[Fait Extraordinaire] L’affaire Point Pleasant (1966-1967)

Quand le Silver Bridge reliant Gallipolis (Ohio) et Point Pleasant (Virginie Occidental) s’est effondré en 1967 provoquant la mort de 46 personnes, personne n’aurait pu croire que la catastrophe survient après pratiquement 1 ans d’événements mystérieux dont les étranges apparitions d’une entité appelé l’homme papillon ou Mothman. Comment l’effondrement d’un pont cache en réalité une somme d’incidents tous plus bizarres les uns que les autres ? Retour sur cette bien étrange histoire réelle et (plus ou moins) sourcée.

Pont 1

Etant donné la multitude d’histoires concernant cette étrange affaire, j’ai sélectionné les témoignages ayant un possible lien de près ou de loin avec la catastrophe finale. Dans l’impossibilité de vérifier l’exactitude de l’ensemble des témoignages, ces histoires restent et resteront avant tout des histoires. A vous d’y croire ou non.

Cette affaire de Point Pleasant, qui se finit par une tragédie, reste surprenante à bien des égards. En effet, sur une paire de mois espacés entre 1966 et 1967, les habitants de Point Pleasant et dans les comtés voisins vont littéralement vivre des événements étranges, voir même perturbants. Outre cette fameuse histoire de Mothman, devenue culte au travers des années, j’ai découvert durant mes recherches et la collecte de sources pour la préparation de ce second numéro, quelque chose qui me surprend encore. En effet, l’ensemble de ce que vous vous apprêtez à lire ont un point commun final. Nous allons donc nous concentrer sur le Mothman et les autres incidents, comme par exemple la première apparition des fameux hommes en noirs.

Gardez néanmoins à l’esprit que cela reste avant tout une histoire, ne pouvant hélas pas tout prouver. Cela dit, avant de vous plonger dans ce très gros récit, je ne parlerais pas de l’histoire de Woodrow Derenberger et de sa rencontre avec un certain Indrid Cold, un extraterrestre venant de la planète Lanulos, située dans la galaxie de Ganymède (sauf que pour nous, Ganymède n’est pas une galaxie, mais un satellite de Jupiter). Ce témoignage, « corroboré » en partie par un autre témoignage, recensé et étudié par John Keel, malgré des prédictions en partie vraie, n’a aucun intérêt dans notre histoire de Mothman. Je l’écarte donc volontiers étant donné la foule d’informations sur et autour du Mothman que j’ai à vous faire part.

Nous sommes en septembre 1966. le 1er septembre pour être précis, dans la ville de Scott située dans l’état du Mississipi. James Ikart téléphone au journal local, le Delta Democrat Times, et explique alors qu’il est en train d’observer une créature à forme humaine, qui traverse le ciel sous ses yeux. Intéressés par ce coup de fil, les journalistes se précipitent sur les lieux mais arrivent trop tard, puisque la créature à eu le temps de prendre ses ailes à son cou et de disparaître. On aurait pu croire à un canular mais d’autres témoins confirment pourtant les propos de Ikart. Le 15 septembre, une autre « forme humaine volante » sera aperçu. Puis plus rien jusqu’au 15 novembre, qui sera le vrai point de départ d’une foultitude d’événements tous aussi fous les uns que les autres.

Mais le 1er novembre, un garde national qui se trouvait non loin d’une réserve à munitions aperçoit une grande figure de type humanoïde brunâtre sur la branche d’un arbre. Le 12 novembre, dans la petite ville de Clendenin, dans le Comté de Kanawha, en Virginie-Occidentale, le témoignage de cinq hommes, occupés dans le cimetière municipal, fait état de quelque chose qui ressemblait à un « grand oiseau », d’une couleur très sombre, qui prit son envol à partir de quelques arbres voisins et vola au-dessus d’eux. Ce qui surprit ce groupe d’hommes, car ils déclarèrent que pour eux, « ça ne semblait pas être un oiseau car beaucoup trop grand ». Et ajoutèrent aussi que ça pouvait s’apparenté à un homme avec des ailes. Quelques jours plus tard, il y eu d’autres d’observations, et ce, dans la région tout entière. Il faudra néanmoins attendre trois jours pour que les médias US reprennent cette bien étrange mésaventure.

