Critique de Resident Evil 2 (2019)

Sorti le 25 janvier sur PS4, Xbox One et PC, d’un poids d’environ 24 go. Edité et développé par Capcom. Critique réalisée sur une version PS4 commerciale, achetée par mes soins.

resident-evil-2-logo-4k-ay

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je n’ai jamais eu la chance de faire le RE2 et 3 d’origine (sortis en 1998 et 1999). J’ai aussi pris le temps d’effectuer la démo « One Shot » sortie début janvier.

RESIDENT EVIL 2_20190123180847

21 ans. 21 ans que l’un des épisodes le plus connus de la saga Resident Evil est sorti. Resident Evil 2 est sorti à l’origine sur PlayStation en 1998 et aura marqué de son empreinte indélébile toute une génération de joueurs et de joueuses (ouais j’ose le dire), bien plus, à mon avis que le 1er épisode pourtant tellement culte à bien des égards de son côté. Après les événements du manoir Spencer et des S.T.A.R.S complètement largués devant une menace inédite (sauf Chris et Jill, nous sommes d’accord, calmez vous), la petite bourgade de Raccoon City va basculer dans l’horreur complète. Nous sommes donc en juillet 1998 et un certain Leon S. Kennedy, faisant équipe avec Claire Redfield, va vivre sa première journée de service au sein de la Raccoon Police Departement. Et quelle journée…

RESIDENT EVIL 2_20190123181216

21 ans plus tard, Capcom nous sort donc un remake de Resident Evil 2. Au contraire d’un simple remaster (un remake n’est pas un remaster, tenez le vous pour dit), ce nouveau Resident Evil 2 souhaite se rappeler à nous le souvenir d’un certain Resident Evil Rebirth, sorti en 2002 sur Nintendo Gamecube et qui avait, à l’époque de sa sortie, marqué bien des joueuses et des joueurs de par son audace et l’originalité mise dans le travail de modernisation, du moins à cette époque là. Après bien des épisodes conspués, devenus beaucoup trop action, ainsi qu’un RE7 parti chassé sur les terres d’un certain Outlast, Capcom nous fait donc voyager dans le passé.

RESIDENT EVIL 2_20190123184100

De l’épisode de 1998, Capcom aura conservé le scénario, les personnages et les lieux. Raccoon City est devenu entre temps une grande ville (comme la version du « film » de Paul W.S Anderson). Mais tout le reste, des graphismes, à la caméra, en passant par le doublage, la bande son et l’ambiance, Capcom à charbonner plein tube pour nous proposer une vision moderne d’un opus cultissime. Avant d’attaquer proprement votre « aventure », il conviendra de choisir avec quel personnage vous débuterez. Claire ou Leon, Leon ou Claire. Votre choix de commencer avec l’un ou l’autre du duo n’a aucune incidence, sachez juste que vous devrez faire quoi qu’il arrive les deux scénarios pour avoir l’histoire complète. Pour ma part, j’ai choisi d’attaquer avec Leon, puisqu’il est l’un de mes personnages préféré de la saga. Bien que je n’ai rien contre Claire, ce n’est pas un personnage important à mes yeux. On a toute et tous une vision bien personnelle de la saga Resident Evil vidéoludique après tout.

RESIDENT EVIL 2_20190123202345

En ce qui concerne de Leon donc, tout commence alors qu’il devait prendre son service de policier une semaine auparavant mais sa prise de fonction fût repoussée une semaine plus tard. N’ayant aucune réponse du commissariat, il décide de s’y rendre en personne. Faisant une pause à une station service aux abords de Raccoon City, il découvre un lieu sans vie et décide d’y entrer. C’est alors qu’il découvre son premier mort vivant dans une séquence bien glauque. C’est en sortant du lieu qu’il tombe nez à nez avec une certaine Claire Redfield, cherchant son frère Chris. Ils décident de se rendre ensemble en ville, au commissariat plus précisément, où Resident Evil 2 démarre véritablement dans une séquence très cinématographique, bien ancrée dans notre époque en terme de mise en scène.

