[Test] Outriders : People Can Fly peut-il réussir son pari contre vents et marées ?

Après la phase de la découverte via sa démo, Outriders passe enfin par celle du Test. Alors ? Bonne pioche de la part de People Can Fly et de Square Enix ou une entourloupe de plus sur le marché ?

Test et screenshots basé sur une Version PS5 dématérialisée fournie par Square Enix et Lu6.1 que je remercie infiniment pour leur confiance 🙂

Test basé sur de multiples sessions entre le 1er avril et le 13 avril 2021. Mon temps de jeu était de 111 heures à date du 13 avril.

Le Platine

J’ai déjà abordé le début du scénario de Outriders via sa preview, je vous met donc le lien de l’article ci dessous :

Lire mon avis sur la démo de Outriders

Comme dans toute les œuvres où l’humanité doit pour x ou y raisons se réfugier sur une planète, le début scénaristique de Outriders tourne court pour ces hommes et ces femmes qui n’ont pas eu d’autres choix que d’abandonner notre bonne vieille Terre pour recommencer ailleurs. Cet ailleurs, il s’appelle Enoch. Mais au lieu de devenir le nouveau paradis pour l’Homme, il en deviendra son Enfer. Cet Enfer, il s’appelle l’Anomalie. Sorte d’énergie, elle pulvérise la majorité de ce qu’elle touche et transforme durablement les survivants qui ont l’infinie chance d’être choisis. Ces survivants, on les appelle les « Altérés ». Ces êtres deviennent dès lors des dieux ou des démons aux yeux des autres et ça tombe bien puisque c’est de vous dont le jeu parle. Dès lors, vous avez le choix entre 4 classes : Technomage, Illusionniste, Pyromage et enfin Telluriste. Si ces 4 classes partagent la même façon de récupérer des points de vie (en usant et abusant de leur pouvoir), elles ne se jouent pas de la même manière. Si le Pyromage se manie comme un guerrier de première ligne, le Telluriste se joue comme un Tank, qui encaisse et reste fièrement sur ses deux jambes au milieu du conflit. Si je vous parle de ces deux classes en particulier, c’est bien parce que j’ai testé la première lors de la démo et adopt2 la seconde pour les besoins de ce Test.

Mais restons tout d’abord sur le sujet du scénario, je reviendrais plus bas sur le gameplay. Outriders nous raconte l’histoire du dernier Outrider ayant survécu par miracle à une Anomalie, qui se réveille donc quelques temps plus tard et découvre la situation sur Enoch. Une guerre y fait ainsi rage entre deux camps mais le cœur du problème vient d’ailleurs. En effet, une question reste en suspens, celle d’un mystérieux signal découvert, alors que vous posiez seulement le premier pas sur cette mystérieuse planète. C’est ainsi que vous partirez en quête de réponses, dans un road trip à travers Enoch que vous allez pouvoir explorer en long comme en travers. C’est peu ou prou le scénario de ce Outriders sans spoils bien entendu. Un ensemble de destinations se dévoilera à vous, que vous pourrez explorer à loisir afin d’accomplir quêtes secondaires et bien entendu principale. Gardez tout de même à l’esprit que Outriders n’est pas un monde ouvert mais une succession de couloirs et de lieux plus ou moins grands, vous permettant de les explorer à loisir, régis par des téléportations et des phases de chargements d’une zone à l’autre.

Un scénario non pas « bien » écrit mais écrit de façon correcte, classique et efficace comme il en existe des tonnes et des tonnes dans le JV et ailleurs qui se laisse suivre et qui s’assume volontiers dans la Serie B, grâce à des dialogues renvoyant tout droit à des films et/ou des séries des années 80-90 où la poésie guerrière et la poudre s’expriment à tour de rôle en se relayant volontiers l’une après l’autre. Pour faire court et sans rentrer dans les détails, j’ai aimé ce que j’ai vu et jusqu’à la fin, qui a le luxe d’apporter une justification scénaristique au « endgame » et dont je salue une certaine forme d’intelligence dans le procédé. Bref, le scénario n’est pas si inoubliable que cela mais il fait sa part du marché, c’est à dire d’amener notre personnage au niveau maximum (30) et de nous préparer au plus important, c’est à dire la chasse aux loot et à la fabrication de notre build dans le endgame.