Tout commence véritablement le 15 novembre 1966. Environ avant 22 heures, un couple de jeunes mariés qui souhaitait se promener, passa à côté de l’ancienne usine de TNT de la ville de Point Pleasant et s’y arrêta. Le couple remarqua alors deux grands yeux qui étaient rattachés à  une masse sombre ayant « la forme d’un homme mais qui était beaucoup plus gros, mesurant entre 1 mètre 80 et 2 mètres 10. Il avait également de grandes ailes repliées dans son dos ». Alors que la dite créature se dirigea vers la porte centrale de l’usine désaffectée, le couple pris peur, paniqua et quitta immédiatement les lieux.  Ce n’est pas fini, puisque quelques instants plus tard, la créature les attendaient sagement sur une colline près de la route. Elle déploya ses ailes et s’éleva en l’air, se mit à suivre leur voiture, qui roulait alors à plus de 160 km/h. « Cet oiseau est parvenu jusqu’à nous malgré notre vitesse », déclara le couple qui se précipita alors jusqu’au shérif-adjoint Millard Halstead. Le couple expliqua alors au shérif que la créature les avaient suivis sur l’autoroute 62 jusqu’aux limites de la ville de Point Pleasant.

Mothman 5
Illustration représentant la rencontre de ce fameux couple avec le Mothman. Avez vous vu la place du volant ?

Toujours cette nuit-là, deux jeunes couples, Roger et Linda Scarberry ainsi que Steve et Mary Mallette, décidèrent d’aller faire une promenade en voiture tard dans la nuit. Alors qu’ils passaient devant la même usine, les couples remarquèrent soudain deux étranges lueurs rouges qui brillaient dans l’obscurité, juste à coté d’un vieux réservoir proche de la clôture de l’usine. Ils s’arrêtent alors et sont impressionnés de constater qu’il s’agissait des yeux d’un gros animal de forme humaine, certes plus grand, de 2m10 de haut environ, avec de grandes ailes rabattues dans le dos, avec une tête dépourvu de cou, comme le décrivit par la suite Roger Scarberry. Terrifiés, les deux couples prirent la fuite. Alors qu’ils arrivaient à la sortie menant à la Route 62, ils pouvaient nettement voir une nouvelle fois la créature sur le bas-coté de la route. Elle écarta alors ses ailes et s’envola, prenant en chasse la voiture. Selon leurs dires, ils avaient ensuite tenté de semer la chose en accélérant, ils avaient (eux aussi donc) même atteint les 160 km/h, sans succès. La créature les suivait toujours de près, pratiquement sans battre des ailes. Puis, alors qu’ils approchaient de la ville, la chose avait soudainement disparu. Ce témoignage fut alors rapporté au shérif-adjoint Millard Halstead, encore et toujours ce bon vieux représentant de la loi. Faisant le lien avec le premier témoignage de la soirée, ce dernier partit alors sur les lieux d’observations, mais ne trouva aucune traces de l’étrange créature. A savoir que cette rencontre fut pour les Scarberry, le début d’une longue série d’événements paranormaux et inexpliqués qui ont bouleversés leur vies malgré leur déménagement. En effet, lorsque Roger s’engagea dans l’armée, Linda retourna vivre dans sa famille à Point Pleasant. Linda et ses parents, les Mac Daniel, auraient eu par la suite d’étranges problèmes avec leur téléphone, ce qui les auraient incités à penser qu’ils étaient sur écoute. Par la suite, ils indiquèrent avoir reçu la visite de personnes ressemblant aux célèbres hommes en noir.

Toujours au 15 novembre, vers 22h30, Newell Partridge, un entrepreneur local, occupé à mater la télévision, peinard, fut dérangé par un bien étrange événement. Tout commence alors que sa télé lui offre un magnifique écran noir. Des « formes étranges » remplissent alors l’écran. Pratiquement en même temps, le son d’une voix, ressemblant à celle d’une personne entrain de se plaindre, s’éleva vraisemblablement de l’extérieur de sa maison. Après sa petite affaire, qui consista à monter dans les aigu, cette même voix s’arrêta net. Pour lui, pas de doute, il compara ça au même bruit qu’une voix pouvait faire si elle était enfermée dans une machine, étouffée par cette dernière. Le chien de Partridge, qui s’appelle « Bandit » (pour la petite anecdote), aboya alors sur le perron et Newell sortit pour voir d’où pouvait venir cet étrange son.

Alors dans son jardin, il aperçu son chien qui faisait face à la grange à foin, à une centaine de mètres de la maison. Intrigué, Partridge se munit d’une lampe de poche, et se dirigea vers sa grange, repéra soudain « deux cercles rouges qui ressemblaient à des yeux ou des réflecteurs de bicyclette ». Il se rend alors compte que ces cercles rouges « se déplacent ». Des yeux rouges qui ne pouvaient certainement pas être des yeux d’animaux déclara t’il ensuite. A cet instant précis, il expliqua avoir ressentir une immense terreur. Néanmoins, Bandit, le chien de chasse, couru à travers la cour, à la poursuite de ces yeux rouges et luisants. Terrifié par ce qu’il voyait, Partridge rappela son chien mais ce dernier n’en fit qu’à sa tête. Terrifié et certainement confus, Partridge se dépêcha d’attraper son fusil, qui se trouvait à l’intérieur de sa maison, mais la peur ressentie eu raison de son courage et il resta à l’intérieur. Le lendemain matin, aucune trace du chien mais il remarqua qu’il avait fait des cercles sur lui même, compte tenu des empreintes dans la terre en face de la grange. Mais le plus troublant étant que selon lui, son chien fut tout simplement enlevé par la créature.

