[Part II] The Last Of Us Part II : Une sortie pas si tranquille que cela

J’aurais très bien pu me contenter de la Critique de The Last Of Us Part II que vous pouvez dévorer et décortiquer comme bon vous semblera mais exceptionnellement, je ne le ferai pas. Des semaines avant la sortie de la nouvelle production du studio californien derrière la saga Uncharted, des événements se sont produits que la Presse spécialisée n’a pas jugé bon de relayer dans son ensemble, ou alors travestir la réalité, en donnant un autre sens à l’information du moment, une habitude pour les médias orientés qu’ils sont. J’aurai pu passer sous silence, comme eux, ainsi que tout ce que j’ai pu lire ou regarder en vidéo. J’aurais aussi pu ne rien écrire, me contenter d’une simple critique comme tout le monde… Hors, il n’en est rien et cet article, unique en soit, que ce soit sur le Blog ainsi que pour un média spécialisé, vous propose de condenser certaines choses qui sont arrivées avant la sortie de The Last Of Us Part II. En essayant de rester le plus neutre possible, même si certaines choses auxquelles je suis très attaché, comme la liberté d’expression est dans une certaine mesure attaquée. Gardez bien à l’esprit que cet article est pour ainsi dire une expérience que je mène. Qu’il n’est pas une attaque personnelle envers Naughty Dog ni envers Neil Druckmann et que la note que j’ai ainsi formulée envers The Last Of Us Part II ne tient pas compte de ces faits.

the-last-of-us-2-ellie-i76718

[Mise à jour du 4 juillet : Polygon à eu pour ainsi dire la même idée que moi dans son article du 30 juin dans son article « The Last Of Us 2 has become a minefield » qui relate même une petite anecdote d’un journaliste chez Vice ayant reçu un bien étrange coup de téléphone de la part de Naughty Dog à travers Sony…]

Comme je l’ai dit dans mon introduction, The Last Of Part II ne se résume pas qu’à un simple JV et fin de l’histoire. Avant sa sortie le 19 juin dernier, bon nombre de petites choses entourant les dernières semaines de développement se sont passées et pour la première fois dans l’histoire du Blog, j’ai décidé de revenir là dessus. Car je considère qu’il n’est pas normal, du moins en 2020, de s’en sortir avec des notes dithyrambiques en omettant sciemment ce qu’il s’est passé avant la sortie de The Last Of Part II, presque comme si tout était normal et que tout allait très bien dans le meilleur des mondes.

TLOU Druckmann ratio like dislike
Ratio Like/dislike lors des leaks et une tentative de « damage control » de la part de Neil Druckmann

Maintenant que vous connaissez mon avis sur The Last Of Us Part II, (si ce n’est pas déjà fait, allez lire cette maudite critique à cette adresse bon sang !), il est donc temps pour moi de vous dévoiler tout ce qui tourne autour du studio, de ses pratiques en interne comme en externe. Qu’on soit bien d’accord, tout le monde fait ce qu’il veut de son argent mais j’estime qu’il est important d’avoir tous les éléments en main pour prendre sa décision d’acheter ou non telle ou telle oeuvre en ayant connaissance de l’intégralité des affaires la touchant. Beaucoup vous parle d’honnêteté, qu’ils seraient plus honnêtes que leur voisin, au final, très peu font ce que je m’apprête à faire. On a toute et tous le droit à la “vérité”, il est temps de vous la proposer de la façon la plus neutre possible.

Druckman insulte
Monsieur Druckman s’est servi d’une citation de Kurt Cobain pour faire passer un petit message.

