[Test] Foreclosed : Un comics cyberpunk vidéoludique atypique et singulier ?

Développé par le petit studio Antab Studio et édité par Merge Games, Foreclosed est disponible depuis le 12 août dernier. Thriller cyberpunk aux allures de comics, Foreclosed nous propose une histoire futuriste avec un gameplay à la 3ème personne. C’est donc parti pour son test tout en onomatopée.

Je remercie infiniment Just For Games pour m’avoir fourni une version PS5 dématérialisée de Foreclosed afin de vous en proposer son Test.

Dans Foreclosed, vous incarnez un certain Evan Kapnos. Ce gentil garçon bosse pour une entreprise appelée Securtech, qui du jour au lendemain vient à mettre la clé sous la porte. Comble de la malchance, cela entraîne aussi Evan dans sa chute puisque ce dernier se fait « voler » son identité. La seule façon de la retrouver sera de faire toute la lumière sur ceux qui sont responsables de ce qui arrive à Evan. Sans vous spoil, c’est peu ou prou le scénario de ce Foreclosed. Une histoire relativement « bien » écrite, avec une narration somme toute assez classique mais suffisante pour m’avoir accroché jusqu’à la toute fin. Sans parler que Foreclosed nous permet d’entendre les pensées de son personnage principal, afin de nous offrir un moyen de nous identifier à lui, de ressentir et d’écouter ses pensées, un procédé qui fonctionne toujours aussi bien, peu importe l’œuvre, selon moi. Une histoire qui se laisse suivre, dans un cadre Cyberpunk, mais qui malheureusement ne se sert pas vraiment de son identité d’œuvre cyberpunk en profondeur (en proposant des pistes de réflexions sur tel ou tel sujet lié à son propos) mais préfère plutôt utiliser son cadre pour seulement nous proposer une apparence cyberpunk, rien de plus.

L’utilisation de l’apparence comics (ou bande dessinée, c’est selon) est soignée, pour peu qu’on y prête une attention particulière. L’utilisation des cadrages propre au genre, des onomatopées liées aux bruits (bip, boum, ratatatatata) est ici relativement bien utilisé et offre alors à Foreclosed une identité qui lui est propre et lui permet de se démarquer d’autres œuvres cyberpunk récentes (Cyberpunk 2077 et Cloudpunk pour ne citer que ces deux JV). Cela nous offre alors un dépaysement certain et nous propose des moments assez badass, grâce à des cadrages maîtrisés.

On en viens à la partie gameplay, cette dernière est scindée en deux. D’un côté, nous avons des phases d’exploration/d’infiltration et résolution d’énigmes et de l’autre, des phases de bastons l’arme au poing. Si la partie infiltration et énigme est relativement intéressante (en proposant des phases intelligente dans leur proposition), les fusillades sont datées et renvoient alors à des œuvres sorties dans les années 2000. Si Foreclosed peut faire penser à un Max Payne, il n’en a ni les épaules ni le génie. Ses phases de fusillades sont tout juste divertissantes pour sauver les meubles. Les ennemis se présentent à vous et ne cherchent pas plus loin que vouloir vous tirez dessus sans s’arrêter (sauf quand ils rechargent leur armes).

Ils sont très agressifs et infligent énormément de dégâts (je dirais qu’au bout de 7-8 balles, vous êtes mort et hop game over). Fort heureusement, face à des ennemis implacables, vous pourrez compter sur vos augmentations ainsi que votre arme de poing aux munitions infinies. Vous pourrez donc vous appuyer sur une palette de pouvoirs dont il faudra utiliser avec intelligence compte tenu de chaque situation. En ce qui me concerne, étant donné que nous sommes conditionnés par une barre de cooldown qui se charge hyper vite, j’ai toujours cherché à me planquer derrière un élément du décor et attendre une ouverture pour me sortir des multiples fusillades qui parsèment votre périple vers la vérité.

Graphiquement parlant, je trouve Foreclosed vraiment joli, du moins dans cette version PS5. Les décors sont suffisamment renouvelés pour éviter une certaine répétitivité et nous offre alors un cadre cyberpunk inédit. Du côté de la technique, si je n’ai eu aucun soucis, il faut cependant vous rapporter que j’ai régulièrement rencontré de petites chutes de framerate mais qui ne durent que 3-4 secondes. La gestion des checkpoints est dans sa globalité chaotique et nous renvoie alors quelques minutes en arrière quand le Game Over arrive (et il arrive très souvent). Je n’oublie pas de vous parler de la gestion de la DualSense, si les gâchettes ne sont pas utilisées, la partie microphone se joint à l’aventure et jouera son rôle de radio à merveille. Enfin, la durée de vie de ce Foreclosed dépendra de vous. Si j’estime l’avoir fini en 5-6 heures, si vous souhaitez le Platine, pas bien difficile à avoir (mais que je ne ferais pas), comptez alors 3-4 heures de plus, suivant ce qu’il vous restera à décrocher (mais comptez sur l’aide d’un guide tout de même).

Mon avis sur Foreclosed maintenant. Si je l’attendais avec impatience, une fois manette en mains, j’ai passé un agréable moment malgré une gestion de ses checkpoints et des phases de shoot nous renvoyant 15 ans en arrière. Oui, Foreclosed « date » un peu mais vu qu’il n’est pas bien long, je trouve qu’au final, le moment passé devant lui n’est pas si négatif que ce que j’ai bien pu lire ici et là. J’ai vraiment passé un très bon moment, devant un scénario se laissant suivre, avec un habillage comics dans un univers cyberpunk. Si j’avais du temps, j’aurais même poussé pour décrocher le Platine mais malheureusement, je dois avancer dans les autres JV qui attendent à leur tour d’avoir une petite place sur le Blog.

Ce que j’ai aimé :

  • Evan Kapnos, charismatique à souhait
  • Un scénario plaisant à suivre
  • Les phases avec les énigmes que je trouve intéressante
  • La direction artistique façon comics du plus bel effet
  • Assez court, comptez 5-6 heures pour en voir la fin, ça fait du bien des JV avec une faible durée de vie de la sorte

Ce que j’ai moins aimé :

  • Des fusillades datées
  • Une gestion des checkpoints calamiteuse
  • Une œuvre cyberpunk qui ne propose pas de pistes de réflexion évoquées dans son scénario

Son Appréciation

J’attendais ce Foreclosed avec une certaine curiosité et à l’arrivée, j’en suis ressorti assez content de mon expérience. Une histoire qui se veut être courte (comptez 5-6 heures) mais relativement maitrisée dans pratiquement tous ses secteurs malgré des fusillades assez dépassées en 2021 ainsi que des checkpoints de l’enfer. Si tout n’est pas parfait, le scénario et la direction artistique sont suffisamment solides pour éviter à Foreclosed un jugement un peu trop négatif de ma part. Maintenant, à vous de voir. Si vous cherchez une œuvre cyberpunk vous proposant une histoire courte à suivre mais qui comporte des petits soucis dans son gameplay (ou même un Platine rapide à décrocher), vous pouvez vous tourner sans problème vers Foreclosed, il mérite réellement votre attention.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s