[Test] Ghost Of Tsushima Director’s Cut : une édition vraiment indispensable ?

Sorti le 20 août dernier sur PS4 et PS5, Ghost Of Tsushima Director’s Cut nous propose une version rehaussée du dernier né du studio Sucker Punch. La question à laquelle on va tenter de répondre dans les lignes ci dessous c’est : est-ce vraiment une édition indispensable ?

Test réalisé à partir d’une Version PS5 dématérialisée fournie par PlayStation France que je remercie pour leur immense confiance. Screenshots réalisés à l’aide du bouton Create et ne concerne que l’extension de l’île d’Iki.

Lire La Critique de Ghost Of Tsushima sur PS4

Le Platine de la Version PS5

Si je ne vais pas revenir sur le scénario de Ghost Of Tsushima (je vous laisse pour cela consulter la critique de la version PS4 juste au dessus), je reviens sur les ajouts techniques et graphiques que la Version PS5 nous propose. Sachez que Ghost Of Tsushima s’affiche désormais en 4k/60 fps (il reste tout de même en 30 fps dans les cinématiques). Graphiquement parlant, et grâce notamment à son côté artistique si particulier, cette version PS5 reste identique à la version PS4.

Du côté de la prise en main, les fonctionnalités de la DualSense sont prises en charge, des vibrations au micro en passant par les gâchettes mais il faudra tout de même attendre l’extension et de débarquer sur l’Ile d’Iki pour découvrir que le studio nous à prévu deux (grosses) surprises de ce côté là.

En attendant, pour celles et ceux qui comme moi souhaitent à nouveau décrocher le saint Platine, vous serez surpris(e) (ou non) de découvrir que les réflexes que nous avions adoptés lors de notre périple dans la version PS4 en 2020 reviennent immédiatement. Pour les autres, vous pourrez récupérer le Platine sans trop forcer, si tant est que la manœuvre pour le faire ne vous donne de sueurs froides. Enfin, la liste des trophées étant identique par rapport à la version PS4, le décrocher de nouveau n’est qu’une partie de plaisir et refaire de zéro ce Ghost Of Tsushima le fut de tous les instants.

Enfin, en ce concerne cette version PS5, le SSD est pleinement utilisé et les temps de chargement lors du rechargement de sauvegarde ou lors des multiples téléportations ne se compte maintenant plus qu’en secondes (pour avoir tenter de compter, j’en étais entre 3 ou 4 secondes, hé oui !). Aucun problème technique n’est à noter, aucun freeze, aucun ralentissement, mes multiples sessions se sont toutes très bien passées.

L’extension de l’Ile d’Iki

Se situant narrativement entre l’acte 1 et l’acte 2 de Ghost Of Tsushima (je vais utiliser ses initiales GOT), cette extension nous emmène sur l’Ile d’Iki pour nous proposer de régler son compte à l’Aigle, une Mongole utilisant une drogue afin de torturer psychiquement ses ennemis et les forcer à se plier à ses quatre exigences. Au passage, l’ile d’Iki n’est pas étrangère à Jin Sakai et celui-ci va devoir faire face à son passé ainsi qu’à ses propres démons alors qu’il va devoir se battre contre l’Aigle et tenter de lever une petite armée afin de maximiser ses chances contre elle. C’est peu ou prou ce qui vous attend dans cette extension en ce qui concerne sa trame principale puisque tout comme sur Tsushima, vous allez aussi pouvoir nettoyer cette nouvelle zone aussi magnifique que l’ile principale. Je finis sur cette trame principale où je vais être franc avec vous : je ne l’ai absolument pas aimé. Si elle est bien écrite, bien narrée et bien mise en scène, tout le reste s’effondre quasiment immédiatement à mon sens.

Trop éloignée des thèmes abordés dans l’aventure principale, le sujet de vouloir nous dévoiler le passé de Jin est relativement intéressant, c’est plutôt dans son exécution que cela pêche, notamment dû à des phases où le héros tombe dans ses hallucinations censées nous expliquer à quel point le poison auquel il doit faire face est puissant. Sauf que chez moi, ce genre de procédé ne fonctionne pas et me fait vous dire que cette extension est déjà oubliée et rejoint le vaste rang des extensions dispensables, pour ne pas dire inutiles. Si le sujet du passé d’un personnage principal est un « bon » sujet, il ne faut pas oublier deux choses : une extension vise avant tout les fans du contenu principal mais aussi qu’il n’est pas bon de s’éloigner de ce qui fonctionne dans l’aventure principale alors que cette courte histoire se situe entre deux actes et non pas à la fin de l’aventure.

