The Augmented Post

[Avis] Outriders : Mon avis sur la démo !

OUTRIDERS - DEMO_20210226110049

Développé par le studio People Can Fly et édité par Square Enix, Outriders nous propose une démo, avant sa sortie le 1er avril prochain. Voici mon avis après avoir atteint sa fin.

Outriders est développé par le studio People Can Fly, les papas (entre autre) des JV Bulletstorm et Gears Of War Judgement. Edité par Square Enix, Outriders n’est pas un jeu à service comme l’est Marvel’s Avengers mais certaines de ses mécaniques s’approchent tout de même des GAAS précédemment sortis.

Le Scénario

Dans Outriders, vous vous incarnez vous même. Vous êtes un Outriders, un mercenaire aux ordres de l’ECA (Autorité de Colonisation d’Enoch). Suite à la situation désastreuse sur la Terre, l’humanité n’a pas d’autre choix que de s’exiler et recommencer à zéro dans l’espace. De ce fait, deux vaisseaux ont été construits. Un premier vaisseau éclaireur est ainsi envoyé vers Enoch, la seule planète viable sur laquelle l’humanité pourra habiter, et un second vaisseau arche, transportant ce qui se faisait de mieux pour l’humanité à ce moment là. A votre arrivée sur Enoch, un cataclysme survient, vous blessant suffisamment pour être obligé d’être (re) cryogénisé pour être guéri plus tard… Sauf que vous êtes réveillés et vous découvrez que la situation sur Enoch à changée. De façon radicale d’ailleurs et c’est ainsi que Outriders commence véritablement. Au niveau du scénario, on va pas se mentir, il s’agit avant tout d’un prétexte et fait plus penser à un scénario de série Z qu’autre chose. Néanmoins, il faut bien saluer le travail d’immersion que le studio propose grâce à un lore assez riche et donnant envie d’en savoir plus, ce que j’ai fait en lisant les documents mis à notre disposition. Du peu qu’on peut faire dans cette démo, j’ai toujours eu cette envie d’en voir plus et je trouve que c’est un très bon premier point, du moins selon moi.

Les mécaniques de gameplay ainsi que la technique

Outriders se joue en vue TPS, caméra à la troisième personne donc, et se joue presque de la même manière qu’un Gears Of War. Vous avez la quête principale et des quêtes secondaires à effectuer, vous offrant des récompenses comme de l’expérience pour votre personnage, de l’expérience pour votre monde (je reviendrais sur ça plus tard) ainsi que du loot régi par un système de rareté. Néanmoins, le studio à voulu aller plus loin qu’un simple Gears of War-like et nous propose quatre manières (si vous préférez, on va parler de classes) de jouer notre perso :

Chacune de ces classes vous propose une façon de jouer et correspond à un rôle. J’ai choisi la classe Pyromage et grâce à L1, R1 et L1+R1, j’avais la possibilité de me servir de trois pouvoirs de feu afin d’enflammer mes ennemis et reprendre de la vie pour chaque ennemi que j’avais d’abord enflammé puis tué. Pouvoirs conditionnés par un cooldown (c’est à dire qu’ils doivent se recharger après avoir été utilisés). Outriders s’inspire (très largement) de Gears Of War. Cover shooter pur jus, on sent l’inspiration qui est ici plus que palpable. Si au début de la démo, le gameplay se prend immédiatement en main grâce au fait que je suis fan de la licence Gears, c’est après que ça se gâte. Au moment de prendre sa classe et d’affronter le premier boss du jeu (qui se trouve dans une quête secondaire) on comprend alors que le gameplay de ce Outriders souffre du syndrome du derrière entre deux chaises. Pour commencer, il y a un grave souci d’équilibrage. J’ai beau avoir fait attention à mon équipement (au niveau de mon armure et les dégâts de mes armes), le boss et ses sbires m’ont roulés dessus pendant une petite dizaine d’essais. Infligeant des dégâts beaucoup trop importants par rapport à ce que je lui infligeais à ce moment là, on comprend également au passage que le gameplay cover shooter de Gears Of War et ses particularités est beaucoup trop présent.

