[Test] Astro’s Playroom : Quand le Passé s’occupe de lancer le Futur de PlayStation

Embarqué gratuitement dans les PS5 du monde entier, Astro’s Playroom à la lourde tâche d’incarner à la fois notre « premier » Jeu Vidéo sur PS5 mais aussi de nous faire comprendre toute la portée des technologies contenues dans la DualSense, la manette de la PS5. Et ce, avec une petite surprise au passage, celle de la nostalgie que nous allons forcément ressentir au cours de l’expérience.

De tout temps, de toute époque, de toute consoles, peu importe le constructeur, la manette incarne la connexion entre le joueur avec le monde virtuel dans lequel il est plongé. Ces fameux mondes virtuels si multiples nous transmettaient toute sortes d’émotions, la joie de remporter une victoire, à la tristesse de perdre un personnage que nous aimons de tout notre coeur, en passant par la colère de voir les agissements d’un méchant, ou bien celle de la découverte. Bien entendu, un certain Nintendo s’est essayé à révolutionner cette connexion avec sa Wiimote, le Gamepad de sa Wii U ou plus récemment avec ses Joy Con et sa Nintendo Switch. Avec plus ou moins de réussite certes mais sans vraiment comprendre l’essence même de ce lien si invisible mais pourtant bien palpable.

Ce qu’Astro’s Playroom vous propose va plus loin qu’une simple démo de gameplay de luxe gratuite, il vous offre la possibilité de comprendre la portée infinie des capacités d’une DualSense beaucoup trop en avance sur son temps qui vient balayer non seulement quatre générations de DualShock mais qui pose ses pieds sur la table pour un sacré bon bout de temps. Vous démarrez en dehors de votre hub personnel, le Labo PlayStation, là où vous entreposez toutes vos récompenses. Là, vous faîtes face à 4 portes. Ces 4 portes ouvrent sur autant de mondes différents (avec leur propre univers et habillages sonores/musiques) et tout autant de propositions de découvrir votre nouvelle manette, votre nouveau compagnon de routes, votre nouveau confident pour de futures aventures toute plus folles les unes que les folles… En attendant, la phase de la rencontre et de la découverte commence. Entre la Jungle du CPU, la Station Climatisante, la Prairie de la RAM et le Circuit SSD, vous allez à la fois explorer le niveau à la recherche de pièces (que vous dépenserez dans votre labo), de pièces de puzzles et enfin d’artefacts se chargeant eux de la seconde partie de ce Astro’s Playroom auquel je reviendrais plus bas. Des mondes où l’aventure est de mise et où le rythme y est rapide, offrant donc son lot de sensations diverses et variées.

Dans chacun de ces mondes, l’accent sera mit sur une capacité bien précise de la DualSense et vous demandera donc de tirer parti de cette capacité pour avancer. Entre le fait d’incarner une sorte de robot rebondissant où il vous faudra vous servir à la fois de la gâchette droite ainsi que le gyroscope de la manette. La possibilité de se glisser dans un robot singe où il vous faudra à la fois vous servir du gyro mais aussi de l’accéléromètre afin d’escalader des parois parfois remplies de dangers en tout genre, chacun de ces 4 mondes vous offrira la possibilité de l’explorer avec une capacité précise. Sans compter aussi sur le fait que le jeu vous invite régulièrement à jouer un peu de votre souffle pour activer certains mécanismes. Jusqu’ici, nous sommes plus ou moins en terrain connus pour les joueurs connaissant les manettes de chez Nintendo. Sauf que dans la « DualSense », le mot « Sense » prend tout son sens. C’est le cas de le dire au sens littéral du terme. Vous ressentez réellement diverses sensations comme la surface sur laquelle vous marchez. L’herbe, le métal, la boue et la terre, vous ressentez réellement la sensation de marcher sur ces surfaces. Essayer d’expliquer avec des mots les sensations que l’on ressent une fois la manette Dualsense entre les mains est une tâche bien trop compliquée et je sais que je n’y parviendrais pas. Alors la seule chose que je dit, c’est si vous vous prenez la PS5, faîtes de ce Astro’s Playroom votre premier vrai Jeu Vidéo.