RESIDENT EVIL 2_20190123184136

Une fois dans le commissariat, on se dit qu’on y sera en sécurité et… C’est loupé, c’est même tout le contraire qui se passe, car Leon va en prendre plein la gueule, vous avec au passage. D’entrée de jeu, l’ambiance est là. Même si les débuts sont tranquilles en terme de bruits, nous n’y sommes pas en sécurité. Après une très grosse séquence où il fallait porter assistance à un collègue qui finit par se faire bouffer le bas du corps, c’est Leon qui est sauvé in-extrémis par un certain Marvin qui lui explique qu’il va devoir se débrouiller seul et surtout qu’il va devoir survivre par tout les moyens.

RESIDENT EVIL 2_20190123203231

Et survivre, vous allez devoir le faire bien, puisqu’un seul faux pas dans votre inventaire, surtout en terme de munitions et vous allez le sentir passer. D’ailleurs en mode normal, les fameux morts vivants, aka l’ennemi de base, impuissant seul mais en groupe, ça change la donne, ne se laisse pas défoncer par une petite balle dans la tête et suivant, oh que non. En mode normal, si vous voulez vous débarrasser d’un seul mort vivant, sachez qu’il vous faudra limite un chargeur plein (donc en gros entre 8 et 15 balles) pour un seul zombie. Quand bien même, vous pouvez lui défoncer les bras et les jambes, sachez que vous allez devoir y réfléchir à deux fois si vous voulez vous frotter aux zombies. Ce n’est pas si gênant dans une grande pièce, favorisant une tactique de contournement, puisqu »ils ont gardés leur lenteur emblématique, c’est plus compliqué dans un couloir exigu. De ce côté là, je vais être franc avec vous. Au bout de deux heures de jeu avec Léon en difficulté normale, j’ai décidé de le recommencer en facile sur un autre slot de sauvegarde. Je pourrais vous dire que le jeu, du moins en normal, ne vous fait pas de cadeaux en terme de munitions et aussi et surtout en terme de résistance pour les zombies, mais il s’agit avant tout de ma méthode bien personnelle qui est plus ou moins en cause. J’ai tendance à tirer dans le tas avant de réfléchir, peu importe le jeu (bien entendu, quand c’est une oeuvre d’infiltration, ma méthodologie change). J’ai donc préféré choisir de découvrir tranquillement le scénario, histoire de me refaire un second run en mode normal plus tard. Et vous allez vous dire qu’en facile, c’est facile et je vous répond qu’à ma grande surprise, Resident Evil 2 n’est pas si facile et casual que ça. En mode facile, il faudra là aussi, faire (très) attention à vos munitions. Alors certes, on ne vide plus un chargeur complet sur un seul zombie mais presque. Bref, le mode facile de RE2 n’en à que le nom, croyez moi. Et c’est tant mieux, puisque même si il est plus accessible dans cette difficulté, ce n’est pas une sinécure non plus. Et encore, pour l’instant, je ne vous parle que de l’ennemi de base, parce que vous allez devoir vous farcir d’autres trucs dégueulasses en plus, dont une menace ultra connue des fans absolu, je parle bien évidemment du fameux Tyran où Mr X pour les initiés.

RESIDENT EVIL 2_20190124211546

Il intervient au bout de quelques heures, 4 heures de jeu de mon côté (à peu près, mais sachez que je ne compte pas mon temps de jeu) et que le bougre deviendra un gros problème. Un très gros problème même. Il faut savoir que le machin, il ne s’arrête jamais et pire que ça, il est invincible. Mis à part pour le trophée/succès qui vous demandera de tirer sur son chapeau, je vous conseil d’économiser vos munitions et vos armes secondaires (comme vos grenades et/ou couteaux), ça ne vous sauvera pas et pire, vous allez gaspiller votre seul moyen de vous aider contre les autres ennemis. Vous aurez beau lui balancer tout ce que vous avez, ça ne fera que le ralentir, genou à terre pendant quelques secondes et c’est tout. La tactique à employer contre Mr X, c’est le jeu du chat et de la souris. Il faut donc jouer avec lui, l’observer, anticiper ses anticipations quand à vos mouvements par rapport à ce qu’il fait lui. C’est hardcore dit comme je le dit mais ça fonctionne super bien une fois compris sa façon de faire. Ce faisant, il n’est pas si dangereux que ce qu’il laisse paraître. Il impressionne, de par son gabarit et sa détermination à vous mettre la main dessus et de ce fait, il est vraiment chiant, on ne peut lui retirer ça, mais en se montrant malin ou maligne, si on écoute bien le bordel qu’il fait (les développeurs ont eu l’excellente idée que de vous faire entendre le bruit de ses bottes quand vous êtes proche de sa position), Mr X ne représente pas tellement un danger, même si je me répète, il ne vous lâche pas, il vous suit constamment tant qu’il vous voit et pire, il est invincible. Quand au reste du bestiaire, vous aurez droit aux lickers, des morts vivants ayant muté, sensible aux sons mais aveugle, qui infligent un peu plus de dégâts que les zombies de bases, les chiens morts vivants et d’autres petites surprises. Bref, il y a de quoi faire niveau ennemis en tout genre.