Je n’oublie pas de vous parler du fameux niveau de monde, c’est à dire la difficulté (maximum niveau 15) de la quête principale, modulable à loisir et qui permet d’avoir (entre autre) la chance de s’équiper d’équipements de plus en plus forts. J’ai trouvé cette fonctionnalité assez bien pensée, puisqu’on peut la changer à la volée, la baisser et l’augmenter à loisir et qui est ici très bien gérée de la part du studio. Néanmoins, ce que je trouve dommage, c’est de perdre l’expérience acquise en cas de défaite. En effet, il peut arriver qu’il y ait des pics de difficulté soudains, vous faisant reprendre juste avant le combat, ce qui aura pour conséquence de vous faire perdre un peu de votre expérience de niveau de monde, ce que je trouve totalement incompréhensible.

En ce qui concerne la personnalisation de votre personnage, un système de prise de points d’expérience et de niveau comme dans un RPG classique est mis en place. Une fois arrivé au niveau max, c’est à dire le niveau 30, seulement 20 points sont disponibles, à répartir dans trois branches de l’arbre de compétences de notre classe. Cela nous force donc à réfléchir vers quelle direction on souhaite axer notre classe mais ce n’est pas suffisant, à mon sens, pour en faire quelque chose de réellement solide. Je trouve qu’à partir de là, le jeu nous bride une première fois, comme si il ne voulait pas complètement lâcher les joueurs en les laissant faire vraiment ce qu’ils veulent. Je comprend le pourquoi du comment mais je ne dirais pas non pour cinq petits points en plus…

D’ailleurs, au passage, je note qu’au premier patch du jeu le 10 avril, le studio commence déjà à « nerfer » trois classes : le Pyromage, le Technomage et l’Illusionniste puisqu’apparemment, les trois classes seraient les plus fortes et auraient une nette différence de puissance vis à vis de la dernière classe qui reste. J’ai découvert au passage que certains joueurs auraient fait l’expérience d’être écartés du matchmaking du endgame alors qu’ils jouaient la classe du Telluriste qui serait si « nulle » qu’elle serait exclue d’office, puisqu’étant donné que les missions priorisent avant tout le DPS (Dommage Par Seconde) et la rapidité que les trois autres classes sont favorisées. Mon avis sur ces deux affaires étant que je ne comprend pas pourquoi le studio ne laisse pas tranquille les trois classes afin d’offrir un buff au Telluriste, histoire d’avoir tout le monde au même « niveau ». Pourquoi il faut toujours toujours que dans ce genre de jeu la philosophie du nivellement par le bas soit de rigueur ?

Sur le choix de votre classe, sachez qu’il sera lourd de conséquences puisque vous n’en sortirez plus. Si vous décidez d’être Pyromage, sauf (re)faire un nouveau personnage, vous y resterez de façon définitive. Vous ne pourrez donc pas emprunter une compétence au Telluriste et une seconde à l’Illusioniste, vous ne ferez que des sorts en rapport avec votre classe et fin de l’histoire. De mon point de vue, être ainsi enfermé dans un rôle à de bons comme de mauvais côtés. Le bon côté étant que cela favorise la coopération mais le mauvais côté étant que si vous décidez de jouer solo, vous ne pouvez, en théorie, pas faire face à toutes les situations. Fort heureusement, le jeu est calibré pour éviter ce genre de désagréments. Peu importe la classe que vous choisirez donc, tout le monde est régi par un système de niveau d’expérience ainsi qu’un arbre de compétences découpé en trois branches. Vu le peu de points de compétences mis à notre disposition, j’ai opté pour les dégâts des armes d’assauts, avec une accentuation sur les dégâts critiques, et être secondé par mes compétences. N’espérez donc pas, au passage, choisir les deux, c’est impossible. Une fois de plus, je trouve que nous sommes beaucoup trop limités dans nos choix…

Sur les compétences du Telluriste, après avoir pris le temps de décrocher le Platine du jeu (vous êtes un peu obligés de jouer toutes les compétences de votre classe (vous avez 8 compétences à votre disposition), ce qui vous laisse le temps de pouvoir expérimenter et faire le choix des compétences qui vous va le mieux), je suis parti sur le combo Séisme, Golem et Secousses. C’est ainsi qu’un premier socle est posé. Une base solide, qui fonctionne bien, est créée. La compétence Séisme me permet d’attaquer, celle du Golem me permet à la fois de faire plus de dégâts mais aussi de tenir sur la question de la défense et enfin Secousse me permet de reprendre instantanément mes points de vie quand je la déclenche au contact d’ennemis trop entreprenants. Ensuite, sur la question des armes à feu choisies, j’ai fait le choix de prendre une mitrailleuse et un fusil à pompe.