Le 16 novembre, une conférence de presse eut lieu au palais de justice du comté au cours de laquelle les deux couples qui avaient observé la créature la veille relatèrent donc leur histoire devant de nombreux journalistes afin de prévenir, sans doute, la population. Interrogé juste après, le shérif-adjoint aurait déclaré : « Je connais ces enfants depuis longtemps. Ils n’ont jamais eu de problèmes avec la justice et ils étaient vraiment effrayés cette nuit-là. Je les ai donc pris au sérieux ». C’est au cours de cette conférence de presse que les journalistes donnèrent un nom à la créature qui devint alors le « Mothman », en référence à un personnage de comics du moment, un certain Batman.

Article-journal-Scarberry

Aux alentours de 21 heures, toujours au 16 novembre, Mr et Mme Raymond Wamsley accompagné de Marcella Bennett et sa fille Teena âgée de deux ans, rendent une visite surprise à leurs amis communs, M. et Mme Ralph Thomas. Le couple Thomas habite un petit bungalow près des structures en forme de dôme érigées pour le stockage d’explosifs pendant la Seconde Guerre mondiale, juste à coté de l’usine de TNT. Sur le chemin, alors qu’ils approchaient de l’ancienne zone de stockage de l’armée, ils aperçurent soudain une étrange lumière rouge qui planait au-dessus de l’un des dômes. Ne sachant pas vraiment ce que c’était, Richard Wamsley appuya sur l’accélérateur. Peu de temps après, ils arrivent enfin devant la maison des Thomas. Marcella Bennett fut la première à descendre de la voiture, portant sa fille endormie dans ses bras. A cet instant, une silhouette commença à se dessiner derrière la voiture. Marcella se dit que ça devait être quelque chose qui était couché sur le sol qu’ils avaient certainement dérangé en arrivant. Incapable de bouger, elle le regarda alors tandis que la silhouette se redressa devant elle. Cette dernière avait la forme d’un homme, mais était énorme et grise, avec de grandes ailes repliées dans le dos et ses grands yeux rouges brillaient dans l’obscurité.

Surprise par l’apparition, Marcella trébucha, laissant tomber son enfant dans l’herbe qui se mit à pleurer. Tout ce beau monde, après avoir bien évidemment récupéré le bébé, se précipitèrent en trombe dans la maison des Thomas. Ils sont alors accueillis par les trois enfants de la famille laissés seuls à la maison par leurs parents partis ailleurs. Ralph Wamsley verrouilla aussitôt la porte et se précipita vers le téléphone. Excités par l’hystérie des adultes, les enfants se précipitèrent vers la fenêtre et jettent un oeil dehors où la créature grise les attendaient poliment sur le perron. Pendant que Ralph Wamsley téléphona à la police, la créature s’avança sous le porche de la maison et les dévisagea au travers de la fenêtre. Lorsque la police arrive sur les lieux, la chose avait disparu. Durant la nuit, les citoyens de Point Pleasant, armés, organisèrent une battue dans la zone aux alentours de l’usine pour essayer de dénicher la créature, sans succès.

mothman 3
Le Mothman

Vous allez voir que dès le lendemain, les observations continuent, sans vraiment (trop) entrer dans les détails. Le 17 novembre, alors qu’il roulait sur la route 7 près de Cheshire, un adolescent est poursuivi par une créature humanoïde grise aux yeux rouges dont les ailes faisaient environ 3 mètres d’envergure. Le 18 novembre, deux pompiers affirment avoir vu une immense créature ailée aux yeux rouges. Le 20 novembre, six adolescents ont aperçu une créature humanoïde grise aux yeux rouges près de Campbelles Creek. Le 21 novembre, Richard West, qui habitait Charleston, en Virginie, téléphona dans la soirée afin d’affirmer qu’une sorte de « Batman » était assis sur le toit de la maison d’un voisin. Le « Batman », expliqua-t-il, faisait 6 pieds de haut et avait une envergure de 6 à 8 pieds. Outre ses grandes ailes, son signe distinctif le plus évident était une paire de grands yeux rouges. Le 24 novembre, quatre personnes affirmèrent avoir aperçu le Mothman prendre son envol afin de rôder autour de l’ancienne usine de TNT.

