[Test] Judgment sur PS5 : l’heure du jugement dernier ?

Sorti une première fois chez nous le 25 juin 2019 en exclusivité sur PS4, voilà que Sega et RGG Studio se sont décidés à nous le proposer une seconde fois sur PS5, Xbox Series S et X (ainsi que sur Google Stadia) le 23 avril dernier. Ayant honteusement raté l’occasion de le découvrir sur PS4 (après l’avoir acheté en physique et en démat’…), j’ai enfin pu me dégager du temps pour accomplir ce spin-off de la saga Yakuza. C’est donc parti pour le Test de cette Version PS5.

Je remercie Koch Media pour leur entière confiance, qui me permet, au passage, d’enfin découvrir Judgment, ici dans une Version PS5 physique. Ce Test et ses screenshots maison sont ainsi réalisés sur PS5. J’ai accompli Judgment avec le doublage en anglais.

Trois ans ont passés depuis qu’un regrettable événement ait mis fin à la brillante carrière d’avocat de Takayuki Yagami. Depuis, ce dernier à radicalement changer de branche mais reste attaché à la notion qu’il a de la Justice. Ou du moins, du sens qu’il lui donne. C’est ainsi que « Tak » et son ami Masaharu Kaito se sont lancés dans l’entreprise risquée de l’investigation privée. Notre duo viendra en aide aux habitants de Kamurocho dans leur déboires de la vie quotidienne. Néanmoins, c’était sans compter sur l’emprise du passé de Yagami. Tenace, ce dernier n’en a pas fini avec lui et l’obligera à faire toute la lumière sur ce qu’il s’est passé des années auparavant… Vous le devinez, je ne vous spoilerai absolument rien de la trame principale de Judgment mais si vous avez déjà joué à un Yakuza, sachez que nous ne sommes absolument pas dépaysés.

Quand bien même Judgment soit un spin-off de la saga de Ryu Ga Gotoku Studio, les sujets de prédilections du studio sont toujours de la partie. Entre plongée dans la pègre japonaise et autres sujets bien connus de la saga Yakuza, le studio s’est offert une sorte de bouffée d’air sans non plus (trop) sortir de son champ de maîtrise. En résulte donc une œuvre que je trouve extrêmement bien écrite, bien narrée, avec une mise en scène toujours aussi majestueuse et qui aspire toujours autant le joueur que je suis dans un univers que je commence tout doucement à ne plus vouloir quitter une fois manette en main. Je me suis surpris, au bout d’une quinzaine d’heures de jeu, à prendre tout mon temps entre deux missions de la trame principale afin de me perdre dans les rues de Kamurocho. A vouloir élucider une enquête secondaire ou venir en aide à un habitant, je me suis découvert un véritable attrait pour cette version d’une ville que je commence à retenir par cœur.

Je me suis aussi surpris à m’attacher à Yagami, grâce à une mécanique scénaristique que je trouve vraiment bien trouvée : celle de pouvoir entendre ses pensées dans les multiples cinématiques que le jeu comporte. Un personnage inédit, haut en couleur, introverti mais pas trop, avec un charisme fou et qui se démarque de la plus belle des manières de Ichiban (Yakuza Like A Dragon) et Kazuma Kiryu (Yakuza Zero jusqu’à Yakuza 6 Song Of Life). Autant j’aime le duo de Yakuza, autant je pense avoir trouvé mon personnage principal préféré de l’univers de RGG en la personne de Yagami. J’ai donc un réel coup de cœur pour un personnage que je ne découvre à peine et dont je n’ai qu’une hâte : le revoir dans une prochaine aventure tant je me suis attaché à lui. Mais que serait le personnage principal sans une galerie de personnages alliés comme ennemis en bonne et due forme ?

Rassurez vous, dans Judgment, vous ferez la rencontre de personnages tous aussi intéressants les uns que les autres. Qu’ils soient attach(i)ants, loufoques, méchants, gentils (et qu’ils finissent par être l’opposé total de votre première impression sur eux), Judgment brosse un large panel de personnages qui marquent une fois la console éteinte. Vous l’aurez compris, l’écriture, au sens large du terme est ainsi maitrisée, réfléchie et en résulte alors un titre réussi de ce côté là. Si vous aimez les œuvres policières, qui explorent la noirceur des gens et des villes, tout en nous offrant une nouvelle (et inédite) perspective sur Kamurocho, vous serez servis, croyez moi.