Le end game, étape obligatoire pour le genre shooter looter, est pour moi un véritable loupé. On nous propose, avec quand même une justification scénaristique bienvenue, d’accomplir des missions chronométrées. Plus vous allez vite, plus la chance de décrocher l’Or et ainsi une infime chance d’obtenir du loot de qualité est élevée. Sauf que plus accomplirez de missions, plus votre niveau de défi, qui rend les missions de plus en plus difficiles, grimpe pour arriver à son maximum, c’est à dire le niveau 15, là où le taux de loot y est le plus important. Alors que j’y joue en coop, je suis actuellement « bloqué » au niveau 10 et je vous affirme qu’après avoir accompli une trentaine de fois les mêmes niveaux, la qualité du loot ainsi que le nombre y est ridiculement bas, sans parler du taux grotesque d’obtention de légendaires. Sachez au passage que les vendeurs vous proposant du loot sont totalement inutiles puisque vous proposant du butin à des prix exorbitants. Je ne me suis servi que des vendeurs dans le seul but d’obtenir le trophée consistant à revendre 300 items.

A la longue, je me suis rendu compte que je n’accomplissais plus les fameuses missions du endgame pour le loot en lui même, que je démantèle immédiatement après acquisition, mais bien pour la ressource la plus rare du jeu : le titane. Oui, j’en suis arrivé à ça, tellement la course au loot m’écœure à la longue. Alors certes, ça favorise les plus hardcore gamers d’entre nous, celles et ceux qui vont enchainer jusqu’à plus soif les missions, mais pour des joueuses et des joueurs occasionnels, qui comme moi, aiment toucher à plein de JV divers et variés, ce endgame me rebute et me repousse. Je n’ai pas envie de m’y investir et je ne compte absolument pas le faire dans les jours, les semaines et les mois qui arrivent. D’ailleurs, je prend plus de plaisir à farm les quêtes de chasse et de primes pour avoir du loot et un légendaire garanti que de partir faire des missions de fin du jeu…

Du côté du gameplay, là encore peu importe votre classe, Outriders se jouera de la même manière que j’ai déjà abordé dans mon article sur la démo. Toujours en cover-shooter, je conserve mon avis que j’avais exprimé dès lors. Le gameplay ne sait pas sur quel pied danser puisqu’il vous invite très fortement à ne pas user ni abuser d’éléments de décor pour vous protéger et de partir au contact des ennemis en face de vous, puisque votre agressivité est permise et élevée en priorité par le jeu, sa philosophie mais aussi par les situations. Il faut quand même bien reconnaitre que le gameplay est grisant, addictif, nerveux et spectaculaire. On distribue cartouches, balles, pouvoirs et on reçoit la même chose voir même plus de la part d’une IA agressive et peu futée. L’IA est simpliste et ne règle en rien le débat persistant sur la question de l’intelligence artificielle. Je l’ai dit plus haut, oui je trouve le gameplay de Outriders addictif, même si il manque parfois de précision.

Combien de fois j’ai pesté devant mon écran car une compétence de zone déclenchée par l’IA me stoppe net dans ma course alors que j’étais en dehors de sa zone d’effet. Combien de fois je me suis rendu compte que mon chargeur était bloqué à la dernière balle et que mon personnage ne voulait plus tirer. Combien de fois aussi et fait assez bizarre, il arrive qu’en pleine fusillade, je me retrouve, sans avoir appuyer sur la DualSense, dans le menu. Ce qui est d’autant plus bizarre, c’est que le même bug m’était arrivé dans la démo, avec une autre manette. Je pensais alors que le problème venait de moi et que je pouvais appuyer sur le touchpad par inadvertance dans le feu de l’action, sauf qu’il n’en est rien. De plus, ce souci n’arrive qu’avec Outriders. Je ne compte plus les bugs de ce genre qui ont eu pour malheur de parfois me précipiter par terre…

Parlons de la technique, des graphismes et de la bande son (ce qui englobe le doublage fr). Si graphiquement, Outriders reste plus ou moins joli et en 60 fps sur PS5, je trouve qu’il s’en sort bien plus dans l’artistique de ses paysages qui rappellent un peu des œuvres comme Avatar, Mad Max et Doom pour ne citer que les plus évidentes dans le processus d’inspiration. Sur la bande son, elle se fait discrète dans les fusillades pour laisser la place aux bruits de coups de feu, de pouvoirs et autre cris de monstres divers et variés, mais se fait entendre dans les moments d’exploration. De bonne facture mais pour être franc avec vous, je l’ai déjà oublié. Quant au doublage français, si celui de votre Outriders version homme et femme se défend plutôt bien, le reste du casting n’est pas aussi bien traité et reste assez inégal. Une version française correcte et qui fait juste ce qu’on lui demande donc.