RESIDENT EVIL 2_20190125182225

En ce qui concerne la partie avec Leon, son scénario vous fera rencontrer l’une des héroïnes que j’aime le plus dans la saga : Ada Wong. Je ne vais pas y aller par quatre chemins mais son apparence dans ce remake est tout simplement sublime. De plus, sachez que vous pourrez l’incarner pendant une petite demi-heure qui vous demandera de vous frayer un chemin et de vous farcir une énigme grâce à son jouet de piratage. Sa séquence est très courte mais du peu qu’on l’incarne, c’est vraiment génial. Quand au reste de l’aventure avec Leon, vous sortirez assez vite de l’immense commissariat histoire d’aller dans les égouts et enfin dans un centre top secret d’Umbrella. Tout dépend de votre difficulté ou de votre façon de jouer, mais en mode facile, sans mourir une seule fois mais en ayant recommencer trois fois la campagne de Leon, j’y ai consacré à peu près 13 heures en tout. En fouillant tout (d’où la seconde partie en facile), en cherchant les collectibles de la petite statuette et en lisant tout les documents. Il est aussi prévu de me faire le mode normal un peu plus tard.

RESIDENT EVIL 2_20190131185909

Parlons du scénario qui se focalise sur la partie avec Claire maintenant. J’ai attaqué le scénario de Claire en « scénario-bis ». C’est à dire que sur le papier, les conséquences de certains moments avec Leon sont simulés dans la partie de Claire. Et manette en mains, cette excellente idée sur le papier est littéralement une catastrophe. La cinématique du début, à peu près la même que Leon se passe en accélérée, pareil pour la seconde cinématique qui fait arriver nos deux personnages au commissariat de Raccoon City. La première chose qui me choque étant la gestion du temps. Si il fallait une bonne grosse heure pour le premier scénario afin d’arriver au fait que les deux se revoient, dans le scénario bis, c’est quelques minutes. De plus, mis à part quelques herbes, niveau munitions, vous serez obligés d’esquiver les zombies, qui sont quand même plus nombreux que vous. Mais le pire reste à venir. Vous commencez avec votre arme de poing, un 6 coups. Hé bien, j’ai dû faire un trait dessus et me rabattre sur une seconde arme de poing avec des munitions spécifiques, qui gâche beaucoup trop de balles pour être réellement efficace selon moi. De plus, la fameuse promesse sur le fait que les actes de Leon ont des conséquences sur la partie de Claire étant littéralement du pipo en barre. En effet, les énigmes comme les médaillons des trois statues sont à refaire, les coffres et les cadenas sont à ré-ouvrir, parfois avec les mêmes combinaisons que la première partie avec l’autre personnage. Le summum vient de l’apparition de Mr X qui intervient au bout de 45 minutes (environ) alors que vous êtes toujours dans l’exploration du commissariat, ce qui est assez surprenant.

RESIDENT EVIL 2_20190131185234

De mon point de vue, cette partie bis, qui est obligatoire pour avoir le scénario complet, est une catastrophe telle qu’elle est non pas pensée mais traduite pour nous les joueurs et les joueuses. Je me doute bien que ça devait être dans ce goût là en 1998 mais en 2019, ce n’est pas possible, surtout quand la formule s’est vu modernisée dans son gameplay et ses graphismes.