Mais RGG n’en oublie pas le gameplay pour autant. Judgment est sorti avant Yakuza Like A Dragon, il a donc gardé le gameplay d’antan en beat them all. Pour bien comprendre mon avis sur cette partie du jeu, il me faut être franc avec vous : j’ai commencé ma partie en facile, histoire de me mettre dans le bain tranquillement. Puis au bout d’une dizaine d’heures, j’ai rehaussé la difficulté en normale sans jamais la changer jusqu’à la fin de mon aventure. Si au début, j’avais un peu peur d’en baver, force est de constater que j’avais raison et j’en ai un peu bavé dans les combats, surtout contre les multiples boss que l’on rencontre tout au long de notre aventure. Et pourtant… J’en ai sans cesse redemander. Aussitôt je me prenais un bourre pif qui pouvait me coûter le tiers de ma barre de vie et sans jamais râler comme j’en ai l’habitude, je me relevais et je me jetais sur le boss pour continuer la bagarre. Et j’ai adoré le fait de voir que j’y arrivais. Cela peut paraître un peu excessif de vous dire que Judgment n’est pas si facile qu’il en a l’air, surtout à un moment où un autre JV vient de sortir et fait énormément couler d’encre sur ce sujet précis mais Judgment m’a permis de me prouver des choses et m’a offert ce que je n’avais pas conscience de demander : un peu de challenge !

Un mot tout de même sur le gameplay, vous avez le choix entre deux styles de combat : celle de la grue, afin de gérer plus de trois ennemis en même temps et celui du tigre, afin d’affronter soit un boss ou soit grand maximum trois ennemis. Ces deux styles de combat peuvent être changés quand vous le souhaitez en plein combat afin d’avoir une première stratégie. Ensuite, si vous avez déjà joué à un Yakuza, vous ne serez pas dépaysé lorsqu’il vous faudra faire des combos avec les touches attitrées. Je ne vais pas vous détaillez le reste de cette partie mais cela résulte alors au fait que je trouve Judgment addictif mais avec toutefois une certaine pointe de répétitivité. Non pas dans les combats en eux même mais dans la fréquence de ces derniers. On ne peut pas faire 100 mètres sans que l’on se fasse attaquer et à la longue, je trouve cela un peu pénible. A noter que selon vos actions, vous serez récompensés par des Points d’Action (PA), qui vous permettra, une fois dépensés dans trois « arbres » de compétences, par exemple, d’augmenter votre barre de vie, faire plus de dégâts et etc. Je note avoir remarqué, en outre, une vraie montée en puissance tout au long de l’aventure.

Quant à la durée de vie, même si c’est une donnée changeante par rapport à votre expérience de votre côté, j’ai atteint la fin de Judgment en 48 heures. Notez bien les mots que j’emploie puisque je n’ai pas tout accompli de ce que me propose le jeu ni obtenu son Platine, puisque je n’en avais pas envie, au regard de ce qu’il nous est demandé pour l’obtenir. J’ai fait le maximum de ce que je souhaitais faire, en écartant tout ce qui était mini jeux en tous genre et courses de drone mais en souhaitant faire le maximum de quêtes secondaires tout en atteignant le niveau 39 d’amitié (ça parlera plus à celles et ceux ayant fait le jeu avant moi). Du côté de la technique, sur PS5, je n’ai eu aucun souci particulier. Pas de freezes, pas de ralentissements, ni aucun bugs que ce soit. Judgment tourne en 60 fps constant sans jamais accusé du moindre coup que ce soit. Avec en plus des temps de chargements rachitique au possible, cette version PS5 est vraiment la meilleure façon possible de découvrir ce spin-off. Graphiquement parlant, c’est du tout bon et les graphismes sont absolument magnifiques, nous sommes donc très loin des premières images ayant fuité sur le net lors de l’annonce de cette version PS5.

