

Maintenant que la piqûre de rappel est passée, il est temps de se lancer dans ce Lost Judgment. Trois ans ont passés depuis les évènements survenus dans le premier épisode. Yagami et son acolyte Kaito continuent leur petit bonhomme de chemin et poursuivent leur objectif de résoudre des affaires aux quatre coins de Kamurocho. Sauf qu’un jour, le duo est contacté par une connaissance les invitant à se rendre dans la ville de Yokohama, celle là même qui a vu les péripéties d’un certain Ichiban. On y retrouve alors Sugiura et Tsukomo qui ont montés leur propre agence de détectives privés. Dans le même temps, le procès d’un certain Ehara, arrêté pour un grave délit, sera l’occasion pour l’accusé de mettre un coup de pied dans la fourmilière de la Justice japonaise. Le point de départ d’un scénario d’une écriture redoutable, d’une fluidité exemplaire, qui une fois qu’il nous a attrapé, ne nous lâche pas du début jusqu’à la fin. Une histoire comme je les aime, puisqu’à plusieurs reprises, elle m’a fait réfléchir sur les différents thèmes qu’elle évoque, et ce avec une certaine justesse dans ses propos.

Alors que le quatuor enquête au sein du lycée Seiryu, il sera contacté et entrainé dans une spirale qui ne se résoudra qu’à sa toute fin. Sans vous spoiler, c’est ainsi que l’on pourrait résumer les trois premières heures de Lost Judgment. En ce qui concerne le scénario pur, Lost Judgment permet de rehausser le niveau déjà bien grand, d’un cran voir deux (ou trois) des précédentes œuvres du studio. En souhaitant mettre en avant des thèmes de société important au Japon, comme le harcèlement scolaire, l’inaction de la Justice ainsi que la corruption généralisée des instances censées protéger les citoyens du pays, le studio offre alors à sa suite une véritable identité, se démarquant sensiblement des œuvres vidéoludiques du moment.

De plus, j’ai été véritablement surpris du courage qu’à eu le studio en allant très loin dans ses propos, en nous les exposant avec une justesse et une intelligence sans pareil dans le paysage vidéoludique actuel. Un scénario, une écriture, une narration et une mise en scène exemplaire, voilà comment je qualifie ce Lost Judgment.

Au niveau du contenu secondaire, rassurez vous, c’est toujours bourré à ras bord. Entre les quêtes secondaires situées à Kamurocho et à Yokohama (sans oublier celles des deux agences), les quêtes Town-go qui vous demanderont la même chose que dans le précédent volet (manger et boire tout les plats et toute les boissons dans tous les bars et restaurants, marcher un certain nombre de km et ainsi de suite). Lost Judgment vous demandera également de venir en aide aux lycéen(e)s de Seiryu dans des quêtes qui leur sont dédiées. Entre le club des mystères, celui de la danse ou celui du club ESport, vous allez devoir arpenter le lycée en long, en large et en travers.

Au niveau des combats, vous allez pouvoir alterner entre trois styles de combat bien distincts, dont un tout nouveau, tout beau. Celui de la grue, celui du tigre (mon préféré) et enfin le nouveau, celui du serpent, qui est avant tout celui qui se veut être non létal. Vous pourrez toujours acheter des capacités pour les combats avec vos PA, tradition oblige. De plus, le studio à souhaiter nous offrir plus de profondeur dans notre exploration, afin que nous puissions réellement ressentir ce que cela fait d’être un détective privé. Pour cela, l’infiltration, le parkour, la filature ou la course poursuite ont été revues et approfondies. De plus, de nouveaux gadgets viennent prêter main forte au drone. Combinés, toute ces nouvelles choses nous offrent alors une immersion qui fait un bien fou et qui nous happent une fois notre partie (re)lancée.