Mais le pire étant à venir puisque je viens enfin à la technique. Pour un JV qui ne se veut pas être un jeu à service selon son studio, il a pourtant essuyé bien plus de déboires que lors de la sortie de The Division, The Division 2, Anthem et Ghost Recon Breakpoint (les seuls que j’ai arpenté ces dernières années et que je connais très bien). Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai voulu me connecter en soirée et je devais fermer l’application et la relancer dans l’espoir de me (re)connecter et ce, durant des minutes voir même pendant une petite heure. Je ne compte plus le nombre de crashs de l’application au total (sur une heure de temps, j’en ai eu plus d’une vingtaine ! Les détracteurs de Cyberpunk 2077, vous êtes où là ? Ah oui, vous ne jouez pas à Outriders, suis-je bête…).

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été déconnecté du jeu à cause d’un souci de serveurs, y compris quand j’y ai joué solo. People Can Fly martèle que son jeu n’est pas un jeu à service, soit. Je n’aurais pas voulu voir la situation si il l’était dans ce cas. Puis il y a la cerise sur le gâteau. Depuis la première mise à jour du 11 avril, un bug qui peut faire disparaitre l’intégralité de vos équipements est venu se joindre à la fête. Même si, pour l’instant, je ne suis pas touché par ça, une certaine crainte s’est installée depuis et quand je décide de reprendre ma partie, j’ai toujours une petite appréhension qui vient dans un coin de ma tête. Jouer pour se changer les idées en ayant quand même des petites appréhensions de ce genre, ce n’est pas commun non ?

Je trouve la situation depuis sa sortie, du moins sur cette question bien précise, problématique et symptomatique de cette époque qui s’évertue à nous vendre des JV loin d’être « finis » au jour de leur sortie. Que le jeu soit victime de son succès et/où que ce soit à cause de son incorporation dans le Xbox Game Pass qui soit la cause de tout ça, c’est compréhensible. Que le studio soit parfaitement transparent sur Twitter, c’est une chose que je salue et qui fait que ce Test soit moins négatif qu’il ne l’est mais je me répète. Jamais je n’ai vu ce que j’ai vu dans Outriders auparavant. Jamais. Pas dans ces proportions là en tout cas. Tout au long de mes sessions, je me suis creusé la tête en réfléchissant sur ce que j’allais vous dire. Etre optimiste ? Etre pessimiste ? Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ? Lui mettre une note positive ferait que je sois optimiste. Lui mettre une note négative ferait alors le sens inverse. Quant à mettre une note moyenne ne serait peut être pas si judicieux que cela. C’est bien pour ça que j’ai décidé que je ne lui mettrais aucune note. Comprenez par cette décision que je ne refuse pas de rentrer dans le débat de savoir si Outriders est un bon, un mauvais ou un JV moyen, je vous propose néanmoins une autre piste de réflexion. En effet, Outriders ne peut pas être noté à l’heure actuelle. Comment peut-on noter et attribuer un jugement de « valeur » à une œuvre non finie et sortie dans un état déplorable à l’heure où ce Test est rédigé ?

Après 111 heures sur Outriders, y avoir joué en solo et en coop, j’en retiens donc que je le trouve addictif, tout en n’étant pas si répétitif que cela, que son univers, son lore et le travail artistique abattu pour nous proposer un univers inédit, teinté d’inspirations diverses et variés fonctionne sur moi et que j’ai pris un immense plaisir à suivre mon personnage dans son road trip à travers Enoch en quête de réponses. Mais aussi et surtout d’y avoir jouer en coop. Je prend énormément de plaisir à y jouer en coop qu’en solo, même si cela peut m’arriver de me faire une chasse de monstres par ici ou une prime par là. Enfin, je trouve que le menu du crafting est très bien trouvé et très intelligent dans son exécution, le fait qu’il ne nous demande que très peu de ressources pour pouvoir nous occuper de nos armes, de nos mods de compétences et équipements fait que je salue bien bas le studio pour ça.

Malheureusement, tout ça est terni par un endgame inintéressant et démotivant. Le taux du loot, sa qualité, ses mécaniques et son nombre est totalement raté, ne me récompensant pas à la hauteur de mes efforts in game, sans parler des vendeurs, totalement inutiles et hors de prix, nous vendant des items tellement cher qu’il faut limite prendre un crédit à la consommation si on souhaite se faire un petit craquage dans une boutique… Enfin la technique, entre crashs intempestifs, serveurs à la rue complète et autre problèmes post lancement dont je vous ai parlé plus haut gâche à moitié mon expérience.