Il est enfin temps de vous donner mon avis sur ce que je pense de ce Judgment. Pour la faire courte, j’ai tout simplement adoré. Un scénario bien écrit, bien mis en scène, qui m’a accroché et m’a retenu plus j’avançais dans celui-ci. Une histoire certes classique mais tellement efficace qui réalise un certain tour de force, c’est de nous faire aimer un nouveau personnage en la personne de Yagami. Si je n’ai pas de réel coup de cœur pour le duo de Yakuzas Ichiban et Kiryu, je me suis réellement attaché à ce nouveau personnage principal et je dois bien vous dire que j’ai eu un réel pincement au cœur au moment de voir les crédits de fin… Tout n’est pas parfait dans Judgment, par exemple les conditions pour avoir les 50 amis (et donc de pouvoir faire toutes les enquêtes secondaires, que je trouve toutes passionnantes à découvrir et accomplir…) ainsi que la fréquence qu’ont les ennemis à vous courir après dans Kamurocho mais je considère que c’est une réelle broutille quand on voit la générosité dans l’écriture du scénario ainsi que celle des personnages, Yagami en tête.

Sans oublier la maîtrise et une certaine cohérence dans le gameplay et l’intelligence de ce dernier, ce qui en résulte que je considère que RGG à réussi son pari. Celui de proposer un spin-off dans l’univers de Yakuza, tout en proposant une histoire qui sort légèrement des sentiers battu du studio, grâce à des sujets qui sont ici explorés et qui ne pourraient peut être pas figurés dans un Yakuza « classique ». Celui d’un détective privé dans les rues de Kamurocho, en proie à un passé tenace et qui se doit de lui faire face afin de se pardonner et de pouvoir avancer… Il m’est de moins en moins évident de vous dire pourquoi j’aime tel ou tel scénario tout en évitant de vous spoil même le détail le plus minime qu’il soit mais Judgment mérite qu’on s’attarde si on aime, comme moi, les histoires de justices, de complot, d’amitiés et de rédemption… Enfin, vivement la suite, si suite il y a (même si j’engage le pari que l’intrigue se passera à Osaka, notez ça quelque part !), parce que je serais au rendez vous !

Ce que j’ai aimé :

  • Un scénario aux multiples rebondissements qui nous happe jusqu’à son dénouement
  • Yagami, j’ai trouvé mon personnage de cœur au sein du studio RGG
  • Les enquêtes secondaires, que je trouve fascinantes à découvrir
  • Une traduction française ! Un confort qui fait du bien afin d’y jouer dans de bonnes conditions
  • On commence à reconnaitre certaines voix dans le doublage anglais (Yakuza Like A Dragon, Persona 5…)
  • Une boucle de gameplay cohérente (je parle des moments où vous devez suivre une personne ou alors lui courir après)
  • Le gameplay d’antan qui fonctionne toujours aussi bien, même après la sortie de Yakuza Like A Dragon
  • Une excellente durée de vie
  • Une Version PS5 sans aucun soucis d’ordre technique
  • Je veux une suite, là tout de suite, maintenant

Ce que j’ai moins aimé :

  • La fréquence qu’ont les ennemis pour apparaître dans les rues de Kamurocho
  • Certaines conditions pour faire monter son taux d’amitié et ainsi débloquer de nouvelles enquêtes…

Son appréciation

Autant j’ai réellement adoré Yakuza Like A Dragon et Yakuza Kiwami 2, autant j’ai une petite préférence personnelle pour Judgement et son personnage principal Yagami, qui me correspond plutôt bien dans son caractère et sa personnalité. Le scénario n’est pas en reste puisque je me suis surpris à ne plus vouloir lâcher la manette une fois lancé afin de découvrir le fin mot de l’histoire. Une histoire bien écrite et bien mise en scène, un nouveau personnage principal au charisme fou et une galerie de personnages qui gravite autour de lui fort bien imaginée, Judgment touche mon petit cœur de joueur et décroche ainsi le coup de cœur du blog pour cette année 2021. Vivement une suite et l’espoir de te revoir Yagami-San !

*Judgment décroche donc le coup de cœur du blog pour cette année, ce qui signifie qu’il sera en lice en fin d’année pour décrocher le Goty 2021

**J’ai décidé d’arrêter de noter les JV que je teste pour l’instant. Peut être que ce sera définitif ou non, je me fixerais plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s