Pour en avoir vu des JV où le sort s’acharne sur eux, The Last Of Us Part II peut se targuer d’être le plus poissard d’entre tous. De l’image publique écornée par les révélations des pratiques de crunch, faisant passer le studio comme la pire entreprise de Californie où les développeurs savent pertinemment qu’il faut éviter le studio comme la peste, aux multiples reports de sortie, jusqu’au summum du summum en terme de poisse avec les leaks massifs suite à un probable piratage de leurs serveurs internes, The Last Of Us Part II en a ainsi pris dans la gueule de façon incessante et ininterrompue pendant de longues semaines avant sa sortie le 19 juin dernier.

img_20200601_0005371477870539.jpg
Les premières heures des leaks Partie I

On rajoute à ça le comportement du scénariste Neil Druckmann, entre insultes, blocages de personnes s’exprimant sur le sujet des leaks (et qui allaient toutes et tous contre son avis à lui) et de victimisation sur Twitter, sans même parler de l’utilisation d’une nouvelle feature du Réseau Social pour faire taire purement et simplement les gens comme vous et moi en privant toute réactions possible sous les tweets du CM du studio, avec au passage l’utilisation de « strike » sur Youtube (et Twitter !), que vous vous exprimiez sur les leaks en détails où que des personnes comme vous et moi s’expriment juste autour de l’affaire comme je suis en train de le faire actuellement. Loin de moi l’idée de trouver un responsable et/ou un coupable, j’énonce juste des faits sans aucun parti pris, quand bien même j’assume sans aucun problème être aux antipodes de la manière de faire de ce genre de personne que pourrait être (oui au conditionnel) Neil Druckmann. Parce que je ne connais pas le monsieur en privé, juste son image publique, rien de plus, rien de moins.

img_20200601_0005141436907959.jpg
Les premières heures des leaks Partie II

D’ailleurs, en terme de parti pris idéologique, j’évoque le fait que le studio s’est exprimé le plus simplement du monde sur les émeutes qui ont lieu actuellement aux Etats Unis suite à la tragédie qui a coûté la vie à un homme et ont donc pris parti pour une cause provoquant pillages, émeutes et morts dont un ancien flic de 77 ans. Continuons sur le même sujet, puisque Neil Druckmann a accordé récemment une interview dans laquelle il déclare vouloir “normaliser des choses normales” en faisant certainement référence à certains propos tenus dans The Last Of Us Part II, tout en considérant l’opinion des gens contraire aux siennes comme toxique, sans toutefois dénoncer l’interdiction de vente de TLOU Part II au Moyen Orient à cause des propos LGBT.

img_20200615_133603-914223943.jpg
« Pour Neil Druckmann, Tlou Part II va normaliser des choses normales »

Que Neil souhaite “normaliser” des choses normales, bon soit. Mais il faudrait déjà savoir de quoi on parle parce que ça reste vague de vouloir normaliser des choses normales… Mais ce qui est intéressant, c’est réellement le comportement du monsieur. Neil Druckmann, quand bien même il soit effectivement Vice Président de son studio et co scénariste sur TLOU Part II, je ne pense pas que ça puisse permettre à cet homme de se sentir obligé de vouloir subitement faire la leçon à la terre entière. Cela dit, il en a tout à fait le droit, je ne lui retire pas cela mais ça se saurait si on devait attendre après Neil Druckmann pour “normaliser des choses normales”. D’ailleurs… de quelle choses normales parlait-il ? Pour avoir fini TLOU Part II, désolé de vous dire que je cherche encore ces fameuses “choses normales”…

img_20200615_133631-700353344.jpg
Une petite victimisation, ça ne fait de mal à personne 🙂

Je pourrais aussi vous parler du vol de copyright de la reprise, avec des paroles en plus, de Lotte Kestner sur la chanson “True Faith” du groupe New Order dans le spot TV visant à faire la pub du jeu à la Tv (et/ou au cinéma). Même si la situation est beaucoup plus difficile que ce qu’on peut penser de prime abord, étant donné le flou juridique (que j’ignore moi même donc je me garderai bien de donner mon avis), il faut bien avouer que le studio ainsi que le jeu continue sa malchance d’avant la sortie. Cela dit, le studio, par la voix de Neil, ont présentés leur excuses à la chanteuse et tout est bien qui finit bien.

img_20200601_0004511992154766.jpg
Par contre, un gros strike DMCA sur Twitter, ça laisse toujours une petite trace…