Outre la découverte de la DualSense, Astro’s Playroom nous offre une grosse surprise : celle de la nostalgie. Dans les 4 mondes, se cachent des artefacts. Ces fameux artefacts sont en fait des objets de collections qui iront tout droit dans le Labo PlayStation et représentent à la fois les consoles mais aussi les différents accessoires des quatre PlayStation. De la 1ère à la 4ème, en passant par la PSP (et la PSP GO) et la PS Vita, ces artefacts représentent donc l’histoire de PlayStation de 1994 à 2020. De la PlayStation à la PlayStation 5, votre Labo accueillera toute les consoles et leur accessoires au fur à et mesure de leur découvertes dans les 4 mondes.

Du côté des graphismes, Astro’s Playroom est relativement joli et tourne en 4k 60 fps. D’un point de vue technique, je n’ai rien à redire vu que ma session sur le jeu s’est très bien passé, aucun freezes, ni ralentissements, bref, rien de négatif à dire. Oui je parle d’une seule session puisque j’ai accompli le titre d’une traite. Quand à sa durée de vie, cela variera d’une personne à l’autre. J’ai dû le finir en 5 ou 7 heures mais le titre pourrait bien dépasser la dizaine d’heures si l’on souhaite décrocher le saint Platine et ses 45 trophées.

Le Platine

Ce que j’ai aimé :

  • Une ode à la nostalgie pour la marque
  • On comprend grâce à Astro’s Playroom que la DualSense est un vrai Game Changer et que le retour en arrière après sera très compliqué
  • 4 mondes différents avec leur propre ambiance
  • Une expérience joyeuse, qui fait du bien par les temps qui courent
  • C’est bourré d’easter egg lié à PlayStation et ses exclus (pêle mêle : Uncharted, Days Gone, Death Stranding, MGS et etc etc…)
  • Une expérience courte (comptez 5-7 heures, plus si vous souhaitez le Platine)

Ce que j’ai moins aimé :

  • Impossible de s’arrêter une fois plongé dans cette petite aventure qui fait du bien. Oui je n’ai pas vraiment de point négatif en fait :/

Son Appréciation

Loin d’être une démo de luxe gratuite, Astro’s Playroom se permet à la fois de nous faire comprendre toute la portée des capacités de la DualSense tout en n’oubliant pas de nous coller une vague nostalgique en plein visage. Si comme moi vous avez un affect particulier envers PlayStation et ses exclus, alors vous ressentirez la même chose une fois devant les références des JV PlayStation qui abondent dans les 4 mondes, qui sont d’autant de manières de découvrir notre nouvelle manette qui va nous accompagner dans de futures nouvelles aventures hautes en couleurs. Loin d’être un « vrai » JV en tant que tel, Astro’s Playroom se doit d’être votre premier jeu à faire sur PS5 avant tout les autres. Ne serait-ce que pour vous rendre compte de ce que la DualSense est capable de faire puisqu’il m’est impossible de vous retranscrire ce qu’on ressent vraiment avec de simples mots. Pour finir, je décerne à Astro’s Playroom le coup du cœur du Blog. L’expérience vaut vraiment le coup d’être vécue, croyez moi.

Sa Note

*Test et screenshots basés sur une copie dématérialisé du jeu sur PS5 achetée par mes soins.

6 commentaires

  1. Je le guettais ce test !
    Je me le réserve ça sera mon plaisir du week-end !
    Et ravi de lire
    « On comprend grâce à Astro’s Playroom que la DualSense est un vrai Game Changer et que le retour en arrière après sera très compliqué »

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère que le résultat était à la hauteur de tes attentes dans ce cas 😇 Merci pour ton commentaire, ça me fait chaud au cœur 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s