RESIDENT EVIL 2_20190131190942

Donc, en ce qui concerne le scénario de Claire, vous vous retrouvez encore et toujours dans le commissariat, apparemment après que Leon soit passé par là, vous vous taperez les mêmes énigmes. 1ère incohérence. Mais alors que Leon avait l’exclusivité de la clé trèfle, Claire à l’exclusivité de la clé coeur et passera plus de temps à se faire chasser le derrière par Mr X faire le chemin inverse que celui de Leon. Bref, c’est répétitif dans la partie commissariat mais part dans une autre direction une fois arrivé(e) dans le parking.

RESIDENT EVIL 2_20190131205322

Et à ce moment là, même un peu avant, avec une énième incohérence au niveau d’un boss, nous ne sommes plus à ça près de toute façon, que tout se lance véritablement pour Claire et sa rencontre avec une certaine Sherry Birkin (qu’on revoit jeune femme dans Resident Evil 6 quand même). Il faut bien avoué qu’à partir de leur première rencontre, qu’on pardonne plus que facilement tout les problèmes de la partie bis tant on se retrouve dans une histoire plus intéressante et plus rythmée, à mon sens, que celle de Leon. Avec une histoire comme celle racontée dans la partie de Claire, je veut bien excuser toute les incohérences du monde, tant on se laisse emporter dans un bordel mené tambour battant.

RESIDENT EVIL 2_20190131181021

Quand bien même, Claire visite les mêmes endroits que Leon, tout un tas de choses changent comme le chemin qu’elle emprunte où l’emplacement des objets, les armes aussi, comme le lance grenade qui est exclusif à la partie de Claire (Leon à l’exclu du pompe par ex). Bref, malgré un florilège de problèmes assez criants, faire le scénario de Leon, puis faire la partie bis avec le scénario de Claire est une assez bonne idée pour les débutants, dans le sens que dans la partie de Claire, vous allez devoir vous débrouillez avec votre inventaire ainsi que vos poudres à canon (noire et blanche) afin de vous faire un stock de munitions (je vous le dit cash, les munitions de 9 mm sont à faire soi même dans la partie de Claire, vous êtes prévenu(e)s), sans parler de la question de vos soins. Cette impression que la partie de Claire est plus difficile est en fait, je pense, une façon de vous montrer si vous avez bien compris les mécaniques des ressources de ce RE2. Si avec Leon, vous y allez doucement, la partie de Claire est clairement là (badum tss) pour vous mettre à l’épreuve, puisque niveau survie, vous allez devoir un peu plus vous démerdez que dans le scénario de Leon. Enfin, le scénario de Claire, en facile, sans mourir mais en prenant tout mon temps, m’aura occupé un peu plus longtemps que la partie avec Leon, puisque j’y ai consacré environ 7 heures et quelques. Et quelle partie ! De toute évidence, Claire Redfield est LA star de ce RE2 sans l’ombre d’un doute, volant la vedette aux beau Leon… Donc, rien qu’avec Leon et Claire, j’ai à peu près 21 heures de jeu au compteur. En sachant qu’en finissant les deux parties, vous débloquerez deux autres scénarios, ceux de Hunk et d’un machin au tofu (quelle idée singulière…), niveau durée de vie, il y a de quoi faire.

RESIDENT EVIL 2_20190131213330

Au niveau du gameplay, Resident Evil 2 oublie momentanément la vue FPS du 7ème opus, pour revenir à une vue TPS, caméra à l’épaule du plus bel effet. Certain(e)s regretteront la suppression des plan à caméra fixes mais en ce qui me concerne, j’aime bien ce petit retour en grâce de la vue à la troisième personne. Comme dans RE4, 5 et 6, on se bat toujours avec une arme à feu et une arme secondaire qui peut être un couteau (avec une durée de vie, si si !) ainsi que des grenades de toutes sortes (bon deux, explosives et de suppression). L’inventaire rappel fortement celui de RE7 et ça tombe bien puisque c’est le même. Il y a aussi une feature intéressante, c’est le fait de pouvoir barricader les fenêtres du commissariat avec des planches de bois. C’est tout con sur le papier mais croyez moi que c’est très utile d’empêcher que les zombies de l’extérieur ne rentrent, histoire d’éviter à se les farcir, rien qu’en terme de munitions, c’est salvateur.