Parlons aussi de la pratique du studio qui a purement désactivé le système de like et de dislike sur les vidéos promotionnelles de The Last Of Us Part II, pratique également reconduite pour le State Of Play du 27 mai, histoire de faire taire les gens le plus possible, sur Youtube, avec tous les moyens « légaux », comme par exemple le fait de striker trois fois de suite la même vidéo dans la même journée. Sans même parler de l’utilisation d’une nouvelle fonctionnalité sur Twitter, en fermant purement et simplement la discussion aux utilisateurs/trices non mentionné(e)s dans la discussion.

img_20200527_103900-1681738229.jpg
Surtout quand on le se mange soi-même 😀

Au passage, et ce n’est pas une pratique nouvelle, mais Playstation à littéralement choisi les journalistes JV qui ont ainsi pu recevoir leur petite copie du jeu pour nous concocter leur petit test au 12 juin. Est-ce parce que ces mêmes journalistes n’ont pas été “tendres” avec une production PlayStation par le passé ? L’histoire ne le dit pas mais par exemple, Paul Tassi entre autre, journaliste chez Forbes, n’a pas reçu de quoi travailler. Pendant ce temps là, en France, notre Julien Chièze national, a reçu sa petite copie. Sachant pertinemment, depuis des années, que ce même monsieur sert volontiers la soupe, on a de quoi s’interroger sur la pertinence des aperçus sortis le 1er juin et des tests sortis le 12 juin, date de fin d’embargo (pour la petite anecdote, sachez que c’est la première fois que nous assistons à la sortie d’articles dits “preview” basés sur une version finale du jeu, à 11 jours des reviews pendant que les dits journalistes étaient en cours de rédaction de leur tests !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A savoir que le studio et Sony, comme pour un certain God Of War, restent donc confiants quand les tests sortent une semaine avant la sortie du dit jeu. De toute manière, il n’en pouvait être autrement étant donné que la grande majorité des “journalistes” JV ont toutes et tous une orientation politique unique. En soit, ni l’éditeur, ni le studio de développement ne craignent quoi que ce soit de ce côté là. D’ailleurs, en parlant des tests, ils sont tous dithyrambiques, du moins en France. Rien de réellement percutant donc vu qu’on a vu fleurir des 8, 9, 10, 18, 19 et 20 “récompensant” l’énorme travail que le studio a abattu pour nous proposer cette Part II.

img_20200604_235132-967932217.jpg
Quand la poisse te tombe dessus, c’est généralement par tombereau de merde.

Qu’on soit d’accord sur le fait que Naughty Dog ne soit pas le premier studio ni même le dernier à faire ce genre de choses citées plus haut, mais je pense qu’il faut arrêter de taire ce genre de pratiques et ça commence maintenant. Ce n’est pas parce qu’il y a pire ailleurs qu’il faut taire les pratiques de monsieur Druckmann. Et ce n’est pas parce qu’Internet regorge de trolls et de gens vraiment toxiques qu’il faut aussi excuser des pratiques anti-démocratique de la part du studio. Je pars du principe que les leaks, à partir du moment où ils ont été hélas diffusés, sont tombés dans le domaine public. Que les gens en parlent en détails ou ne font qu’évoquer l’affaire, il n’est pas normal d’en arriver à les faire taire, dans une Démocratie.

TLOU fonctionnalité Twitter
Quand on censure en ce bas monde, on s’arrange toujours pour que ça passe sans que ça ne se voit trop…

Où la liberté d’expression, de plus en plus mise à mal est déjà bien assez attaquée de toute part, en prend encore plein la gueule. Pourquoi ? Parce que je considère qu’il n’est pas normal d’avoir recours à ce genre de pratiques. Parce que je suis un peu fatigué de devoir me faire entendre dire « mais ce n’est pas si grave que cela, faut se détendre dans la vie ». Du coup, je pars du principe qu’un avis, qu’une opinion, qu’elle soit donc divergente de la vôtre, de celle de Neil Druckmann, du studio ainsi que de la presse spécialisée sera accueilli avec bienveillance, puisque tout le monde est détendu et relax, non ? Enfin je finis sur la question du tout politique et que c’est une très bonne chose que le studio puisse prendre faits et cause. Là n’est pas le souci, du moins pour moi. Mais je pars aussi du principe qu’on puisse aussi ne pas être d’accord avec ça et avoir ainsi le droit de le dire haut et fort sans forcément redouter derrière une sorte de punition comme j’ai pris l’habitude de l’observer ici et là. Cette censure latente, qui ne dit pas son nom mais qui en a tout les traits est intolérable et devrait réellement être rejetée par tout le monde, petit comme gros. Parce que si aujourd’hui vous pensez que vous pouvez réellement tout dire sans rien craindre en ne réagissant donc pas, attendez donc de voir ce qui vous arrivera demain. Si rien n’est fait maintenant, demain sera trop tard. Le souhaitez vous vraiment ?