Le 25 novembre, à environs 7h15 du matin, Thomas Ury, un jeune homme de 25 ans qui habitait Clarksburg en Virginie, téléphona pour signaler qu’il avait aperçu un grand homme gris qui se tenait debout dans un champ voisin alors qu’il roulait sur la Route 62, non loin de l’usine de TNT. Alors qu’il l’observait, l’homme déplia ses grandes ailes et il s’était directement envolé vers le haut, comme un hélicoptère. A 150 pieds au-dessus de la voiture d’Ury, il commença à faire des cercles. Le jeune homme, qui conduisait à 75km/h, ne réussit pas à semer la créature. Il fonça se réfugier auprès de la seule personne qui semblait pouvoir lui assurer une protection, le Shériff George Johnson de Point Pleasant. Au moment où il arriva en ville, le Mothman avait disparu. Un peu traumatisé par ce qu’il avait vu, le jeune homme ne se rendit pas à son travail ce jour-là.

Mothman 4
Le dessin qui représente le Mothman pour Linda Scarberry

Le 26 novembre, Mme Ruth Foster, de St-Albans, en Virginie, téléphona dans la soirée pour signaler que le Mothman était debout sur sa pelouse juste à coté du porche. La créature était grande, et seuls deux yeux rouges semblables à ceux d’un crabe semblaient sortir de sa tête pincée. Lorsque son beau-frère arriva sur les lieux, la créature avait disparu. Le même jour, deux hommes accompagnés de deux enfants aperçurent quatre immenses  » oiseaux  » gris aux têtes rouges. Les créatures faisaient 1,5 mètres de haut et 3 mètres d’envergure.

Le 27 novembre au matin, Connie, une jeune fille de 18 ans, se rendait en voiture à l’église quand elle distingua une grande silhouette grise sur le gazon du terrain de golf de la Mason County, à la sortie de New Haven. La créature déploya ses grandes ailes, puis elle décolla à la verticale et fonça sur elle. Ses grand yeux rouges la tétanisèrent et il s’en fallut de peu pour qu’elle n’eut pas d’accident. Malgré la terreur dans laquelle cette apparition l’a plongea, la jeune femme parvint à regagner sa maison et déclara « C’est un miracle que j’en ressorte sans accident » Dans la soirée, deux jeunes filles de 13 ans, Sheila Caïn et sa petite sœur affirmèrent avoir été pourchassées par l’Homme Papillon. Elles racontèrent qu’en l’apercevant, elles s’étaient mises à crier et qu’elles avaient couru se réfugier chez elles.

John Keel
John Keel

Fay DeWitt fut elle aussi témoin du Mothman. Elle rapporta cette rencontre en ces termes : « Cette chose a sauté à droite sur le capot de la voiture et elle a juste regardé mon frère. Nous nous demandions ce qu’elle allait faire ensuite. Je suis restée pétrifiée pendant quelques minutes… puis elle s’est élevée au-dessus de ce bâtiment de cinq étages et elle est juste passée par dessus ».  Dans la foulée de ces multiples incidents, John Keel arrive à Point Pleasant, s’y installa et commença immédiatement à collecter les rapports des témoins, assisté de Mary Hyre qui aura elle aussi à faire face à son lot de choses croustillantes. Apparemment, le Mothman n’est pas la seule chose inexpliquée. En effet, histoire de faire les choses plus que bien, les habitants font également état de signalements d’ovnis (ou objet volant non identifié), de problèmes de télévision, de téléphone, de lumières étranges dans le ciel, de poltergeists et surtout d’étranges personnes se promenant dans les environs.

Mary Hyre
Mary Hyre

En effet, des témoins racontent avoir reçu la visite de prétendu « agents du recensement », ou de « techniciens du téléphone » et d’autres employés des services publics, ayant un comportement et une allure inhabituels. Par exemple le témoignage d’un couple qui reçoit la visite d’un homme, vers 20h30-21h, en plein hiver, habillé légèrement, et qui leur annonce venir pour leur offrir un héritage et dans ce sens là, il doit leur poser des questions administratives. Sur le point de passer à table, le couple le laisse entrer, l’invite à manger, ce qu’il refuse mais exige que dans précisément dans 10 minutes, il leur demandera un verre d’eau. L’homme s’assoit dans le canapé et croise les jambes. Et là, le couple explique à Keel avoir vu un fil électrique sortir de son mollet pour finir dans sa cheville. L’homme n’a pas vu que le couple avait remarqué cette chose qui dépasse, la discussion se poursuit, leur pose des questions qui n’ont aucun sens et surtout n’ont rien à voir avec le but de sa visite. Jusqu’à ce que les fameuses 10 minutes arrivent. A ce moment là de la conversation, l’homme suffoque, son visage devient rouge et exige donc son verre d’eau, l’obtient et le boit. Puis recommence à leur poser des questions comme si de rien n’était. Il s’en va sous les yeux médusés du couple (qui n’aura jamais leur héritage au passage) qui l’observent donc partir seul, dans un froid de canard. L’individu se met alors à courir comme un dératé afin de rejoindre une voiture banalisée noire dont les feux étaient éteints jusque là et qui disparaît à son tour.