Dans Gears Of War, nous sommes obligés de nous couvrir derrière des éléments du décor si l’on souhaite survivre. Faire le malin en plein milieu du champ de bataille n’a que pour seule fin un bon vieux Game Over. Pour ça qu’un locuste en dehors de sa couverture est toujours un cadeau que nous devons exploiter à chaque fois. Dans Outriders, l’ennemi fait tout pour nous sortir de notre cachette, ce qui fait que nous n’avons pas le choix de sortir. Jusqu’ici, tout va bien, mais une fois sortis, on se rend compte qu’en termes de dégâts reçus, on est sûrs d’y rester. De plus, les pouvoirs que l’on à ne renverse absolument pas la situation et ne font pas du tout le poids en termes de dégâts par rapport à ce qui se trouve en face. Non seulement vos ennemis sont en nombre mais en plus font beaucoup plus mal que vous.

Toujours dans le gameplay, on pourra choisir d’avoir trois armes sur nous. Une principale, une secondaire et une arme de poing. Les sensations de tirs sont tout simplement excellentes même si celles de The Division 2 sont pour le coup bien supérieures. Mais j’ai ressenti un vrai plaisir manette en main durant ma session sur la démo. Je n’en ai jusque là pas parlé, mais sachez que Outriders n’est pas un monde ouvert mais plutôt une succession de zones plus ou moins grandes, avec des arènes se succédant les unes aux autres où vous pourrez vous battre avec des vagues d’ennemis. Une fois le combat arrivé à son terme, vous pourrez explorer la zone à la recherche de loot, caisses de munitions, collectibles renseignant sur le lore du jeu ou de minerais qu’il vous faudra extraire et qui vous aideront aux marchands par la suite. En ce qui concerne les marchands, il y en a deux à notre disposition, l’un pour les armes, l’autre pour la protection où vous pourrez leur acheter et/ou revendre ce dont vous avez besoin. Néanmoins, j’espère une petite mise à jour de ce côté là puisqu’au moment de passer à la case de la revente, j’ai trouvé que le menu manquait d’ergonomie, rappelant les débuts de Ghost Recon Breakpoint.

Du côté de la technique, entre les soucis de caméras dans les discussions entre notre personnage et un pnj qui donnait l’impression que le caméraman avait bu juste avant, les très nombreuses dé-synchro labiale en Version Française (d’ailleurs le doublage français est dans sa grande majorité très approximatif, passant du bon au très mauvais comme par exemple la voix du personnage de Shira Gutmann), le souci de framerate dans les cinématiques, ainsi que des répétitions dans les dialogues, cette démo de Outriders est inquiétante à environ un mois de sa sortie (le 1er avril). J’espère que la raison vient du fait que nous avons affaire ici à une version antérieure de quelques mois et que le studio était conscient de ce qui nous est proposé ici parce que sinon, les premiers jours après la sortie du jeu seront « éprouvantes » pour le studio.

Les forces

Cette démo est sur le papier une excellente idée pour montrer de façon cash et franche le jeu. Je vous liste donc ce que je retiens en positif :

Les faiblesses/suggestions

Mon avis

J’ai accompli la démo de Outriders sur PS5 en 5-6 heures. Bien assez pour en retirer un premier avis donc. Graphiquement parlant, outre les visages inexpressifs et les textures des cheveux un peu bizarre, je trouve que les environnements sont vraiment superbes et l’Unreal Engine 4 est ici bien exploité, bien que je trouve qu’au final, Outriders fait plus PS4 que PS5. Si j’aime assez bien le scénario et l’écriture des dialogues, faisant penser à un scénario de série z qui fait plus parler la poudre qu’autre chose, j’ai envie de savoir le fin mot de l’histoire et ça veut dire énormément venant de moi. De plus, si mes premières minutes sur le jeu ont été des plus succulentes sur le point particulier du gameplay, une fois que l’on récupère notre classe, je me dois de vous dire que c’est un peu la douche froide qui m’est arrivé, plus particulièrement lors du premier boss où tous les soucis autour de la couverture et le fait de devoir se promener sur le champ de bataille apparaissent et où on comprend que le gameplay souffre de tares assez importantes. Est-ce parce que le jeu doit être rééquilibré dans sa difficulté ou est-ce parce que le studio s’est trop inspiré de Gears Of War, prenant inconsciemment ses spécificités propre lors du développement de Outriders ? Je ne saurais situer le souci mais une chose me paraît claire : Oui cette démo de Outriders me donne envie de me lancer dans le jeu complet le 1er avril prochain mais il faudra que le jeu corrige au plus vite ce très gros souci parce que je ne suis pas sûr d’être aussi tolérant que je ne le suis maintenant.