Immortal Realms : Vampire Wars – La Critique Augmentée

Développé par le jeune studio Suédois Palindrome Interactive et édité par Kalypso Media Immortal Realms : Vampire Wars est un jeu de stratégie se déroulant dans un univers vampirique, comme son nom l’indique. Bien qu’étant le premier titre de Palindrome, fondé en 2015 et composé de seulement 16 développeurs, IR:VW se veut ambitieux. Pas moins de 3 clans vampires s’y affrontent : Le clan guerrier de Dracul (vous l’aurez reconnu), le clan noble de Moria et le clan bestial des Nosfernus. Chacun d’eux représente un archétype de la mythologie vampire. Les développeurs eux-mêmes se déclarent adorateurs du mythe et ont puisé leurs inspirations dans divers œuvres le traitant. Le conflit prend place sur les terres de Nemire, où depuis plusieurs siècles les clans se partagent le lieu, mais à présent la cohabitation n’est plus possible et chacun désire se l’approprier pour lui seul. Nous allons découvrir ce que donne cette guerre, pad ou souris en mains, car oui, le jeu sera disponible sur toutes les plateformes, PC/PS4/One et Switch.

Je remercie Koch Media pour leur confiance et pour m’avoir permis de rédiger ce test dans des conditions optimales sur la version PC du titre.

Le gameplay est un mélange de combat au tour par tour, jeu de cartes et management d’empire. Bien que complexe de prime abord, le système est assez jouissif une fois dompté. Pour se faire, un didacticiel instructif et très complet vous est proposé, autant dire que je vous recommande chaudement de l’effectuer avant de vous lancer dans le terrible mode campagne. Bien qu’il soit impossible de paramétrer la difficulté, celle-ci est équilibrée. Avec de la patience et une bonne dose de réflexion, parvenir au terme de cette aventure maléfique ne sera sans doute pas un problème. 

Pour arriver à vos fins vous évoluerez à la fois dans une sorte de world map mais aussi sur des champs de bataille. La première partie consiste à vous approprier des territoires, ces derniers octroient divers bonus selon le type de case que vous convertissez à votre cause. Vous trouverez entre autres des forges vous permettant d’acquérir des équipements pour votre seigneur sanglant, les archives servant à obtenir des cartes qui vous aideront à la fois à gérer vos troupes mais aussi à combattre plus efficacement. 

La présence des cimetières, grottes et d’autres lieux accueillants permet de recruter de nouvelles unités (eh oui, c’est avec de bons morts que l’on fait de bons guerriers). Le nerf de la guerre reste les villages, ils disposent de deux fonctions assez vitales : la première permet de soigner vos troupes après chaque combat, la seconde de dévorer toute la population, ce qui vous donnera des gouttes de sang, la monnaie servant à utiliser les cartes sur la world map. 

Pour ce qui est des joutes entre morts-vivants un peu pâlots, un système de cases vous attend. Les combats se déroulant en tour par tour, l’initiative de vos unités est importante car c’est ce qui déterminera qui frappera le premier. Ces dernières pourront être composées de guerriers, d’archers et de tanks. Chacune d’elles ont leur utilité et vous devrez choisir judicieusement leur placement car une fois la bataille lancée leur localisation sera d’une importance capitale pour parvenir à la victoire. En effet, il arrive souvent que les arènes soient étroites ou parsemées d’obstacles et, lorsque c’est le cas, vous pesterez quelquefois sur la position d’une unité qui bloquera le passage d’une autre. 

L’unité la plus importante restera votre seigneur de guerre, sorte de héros, qui sera déterminant car c’est votre atout le plus puissant. Non seulement il frappe fort, mais il pourra, à l’aide de points de mana, déclencher des capacités uniques pouvant faire basculer l’issue d’un affrontement. Lors des combats, des objectifs optionnels sont disponibles : les mener à bien donne l’avantage non négligeable d’augmenter le rang de vos seigneurs de guerre et vous facilitera la bataille entreprise. Ces objectifs, parfois difficiles à accomplir, ne sont heureusement pas indispensables pour mener à bien vos combats, les seigneurs étant des personnages d’une puissance colossale, même lorsqu’ils ne sont pas au maximum de leurs capacités.

Le but du mode Campagne sera de vous dévoiler le lore de chacun des clans, solide et accrocheur il se paie le luxe d’être assez bien mis en scène pour un jeu de stratégie. Le mode bac à sable vous permet de combattre plus librement sur la World Map tandis que le mode escarmouche à pour but de “tester” les différentes unités dans du combat pur. Du classique en somme.

En mode Campagne, les trois clans ont droit à 4 Actes d’une durée respective d’environ 2h, autant vous dire que vous aurez de quoi faire et quelques batailles à mener ! Je suis parvenu au bout de mon périple vampirique en une bonne trentaine d’heures, c’est très honnête pour un jeu du genre. D’autant que je n’ai à peine touché aux autres modes de jeu.

La direction artistique n’est franchement pas en reste, que ça soit au niveau du design des cartes, des portraits de seigneur de guerre ou du style graphique, sombre et macabre. Les compositions musicales participent également efficacement à l’immersion sans être transcendantes. Rien à signaler du côté des effets sonores qui font le boulot et vous mettent dans l’ambiance.

Ce que j’ai aimé :

  • Ambiance vampirique au rendez-vous (jamais sans ma gousse d’ail)
  • Scénarisation et mise en scène de bonne facture pour un jeu de stratégie
  • Système de gestion de son empire sanglant réussi
  • Résolution automatique de certains combats possible pour ceux qui ne maîtrisent pas les batailles ou qui veulent avancer rapidement
  • Aucun bugs à signaler

Ce que j’ai moins aimé :

  • Manque de budget se faisant légèrement ressentir
  • Une répétitivité bien présente malgré les objectifs de campagne variés
  • Taille de certains éléments de l’interface trop petits
  • Textes parfois difficiles à lire, même sur PC (je n’ose imaginer le résultat sur un écran TV)
  • Des ralentissements au bout de 4h de campagne consécutives (résolu par un redémarrage du jeu)
  • Une touche de sauvegarde rapide ne serait pas de trop

Son Appréciation :

Avec une campagne d’une longueur conséquente pour un jeu de stratégie, un gameplay solide et audacieux mélangeant gestion, cartes à jouer et combat au tour par tour, Immortal Realms : Vampire Wars est un titre agréablement surprenant. Vendu à un prix contenu, il vous en donnera pour votre argent, si tant est que vous appréciez le genre. Pour ne rien gâcher, son style visuel est en phase avec l’univers vampirique et vous donnera sûrement envie d’un petit voyage en Transylvanie. Dommage qu’au bout d’une vingtaine d’heures de jeu un sentiment de lassitude se fasse légèrement ressentir. Le premier essai (plutôt réussi) du studio Palindrome laisse augurer un avenir plutôt prometteur pour ce jeune studio et j’ai désormais hâte de découvrir ce qu’ils nous proposeront par la suite.

Sa note :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s