Je finis donc là dessus, j’ai pris plaisir à ratisser l’ile d’Iki en long, en large et en travers mais son scénario (ce qui est quand même son principal argument) m’a particulièrement déçu. Il faut quand même vous rapporter que l’extension est un poil plus difficile que le jeu de base (pourtant dans la même difficulté), autre tradition des extensions dispensables. En effet, si un nouvel ennemi se joint à la fête, un chamane galvanisant ses troupes afin de les rendre plus résistantes et plus fortes, les autres ennemis de base porte désormais plusieurs armes sur eux et change quand ça leur chante nous demandant donc de changer notre posture à la volée.

Du côté du contenu, sachez que vous pourrez accomplir plus ou moins la même chose que sur Tsushima avec quand même des nouveautés, par exemple le défi d’archerie ou vous aurez un court laps de temps pour abattre des cibles fixes à l’aide de votre arc. Sachez aussi que le grappin se voit doté d’une nouvelle fonctionnalité mettant en avant les gâchettes de la DualSense. Enfin, seconde nouveauté, la flûte ou son utilisation via la détection de mouvement de la DualShock et/ou la DualSense qui vous demandera de lever ou baisser votre manette afin de composer un air de flûte pour faire copain avec les animaux de l’ile. Pour le reste, vous mettrez la main sur une nouvelle armure pour vous, ainsi qu’une armure pour votre cheval (ainsi qu’une fonctionnalité que je trouve intéressante et qui sera utile si on se lance dans le NG+ juste derrière). Pour le reste, je n’ai hélas pas pu tout faire, la faute au fait que le jeu vous oblige carrément à aller dans le mode Legends si vous souhaitez accomplir le contenu de cette extension au maximum. Une fois de plus, cette extension se rajoute une pierre contre elle.

Techniquement parlant, je n’ai pour ainsi dire rien à vous rapporter négativement parlant. Aucun freezes, aucun ralentissements.

Il est enfin temps de répondre à la question posée dans le titre. En ce qui me concerne, alors que Ghost Of Tsushima fut l’un de mes titres de l’année 2020, cette Director’s Cut était l’occasion pour moi de me replonger dans un titre marquant et d’en récupérer à nouveau son Platine, tout en découvrant son extension vendu tout de même pour 30€ (mais incluse dans la version PS5) si on souhaite faire le passage à niveau de la Version PS4 vers cette version PS5. Tout dépendra donc de votre situation. Si vous n’avez pas pu faire la version PS4 mais que vous avez en votre possession une PS5, je ne peut que vous conseiller Ghost Of Tsushima. Si, a contrario, votre premier passage sur la version PS4 ne vous à pas plus marquer que cela, passez outre. Et enfin, si vous vous reconnaissez dans mes propos, vous pouvez foncer les yeux fermés. L’occasion de (re)découvrir une œuvre marquante de l’ère PS4, dans les conditions les plus optimales, voilà comment je vois cette version Director’s Cut, qui ne fait que reprendre une appellation qui nous vient tout droit du Cinéma, mais qui ne sait pas en quoi consiste une Director’s Cut.

Ce que j’ai aimé (uniquement cette Version PS5) :

  • Une bonne utilisation du SSD et de la manette DualSense (qui se voit plus utilisée dans l’extension)
  • Une durée de vie ultra solide (comptez 66 heures pour le jeu de base plus son extension)
  • Techniquement solide du début jusqu’à la fin
  • Un Platine facile à récupérer, peu importe la méthode utilisée pour mettre la main dessus
  • Les multiples références aux autres œuvres PlayStation dans l’extension

Ce que j’ai moins aimé (uniquement cette Version PS5) :

  • Une extension dispensable, pour ne pas dire oubliable
  • Etre obligé d’aller dans le mode Legends pour accomplir tout le contenu secondaire de l’extension, c’est particulier comme concept

Son appréciation (uniquement cette Version PS5) :

Si Ghost Of Tsushima reste toujours aussi solide dans sa proposition de base avec en plus toute les possibilités que permet la PS5 accompagnée de la DualSense, le contenu proposé dans l’extension pêche malheureusement. Si l’écriture et la narration reste toujours dans le haut du panier, l’ile d’Iki déçoit en s’éloignant beaucoup trop des propos du contenu principal, même si les ajouts et une prise en charge accrue de la DualSense est à noter dans le positif. Le contenu est présent mais sa qualité un peu moins au final. Il n’empêche, j’ai vraiment hâte de la suite des évènements et je serais au rendez vous pour aider Jin Sakai dans sa lutte acharnée contre les Mongols.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s