Je finis par vous dire qu’on peut faire preuve d’optimisme à son sujet mais dans un même temps, je trouve qu’ Outriders est sorti après la guerre des jeux à service. Ses développeurs ne veulent pas le qualifier de tel et pourtant il en a toutes les mécaniques (et tous les problèmes aussi). Ses déboires, vis à vis des serveurs pour ne citer que cela, est quelque chose que je n’ai jamais vu dans d’autres JV du même genre, surtout pas à ce point là (parce que oui des JV avec une connexion obligatoire à internet ont forcément leur lots de problèmes le jour de leur sortie et même bien après) mais Outriders fait très fort. Il n’empêche que j’ai envie de croire dans le studio et son jeu, j’ai envie que People Can Fly arrive à nous prouver de quoi ils sont capables et nous propose du nouveau contenu, histoire de faire autre chose que le endgame actuellement proposé. Donc si après tout ce que je viens d’écrire, vous cherchez un shooter looter qui n’invente rien mais qui propose une expérience hors des sentiers battus, donnez lui sa chance, il se peut que Outriders vous offre ce que vous cherchez en cette période bien compliquée.

Ce que j’ai aimé :

  • Un univers SF inédit, un lore intéressant et des inspirations diverses et variées qui nous offre une destination qui mérite de la découvrir
  • Addictif
  • La communication franche de la part du studio sur Twitter
  • Un cooldown permissif de nos compétences, nous permettant d’user et abuser de nos pouvoirs
  • Le niveau de monde, une difficulté modulable laissée à notre discrétion, que l’on peut interchanger à volonté
  • Je ne le trouve pas si répétitif que cela
  • Une grosse durée de vie
  • La justification scénaristique du endgame, c’est brillantissime
  • Le design des armes et éléments d’armures « légendaires »
  • La coop
  • La partie crafting, que je trouve ultra bien travaillée et bien réfléchie

Ce que j’ai moins aimé :

  • Des crashs et des bugs (plus ou moins graves) intempestifs et sans s’arrêter, même après le premier patch du 10 avril
  • Une connexion à internet obligatoire, même en solo
  • Des serveurs au bord de l’implosion, en journée et même en soirée
  • Un endgame basé sur le chronomètre et qui ne privilégie que le DPS, c’est démotivant et ne me donne aucunement envie de m’y impliquer plus que cela
  • La question du taux de loot et de sa qualité, c’est purement une catastrophe
  • Seulement 20 points de compétences une fois au niveau maximum, c’est trop peu pour se construire un personnage digne de ce nom
  • Pas de mode photo ?
  • Des vendeurs d’items que je trouve inutile puisque vendant des articles hors de prix
  • Impossibilité de s’échanger notre loot en coop
  • Le taux de légendaires possiblement « lootable » lié à la difficulté du niveau de défi et de la rapidité en endgame, c’est non.
  • Un matchmaking toxique si on joue une classe en particulier (le Telluriste) en ce qui concerne le endgame
  • Le bug de disparition d’inventaire, véritable épée de damoclès au dessus de la tête quand on veux y jouer

Son Appréciation

Aussi addictif qu’il soit car il l’est réellement, surtout en coop, Outriders souffle le chaud et le froid. Si il a des qualités certaines, comme son univers aux multiples inspirations qu’on reconnaît aisément, ses multiples problèmes à foison, certains plus graves que d’autres, fait que ce doit être la première fois que je voit un lancement d’un looter shooter aussi compliqué que celui de Outriders. Je pourrais aisément pardonner si People Can Fly était un jeune et nouveau studio sorti de nulle part, hors il n’en est rien et vu le passif du studio, c’est assez compliqué de faire preuve d’indulgence à leur égard, surtout quand ils ont bossés sur un certain… Fortnite avant de reprendre leur indépendance. Maintenant, j’en appelle à votre intelligence et votre expérience en tant que joueur et joueuse de JV comme je le suis. Vous avez toutes les armes en main pour prendre votre décision de savoir si Outriders mérite que vous lui laissiez une chance ou non.

Sources

Nintendo Smash : Outriders: If you play the wrong class, you will be kicked out of the co-op

PC Games : Outriders devs want you to feel “overpowered” – despite nerfs for three classes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s