First Men in black
La toute première et authentique photo d’un « homme en noir »

Ces individus en questions ont tous un point commun, c’est d’être démodés : leurs vêtements et leur voitures sont flambant neuf mais totalement d’un autre temps. Leur visages, aux traits orientaux, sont anormalement bronzés. Les témoins rapportent donc que ces gens là, que ce soit des hommes et même aussi des femmes, se présentent à eux comme étant des militaires, ont toute et tous a peu près les mêmes similitudes morphologiques, par exemple un visage au menton pointu, de longs doigts fins et surtout pour les anciens militaires se rendent compte que ces gens là ne connaissent pas du tout le langage militaire et enfin pour des militaires se présentant en tenue civil, c’est un peu suspect. A savoir que la première photo d’un « Homme en noir » sera prise et c’est comme ça que le fameux phénomène est révélé au public et prendra de l’ampleur. Même encore maintenant, en 2020, on peut encore lire des témoignages de personnes ayant fait l’expérience d’observation d’un Ovni (pour Objet Volant Non Identifié) et recevoir la visite de ces fameux personnages leur posant des questions tout en leur intimant l’ordre de se taire.

newpapaer-point-pleasant-3

De plus les témoins commencent à recevoir de mystérieux coups de téléphone. À l’autre bout du fil, une voix leur débite d’incompréhensibles messages à toute vitesse, comme une bande magnétique passée en vitesse rapide. Parfois, la communication se limite à une série de bips, ou à des bruits électroniques incompréhensibles. Mais à certains moments les appels semblent provenir de personnes connues. Par exemple, John Keel se retrouve accusé d’avoir appelé un témoin pour lui donner rendez-vous, tandis que lui-même reçoit les appels d’un enquêteur qui prétend lui donner des nouvelles de son épouse alors que le témoin n’est pas marié. Keel s’aperçoit aussi qu’il existe une autre catégorie de phénomènes étranges. Qu’il appellera les « contactés silencieux », des individus qui ont eu des expériences avec des ovnis et/ou des extraterrestres, mais qui ont choisi de se taire. Au passage, de multiples témoignages se poursuivent et se ressemblent.

Le 4 décembre, cinq pilotes de l’aéroport de Gallipolis signalent un oiseau géant qu’ils prennent tout d’abord pour un avion. Selon leurs estimations, la créature volait à 11km/h. Le 6 décembre, un postier de Maysville, dans le Kentucky, voit une créature géante qui présente la forme d’un oiseau. Le même jour, deux professeurs affirmèrent avoir aperçu une silhouette géante humanoïde dotée de grands yeux rouges brillants près de la zone TNT. Le 7 décembre, quatre femmes qui roulaient sur la route 33, dans l’Ohio, rapportent avoir vu une créature volante, brune-grise, pourvue de grands yeux rouges brillants. Le 8 décembre, alors qu’elles roulaient sur la route 35, deux femmes croient voir une silhouette grise aux yeux rouges et brillants au sommet d’une colline.

On retrouve alors Mme Bennett, traumatisée par la rencontre qu’elle avait faite au mois de novembre. Depuis l’incident, elle dit faire des cauchemars et entendre des bruits de pas qui semblent résonner sur son toit. Des objets tombent tout seuls alors qu’il n’y a personne dans la pièce. Parfois, près de sa maison, il lui semble entendre ce qu’elle pense être le cri effrayé d’une femme. Nous sommes en décembre, alors qu’elle conduit sa voiture, elle remarque qu’elle est suivit. Le conducteur, un homme imposant qui semble porter une grosse perruque. Elle ralentit alors pour laisser passer le véhicule mais, au lieu de la doubler, la voiture la colle comme pour tenter de l’éjecter de la route. Elle accélère mais son agresseur la dépasse et disparaît au détour d’un virage. Un peu plus loin, elle retrouve la même voiture à l’arrêt en travers de la route. Manifestement, le conducteur lui barrait clairement le passage. Paniquée, elle donna un violent coup d’accélérateur pour tenter de forcer le passage. L’autre conducteur dégagea la route à toute vitesse. Elle ne reverra jamais cet individu.