img_20200601_000426-2114151138.jpg
Le studio à même été jusqu’à mettre des strike sur des vidéos « Théories ».

Toutes ces affaires autour des dernières semaines de développement de The Last Of Us Part II, entre crise sanitaire du Coronavirus ainsi que du moment où le jeu s’est fait purement et simplement leaké (sans qu’aucune explication ou raison à ça ne soit données, juste de vagues suppositions ou hypothèses) révèle une certaine fébrilité ainsi que des semaines éprouvantes pour Neil Druckmann et ses collaborateurs/trices. Des erreurs, des maladresses ont ainsi été commises, certainement dû à une perte de certains repères ou une absence de recul, fragilisant donc le sang froid exigé dans de pareilles situations. Je ne cherche ni à blâmer le studio ni Monsieur Druckmann, là n’est pas le but de cet article, même si effectivement je rejette catégoriquement le fait de s’en prendre aussi violemment que cela à ma chère liberté d’expression que j’affectionne tant. Cet article n’a pas vocation à taper pour juste taper.

img_20200615_110511-791802354.jpg
C’est toujours courageux de vouloir défendre une cause. Mais quand celle ci provoque émeutes, chaos, pillages et la vie à un policier à la retraite de 77 ans, c’est franchement moyen, non ?

Son utilité est ainsi de dire que moi joueur de JV de très longue date voit ce qu’il se passe et ne désire pas (ou plus) se taire comme la Presse Spé le fait, histoire pour elle de recevoir son petit jeu et ainsi y mettre une belle note afin d’apparaître dans le panthéon des superbes notes qui fleurissent ici et là sur Internet. La note que j’ai ainsi mise à TLOU Part II résulte donc de ses qualités indéniables, de mes connaissances et mon expérience dans le loisir et la passion que j’affectionne encore et toujours. Et pourtant, j’ai écrit cet article pour exposer une dérive de plus en plus insistante dans le JV moderne : l’essor à tous les niveaux d’une politique unique, insidieuse et pernicieuse que je ne nommerai pas mais que je rejette catégoriquement. Une idéologie qui adule la censure et la disparition pure et simple de notre droit le plus élémentaire : celui de la Liberté d’expression. A cela, je répondrai cette citation de Christian Granger : “Vouloir faire taire la liberté d’expression, c’est vouloir repasser de l’humanité à la bestialité”.

Les sources (en plus des captures d’écrans que vous pouvez voir durant votre lecture)

  1. Pour Neil Druckmann, Tlou Part II “va normaliser des choses normales” : Neil Druckmann: The Last of Us Part 2 will « normalise stuff that is normal »
  2. Le crunch et la réputation pas très joyeuse du studio à Los Angeles : As Naughty Dog Crunches On The Last Of Us II, Developers Wonder How Much Longer This Approach Can Last
  3. L’idéologie politique dominante du studio divise au sein même des développeurs et développeuses : The Last of Us 2 gameplay leak came from dev that hates its divisiveness
  4. Naughty Dog se sert de la nouvelle fonctionnalité de Twitter afin de « combattre les spoils » : Naughty Dog utilise une nouvelle fonction de Twitter pour combattre les spoilers
  5. Le studio qui va jusqu’à mettre un strike pour copyright sur une vidéo « théorie » : Are you fucking kidding me NAUGHTY DOG you’re copyright striking me for using something from a 2016 TRAILER ON REDDIT?!?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s