Graphiquement parlant, Lost Judgment est identique à la version PS5 de Judgment, sortie plus tôt dans l’année. Le Dragon Engine fait toujours aussi bien son boulot et Lost Judgment reste magnifique dans ses cinématiques ou en pleine exploration, de jour comme de nuit. Je n’ai absolument rien à dire sur la partie technique. Pas de freezes, pas de ralentissements, ni de bugs quelconque, une prouesse habituelle du studio mais qui se surpasse au vu de la sortie mondiale de son titre. La bande son, quant à elle, est toujours aussi maitrisée, mention spéciale au main thème, que je trouve magnifique. Enfin, la durée de vie. En essayant de faire le plus possible de quêtes secondaires en tout genre et en faisant le scénario, j’ai accompli Lost Judgment en 45 heures dans la difficulté normale. Sachez qu’il me reste énormément de contenu qui m’attendent, tant dans les quêtes du lycée que dans les quêtes secondaires.

On en vient enfin à la partie où je vous donne mon avis. Lost Judgment est pour moi le coup de cœur que je n’attendais pas de cette fin d’année. Bien entendu, il ne pouvait en être autrement, compte tenu que les œuvres précédentes du studio testées sur le Blog sont toute reparties avec le petit macaron. Mais Lost Judgment fait encore plus fort selon moi. En traitant de sujets importants, avec en plus l’intelligence de nous laisser y réfléchir sans nous orienter vers une opinion précise, les propos que j’ai vu et entendu dans ce Lost Judgment mérite vraiment qu’on lui donne sa chance puisque ce genre d’œuvres vidéoludiques se fait de plus en plus rare selon moi. Néanmoins, j’aurais quand même deux reproches à émettre envers ce Lost Judgment.

Le premier concerne la qualité des sous titres en eux même. J’ai joué avec le doublage anglais et généralement, la traduction intégrale française était assez éloignée de ce qui se disait sur le moment. Peut être est-ce dû au fait que les sous titres se basent sur le doublage japonais ou est-ce dû à la sortie mondiale simultanée ? Le second reproche vise le didacticiel. Autant dans les premières heures, il ne gène pas, autant après plus de 30 heures de jeu, voir un message en bas de l’écran à droite visant à nous dire qu’il faut manger dans un restaurant pour récupérer de la vie est lassant à la longue et à nuit légèrement sur mon plaisir de jeu. Mais ces deux reproches pèsent aucunement sur le plaisir que j’ai eu durant mes 45 heures de jeu. Un scénario puissant, redoutable, intelligent, addictif, avec des personnages attachants et inoubliables, Lost Judgment me fait poser une petite question toute innocente. Mais jusqu’où ira Ryu Ga Gotoku Studio ? A chaque œuvre de leur part, le niveau est sans cesse repoussée et chaque fois, le studio monte en puissance pendant que d’autres peine à se renouveler.

Ce que j’ai aimé :

  • Le scénario, d’une intelligence et d’une puissance redoutable, respectant les codes à la perfection
  • Lost Judgment nous fait réfléchir avec des thèmes précis et souhaite nous interpeller sur des sujets assez graves, le tout avec une certaine intelligence et une justesse qu’il faut saluer
  • Yagami, toujours aussi badass
  • Des secteurs du gameplay approfondis, retravaillés nous offrant de quoi nous immerger dans le rôle d’un détective privé
  • Une durée de vie monstrueuse, sans jamais ressentir la moindre lassitude
  • La bande son en général, toujours aussi soignée
  • Le main thème, que je trouve magnifique
  • Un gameplay toujours aussi bien maitrisé
  • Toujours aussi addictif

Ce que j’ai moins aimé :

  • Je chipote, puisque je considère que ce ne sont pas vraiment des points négatifs mais je dirais la traduction française quant on y joue dans le doublage anglais ainsi que le didacticiel qui ne peut être désactivé et qui apparaît même après plus de 30 heures de jeu

Son appréciation

Je savais que Lost Judgment ne me décevrais pas mais je ne m’attendais pas non plus à ce qu’il soit aussi profond et juste dans ses propos sur certains travers de la société japonaise moderne. Si vous aimez les précédents titres du studio, foncez. Vous ne serez pas déçu(e)s. Mais si en plus, comme moi, vous aimez bien qu’une œuvre vous fasse réfléchir, alors comme moi, vous risquez de prendre une petite claque venue de nulle part. En ce sens, Lost Judgment décroche donc le Coup de Cœur du blog pour l’année 2021 et concourra pour être le Jeu de l’année du Blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s