Parlons donc de Mary Hyre, correspondante à Pleasant Point pour un journal de l’Ohio, de la ville d’Athens, « The Messager », qui à vécu elle-aussi une étrange expérience. Après un week-end très productif en témoignages (plus de 500 appels téléphoniques de personnes qui avaient vu d’étranges lumières dans le ciel). Nous sommes donc en janvier 1967, Mary Hyre travaille tard dans son bureau, quand un homme entre. Très petit avec des yeux étranges, il se dissimule derrière des lunettes avec des verres épais. Il a également des cheveux noirs, coupé « au bol ». Hyre dira qu’il parle à voix basse, et il lui demande donc « l’arrêt de bus pour se rendre au Pays de Galles, en la Virginie-Occidentale ». Elle pense alors qu’il a sûrement une sorte de trouble du langage, ou bien que l’anglais ne doit pas être son fort. Pour une raison qu’elle ignore, cet homme lui fait peur. « Il gardait ses distances, comme si il ne voulait pas se rapprocher de moi », « ses yeux étaient bizarres, il me regardait avec un regard presque hypnotique ». Peu rassurée, elle décroche le téléphone qui vient par chance de retentir. C’est le rédacteur en chef de son journal, qui l’appelle de son bureau et, ensemble, ils parlent de son visiteur. A un moment de la discussion, elle remarque que le petit homme s’empara d’un stylo sur son bureau. Il le regarde avec étonnement, comme si il n’avait jamais vu de stylo avant ça. « Puis, il le reposa sur le bureau, se mit à rire bruyamment et se précipita hors du bureau ». Quelques semaines plus tard, Hyre alors en train de traverser la rue près de son bureau et revoit alors le même petit homme dans la rue. Il semble surpris quand il se rend compte qu’elle le regardait, se détourna rapidement et couru pour monter dans une grosse voiture noire qui démarra en trombe pour tourner au coin de la rue.

Mothman 1

De plus, c’est à ce moment là que Mary Hyre commença à faire des rêves étranges, sans en parler à John Keel. Elle se voyait dans l’eau, nageant au milieu de paquets cadeaux. Sans en comprendre la signification et sans non plus faire le rapprochement avec une prédiction faîtes par certains visiteurs qui expliquent à certains témoins qu’à la fin de l’année, une catastrophe arrivera et qu’il y aura des morts.

Nous sommes donc au 11 janvier 1967. Mme McDaniel croit apercevoir un petit avion qui vole plus bas qu’en temps normal, juste au-dessus des arbres devant chez elle. Alors que l’engin se rapproche, elle comprend qu’il s’agit en fait d’une forme humanoïde avec des ailes. Mme McDaniel signale par la suite que la chose plongea vers elle, puis elle tourna au-dessus d’un restaurant voisin avant de s’éloigner et disparaître.

Février 1967. Connie, la jeune fille qui avait vu le Mothman en novembre 1966, se maria avec Keith Gordon et le jeune couple s’installa à Middleport. Le 22 février, alors qu’elle quittait son domicile pour se rendre à l’école, elle s’aperçoit qu’elle est suivie par une grosse voiture noire. Le conducteur ouvre la portière pour l’interpeller et la jeune femme, pensant qu’il allait lui demander son chemin, s’approche du véhicule sans méfiance. L’homme est âgé d’environ 25 ans et donne une bonne impression de lui même. Lorsqu’elle arrive au niveau de la voiture, il tente brusquement de l’attraper par le bras et lui ordonne de monter. Connie refuse et réussit à lui faire lâcher prise. Terrifiée, elle rentre chez elle et s’enferme à double tour. Plus tard elle croit entendre des bruits de pas autour de la maison mais se garde bien d’aller voir. Lorsque son mari rentre, elle lui fait part de son agression et le jeune homme lui révéla alors qu’il avait déjà remarqué le même véhicule rôdant dans le quartier. Le lendemain, Connie resta chez elle. Vers 15h, elle entend des pas devant sa maison et un grand coup est donné à sa porte. S’approchant prudemment, elle remarque qu’un petit mot, écrit au stylo, avait été glissé sous la porte. Le message semblait plutôt menaçant:  » Sois prudente jeune fille, je peux encore t’attraper « . Le soir venu, Keith et Connie se rendent au poste de police. Une courte enquête révélera que personne, dans la petite ville, ne possédait une voiture d’une telle sorte. Le responsable de cette tentative d’enlèvement était probablement, selon les enquêteurs, un maniaque quelconque. Peu rassurés par ces conclusions, Keith et Connie s’installeront temporairement à New Haven, chez la mère de Connie, Mme Carpenter.

