[Retour Sur] On revient sur la Bêta Ouverte de Predator Hunting Grounds

Prévu pour une sortie sur PS4 et PC le 24 avril prochain, Predator Hunting Grounds s’est laissé chasser dans la jungle un peu en avance durant son week end de Bêta ouverte du 27 au 29 mars inclus. C’est ainsi que Jensen et moi même nous nous sommes laissés aller au jeu et nous avons décidés de revenir sur notre expérience conjointe.

predator-hunting-grounds-ok-640x960

Avant toute autre chose, sachez que la Bêta ouverte était réservée aux membres du PS Plus et que nous y avons consacré une petite heure sur PS4 Pro.

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328192034
Avant même de se laisser tester, Predator Hunting Grounds vous demande de l’acheter, ce qui est particulier comme histoire, non ?

Un groupe de 4 commandos lancés à corps perdu contre un cinquième joueur, ici le Predator. Ces quelques mots suffisent à rappeler un certain Evolve, développé par Turtle Rock Studios (Left 4 Dead), sorti en 2015. Aujourd’hui, le jeu édité par 2K n’est plus, après un passage en free to play en 2016, les serveurs ferment définitivement en 2018. Mais on ne souhaitera pas un avenir aussi chaotique à Predator: Hunting Grounds. Ce week-end a été l’occasion d’avoir un bref aperçu de cette nouvelle expérience multijoueurs, proposée par Illfonic en collaboration avec Sony Computer Entertainment. L’occasion aussi de mettre mon talent à traquer notre Agent Jensen national à l’épreuve. 

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193120

Nos premières parties, en privé, font office de didacticiel. J’endosse dans un premier temps le rôle d’un commando, je choisis mon point d’apparition et la chasse peut enfin commencer. Équipés d’une arme principale, une secondaire et de quelques outils utiles à notre survie, on repère vite les mécaniques d’un FPS tout ce qu’il a de plus basiques et on découvre nos objectifs. Car oui, en tant que commando, le but n’est pas seulement de sillonner la carte pour trouver et éliminer le Predator. Objectifs de missions et ennemis IA sont également de la partie rendant l’ambiance d’autant plus inquiétante. Quelques secondes après notre apparition, c’est le drame, et je suis mise à terre par une IA: fin de partie. On se reprend, on échange les rôles, histoire de voir ce que le Predator propose de son côté. Au programme: vue à la troisième personne, invisibilité, lasers explosifs, sauts surréalistes, lames dévastatrices, possibilité de grimper aux arbres, s’il faut un certain temps d’adaptation pour aspirer à le maîtriser, il n’en est pas moins sûr qu’en 1v1, les chances de survie du commando sont quasi nulles.

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193137

Mais tout ça n’était finalement qu’un échauffement, il est temps de s’essayer au jeu dans son but principal, le 4v1. Malgré de grosses difficultés à rejoindre une partie le premier soir, nous arrivons malgré tout à en enchaîner plusieurs d’affilée le jour suivant, et découvrons ainsi l’ambiance globale du jeu, et les possibilités qui sont proposées pour s’en sortir. Du côté du chasseur, une seule solution s’offre à lui, d’éliminer l’équipe des 4 autres joueurs. Dans le camp adverse, choisissez d’éliminer le Predator ou de réussir assez d’objectifs de missions pour débloquer l’extraction de l’île en hélicoptère.

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193232

Dans sa globalité, Predator: Hunting Grounds reste fidèle aux oeuvres cinématographiques, son ambiance musicale étant au rendez-vous, les bruitages du prédateur sont réussis rendant la partie inquiétante et immersive au possible, sur une unique carte (à l’heure de la bêta) graphiquement maîtrisée, malgré quelques chutes de framerate,  joliment fournie en décors, et facilement exploitable pour les 2 parties. 

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193344

Malheureusement pour la créature, avec 4 joueurs sur le dos, le résultat semble être sans appel: ses chances de survie sont maigres. On note bien vite un problème d’équilibrage du time to kill (temps pour tuer) et du time to death (temps pour mourir). Les commandos semblent plus résistants, avec la possibilité de se soigner et d’être réanimés par un coéquipier, pendant que le Predator, seul avec lui-même, semble prendre bien plus cher avec pour seule solution de fuir et se soigner, dévoilant obligatoirement sa position. 

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193515

En termes de personnalisation, le jeu d’Illfonic propose la création de son personnage, masculin ou féminin, certes assez limité, mais également un système de niveaux et de gain de points d’expérience à chaque fin de partie permettant ainsi de débloquer de nouvelles armes et atouts ainsi qu’une personnalisation cosmétique, d’autant plus facilitée par des “loot boxes”, de ce que j’ai pu en voir, achetables facilement avec une monnaie in-game (à voir si les microtransactions seront implantées le moment venu). 

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328193804

Quoi qu’il en soit, le capital fun est bel et bien présent, en tout cas, le temps d’un week-end. Bien évidemment, on se questionne sur le facteur répétitivité sur le long terme, en fonction du contenu, une fois le jeu sorti. Ne proposant aucun mode campagne, cette adaptation exclusivement multijoueurs ne s’adresse finalement qu’à une poignée de joueurs. En ce qui me concerne, malgré ces quelques heures appréciables en duo, cette bêta ne m’a pas assez convaincue pour que nous allions plus loin, le jeu final et moi. La faute au 100% multijoueurs et à l’appréhension d’une répétitivité plus que certaine, me rappelant beaucoup trop Evolve en son temps. 

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200328194855

L’avis de la Rédac : Jensen

Predator Hunting Grounds aurait pu se payer une identité comme un certain Alien Isolation. Mais il en est tout autre. Multijoueur à 5 joueurs/joueuses, où un commando de 4 danseuses effectuent des objectifs génériques, tout en affrontant une IA classique, se retrouvent à gérer le Predator (incarné par un joueur ou une joueuse), monstre cinématographique devenu une icône de la Pop Culture, aux côtés du Terminator, du Xenomorphe et autres joyeusetés des années 80-90. Ici, on se retrouve donc à enchaîner les parties de grand max un quart d’heure où la répétitivité est de la partie. Néanmoins, il faut bien avouer que j’ai pris du plaisir à m’y plonger le temps de son week end de bêta ouverte, aux côtés de Miss Killzone. En temps normal, je passe mon chemin en ce qui concerne ce genre de JV, détestant au possible le multijoueur. Mais, grâce quand même à un produit sous licence officielle, musiques et bruitages, venu tout droit des films, j’ai été surpris d’être dans mes petits souliers, et de revenir un peu dans l’ambiance du premier film, qui voyait s’affronter Schwarzenneger et ce bien étrange chasseur extraterrestre bourré de technologie ultra badass dans un duel devenu légendaire.

Predator: Hunting Grounds (Demo)_20200329173730

En résulte donc un sentiment mitigé. Autant Predator Hunting Grounds respecte son lore avec un certain respect, autant je trouve qu’il n’a aucune identité propre et se veut donc être générique au possible. Je reste persuadé que l’univers du Predator se prêterait facilement à l’exercice du JV solo, avec une écriture et une mise en scène digne d’un certain Alien Isolation, qui a toujours pour lui d’être l’un des meilleurs Survival Horror que la génération actuelle puisse proposer et dont personne dans l’industrie ne semble motivé à aller taper à sa porte. Dommage donc qu’on nous propose “juste” un JV insipide, sans personnalité, qui se veut juste être un simple cahier des charges de plus dans le petit monde des JV multi, alors qu’il aurait pû et dû être autre chose que “ça”.

Nos 20 min de gameplay maison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s