La nuit du 22 mars, Connie est brusquement réveillée par un long bruit strident provenant de derrière sa fenêtre. Au cours des mois qui suivent, de nombreuses manifestations de type poltergeist sont remarquées dans la maison. En plus de ces manifestations, le téléphone sonne souvent sans qu’aucun interlocuteur ne se présente au bout du fil et d’étranges bruits métalliques résonnent sur la ligne.

Le 22 décembre 1967, donc après l’effondrement du pont de Silver Bridges, un Homme en Noir leur rend visite et discute avec eux durant près de 2 heures. Juste après son départ, Mme Carpenter, pourtant présente lors de cet entretien, ne se souvient plus de la conversation.

Le 12 mars 1967, deux femmes observent un être volant blanc, d’une envergure de 3 mètres, alors qu’il passe devant une voiture. Les observations d’ovnis étaient de plus en plus fréquentes et dès le milieu du mois de mars, ils apparaissent aux alentours de la zone TNT, tous les soirs vers 20h30. De nombreuses personnes les voient et des photographies sont prises. Au cours du même mois, l’un des bâtiments de la zone prend feu, sans que personne ne puisse expliquer pourquoi. Dans le grand cimetière qui se trouvait à la périphérie de la ville, de grosses pierres tombales sont retrouvées couchées sur le flanc et disposées en lignes. Quand bien même la police pense à un incident isolé de la part d’adolescents en mal de sensations fortes, le même phénomène s’étend aux autres cimetières de la région. Près de chacun des cimetières visités, des observations d’ovnis sont rapportées.

Le 19 mai 1967, alors qu’une jeune fille et sa passagère se déplacent en voiture sur la route 62, à la sortie de Point Pleasant, elles distinguent une forme noire aux grands yeux rouges. La créature semble faire des va et vient autour d’un arbre. La jeune fille la décrit comme une silhouette ailée, un peu plus grande qu’un homme. Elle poursuit son témoignage en expliquant qu’une grande lueur rouge apparaît dans le ciel et rejoint la silhouette. Les deux lumières semblent alors se fondre l’une dans l’autre pour ne plus former qu’une, et s’éloigne vers le nord. Les deux jeunes femmes, très excitées, retournent immédiatement à la ville pour faire part de leurs observations. Elles sont persuadées d’avoir vu le Mothman alors qu’il était récupéré par un ovni. Au même moment, plusieurs habitants de Point Pleasant aperçoivent un ovni lumineux qui atterrit dans un champ non loin du collège de la ville. L’objet est resté durant une vingtaine de minutes avant qu’il ne s’élève et disparaisse dans le ciel.

newpapaer-point-pleasant-4

Puis plus rien jusqu’en novembre. Quatre hommes affirment avoir rencontré une grande forme grisâtre aux yeux rouges alors qu’ils chassaient. Ils sont tellement effrayés par cette apparition qu’aucun d’eux ne songea à utiliser son fusil. Le 2 novembre, une femme aperçoit près des igloos de la zone TNT une grande forme grise évoluant rapidement au ras du sol.

Le 14 décembre, de nombreuses personnes rapportent avoir aperçu le Mothman suspendu au Silver Bridge, un pont construit en 1928 qui traverse la rivière Ohio. Tout au long de la journée du 15 décembre, les feux de signalisation rencontrent un dysfonctionnement, amenant un grand nombre de voitures et de camions à s’entasser sur le pont. Entre 16 et 17 heures, une douzaine d’ovnis furent remarqués alors qu’ils volaient au-dessus de la zone TNT. A 17h05, le Silver Bridge s’effondre, précipitant avec lui 40 voitures et 17 camions et causa la mort de 46 personnes. L’enquête révélera que le pont s’était effondré à cause d’une minuscule faille de 2,5 mm.

mothman 2

D’après les différents articles de journaux, le Mothman aurait été vu une centaine de fois au cours des années 1966/1967 mais beaucoup de témoins auraient eu peur de rapporter leurs observations. La plupart des personnes ayant vu le Mothman ou des ovnis ont été victimes d’un phénomène appelé Eyeburn (en gros, c’est de la conjonctivite) due à une exposition intense aux ultraviolets. Ils décrivaient souvent une impression de sable sec dans leurs yeux, et cette sensation était accompagnée de rougeurs, de gonflements et de larmes.

Mary Mallette, l’une des premières à avoir aperçu le Mothman, fut également victime d’un traumatisme de l’oreille. Après avoir entendu « un bruit métallique fort », son oreille se mit soudain à saigner. Apparemment, c’était un signe de commotion cérébrale, ce qui signifiait que la pression de l’air avait brusquement changée.

Pont 2

Lors de leurs rencontres, certains témoins ont rapportés que pour eux le temps ne s’était pas écoulé de la même manière qu’à son habitude. Deux jeunes amants qui avaient été interrompus par une boule de lumière bleue planant près de leur voiture explique avoir eu la certitude que leur observation n’avait pas durer plus de deux secondes alors que deux heures s’était écoulée.

Pont 3

Au cours de cette période, de nombreux habitants de la ville ont reçus des appels téléphoniques étranges. Lorsqu’ils répondaient, ils n’entendaient que des bips ou des bruits de crissement. Ces appels étaient souvent parasités quand ils ne se trouvaient pas brusquement interrompus. Le problème ne se limitait pas aux téléphones, mais il touchait également les radios de la police et les téléviseurs. Nombre de ces appels furent d’ailleurs enregistrés mais lors de leur lecture, les bandes restèrent étrangement muettes. Parmi la population locale, des rumeurs insinuaient que la créature était peut-être issue de la malédiction du chef Cornstalk, un chef Shawnee qui avait été assassiné à Point Pleasant en 1777. D’autres supposaient que la créature était un mutant, engendré par la décharge chimique locale.

newpapaer-point-pleasant-1

Certains ufologues et enquêteurs du paranormal supposent que le Mothman était un extra-terrestre ou une manifestation surnaturelle. Peu de temps avant la catastrophe, la fameuse Mary Hyre, expliqua à John Keel, qu’il lui arrivait de faire le même cauchemar qu’au début de l’année et que ce dernier s’accentua avant l’effondrement du pont.

En 1975, John Keel publia le récit de ces événements et l’ensemble des témoignages qu’il avait recueillit, Mary Hyre et lui, dans un livre intitulé La Prophétie des Ombres (The Mothman Prophecies). Au passage, un film « Le Prophétie des ombres » est sorti en 2001 où Richard Gere incarne John Keel. Selon sa théorie, l’Homme Papillon, dont la présence a été signalée dans de nombreux pays depuis le XIXe siècle, apparaît alors dans le but de prévenir l’humanité d’une catastrophe imminente.

D’autres, plus sceptiques, comme Joe Nickell, affirment que nombre de ces témoignages étaient des canulars encouragés par la publicité générée au moment des faits. Il pensait que ces témoignages étaient dus à des blagues, des avions mal identifiés, des torches rouges attachées à des ballons d’hélium, des chouettes rayées ou un hibou albinos. Les habitants peu habitués au grand hibou n’auraient pas reconnu l’oiseau. Les yeux de braise, quand à eux, n’étaient, en réalité, que le reflet de lampes de poche ou d’autres sources lumineuses.

Le récit du Mothman aurait très bien se finir là dessus. Sauf qu’au travers des années et des catastrophes, il se peut que cette créature nous soient encore apparus pour nous prévenir comme en atteste ces deux très courtes histoires :

Depuis le milieu du mois d’avril 1986, de nombreux ouvriers de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, étaient victimes d’horribles cauchemars et d’appels téléphoniques menaçants. Certains de ces ouvriers parlaient même d’une créature humanoïde sans tête pourvue d’immenses ailes et de grands yeux de braise qu’ils avaient aperçu. Le matin du 26 avril 1986, lors d’un essai de routine, la centrale de Tchernobyl explosait, faisant plus de 30 morts. Au moment de la catastrophe, le Mothman aurait été vu alors qu’il s’échappait de l’un des réacteurs et qu’il s’envolait dans les fumées irradiées de l’explosion. Si certains soutenaient que c’était là le Mothman, d’autres affirmèrent que ces ouvriers avaient tout simplement aperçu une cigogne noire.

De nombreux témoignages rapportèrent la présence du Mothman à proximité des immeubles du World Trade Center. La créature aurait même été photographiée par le photographe Steven Moran, qui effectuait un reportage sur les opérations de secours suite aux attentats sur Greenwitch Street. Les experts n’ont pu, à ce jour, confirmer ou infirmer l’authenticité du cliché.

Mothman 2001
Le fameux cliché de Steven Moran, pris en 2001

Avec tout ce que vous venez de lire, je me doute bien que certaines choses doivent vous paraître incroyables et elles le sont. Néanmoins, les concordances entre les témoignages et la véracité derrière le contrôle méticuleux de Keel pose la limite entre le vraisemblable de la simple histoire qu’on se raconte pour se faire des frayeurs. A savoir que ces faits mêlant cryptozoologie, Ovnis, phénomènes paranormaux, visites d’individus étranges et légendes indiennes se retrouvent dans d’autres histoires, comme ce qui est arrivé au ranch de l’Utah entre 1994 et 1998, le mothman en moins. Alors ? Histoire vraie ou hystérie collective cette affaire de Point Pleasant ? A vous de voir jusqu’où votre curseur peut aller, d’un sens comme de l’autre.