RESIDENT EVIL 2_20190131214326

Finissons sur les graphismes et la technique. Vous le voyez très certainement sur les screenshots mais le RE Engine fait des miracles, tant au niveau des visages que de la retranscription de l’ambiance où vous êtes pratiquement à 90% du temps dans le noir absolu. Malgré cette particularité, ce Resident Evil 2 est absolument magnifique et déborde de détails, notamment dans les décors, tous somptueux, ainsi que sur les zombies qui sont toutes et tous dégueulasses au possible, signe que ce sont de « bons » zombies (vous savez, il y a le bon zombie qui fait bien le zombie et le mauvais zombie qui le fait mal). Hé bien ici, vous aurez droit à des zombies de luxes qui se comportent comme des zombies, entre râle de morts vivants, cris stridents (c’est toujours les zombies femmes d’ailleurs, c’est bizarre…), sans parler des dégâts localisés (vous tirez dans le bras, vous avez toute les chances de voir le dit bras explosé, pareil pour les jambes). Bref, le moteur graphique, il est au top du top et fait son travail avec brio.

RESIDENT EVIL 2_20190131215905

Techniquement parlant, je n’ai eu aucun bug que ce soit, aucun freezes, absolument rien à noter. Sauf qu’il y a un mais. Sur PS4, RE2 fait souffler la demoiselle comme un certain God Of War en son temps, voir même un peu plus. J’ai beau y jouer au casque, le bruit que fait ma PS4 durant mes sessions sur le jeu, m’embête au plus haut point. En parlant bruitages, plus particulièrement la bande son, on à plus affaire à des sonorités d’ambiance que d’une réelle bande son, vendu elle en dlc à 2.99€. C’est dommage de devoir passer à la caisse pour avoir la bande son originale mais soit. Enfin, l’habillage sonore du titre, je n’ai qu’une seule chose à dire : jouez y au casque et rien qu’au casque, vous verrez, le voyage vaut le coup d’oreilles…

RESIDENT EVIL 2_20190123224205

Ce que j’ai aimé :

RESIDENT EVIL 2_20190123224636

  • Leon, Claire et Ada, trio de personnages magnifié(e)s et sublimé(e)s
  • Certaines punchlines de Leon, que je partage bizarrement O_o
  • La campagne de Claire, sublimant autant le personnage que son histoire à elle
  • La Version Française, surtout celle d’Ada, que je trouve excellente
  • Un remake de très grand luxe
  • Des graphismes vraiment superbes
  • Une ambiance de dingue, surtout au casque
  • Des zombies qui font très « zombies » et qui ne se laissent pas buter par une pauvre balle de ping pong
  • Mr X, pour sa persévérance et son culot (en vrai, il est casse couilles le bonhomme)
  • Une grosse durée de vie dû à une assez bonne rejouabilité

RESIDENT EVIL 2_20190123205714

Ce que j’ai moins aimé :

RESIDENT EVIL 2_20190123182933

  • Le scénario bis, obligatoire et bourré d’incohérences
  • Des dialogues qui ont pris un petit coup de vieux dans leur écriture
  • J’aurais bien aimé avoir un vrai scénario pour Ada en supplément…
  • Une absence de « vie » chez certains personnages notamment dû aux yeux
  • J’aurais bien aimé avoir la possibilité de gérer moi même la lampe torche
  • J’aurais bien aimé avoir le pointeur laser de façon général
  • La fin du premier scénario qui se coupe limite au milieu d’une phrase
  • Le ventilo de la PS4 qui fait boite de nuit ukrainienne, ça va cinq minutes
  • La bande son de l’épisode original vendu en dlc à 3 balles, c’est limite limite Capcom

Verdict

Si Resident Evil 2 accuse le coup au niveau de l’écriture des scénarios et des dialogues, l’énorme coup de polish de Capcom lui redonne une seconde jeunesse. Beau comme un zombie crevé, Resident Evil 2 nous rappel que la saga en a encore sous le coude et peut s’asseoir à la table d’un certain The Evil Within 2 histoire de lui faire un petit coucou amical. Un indispensable auprès des amateurs et des amatrices de sensations (très) fortes.

*Critique et screenshots réalisés à partir d’une Version PS4 commerciale, achetée par mes soins.

4 commentaires

  1. Et beh! T’en avais des choses à dire sur ce RE2. En tout cas, malgré les quelques défauts que tu soulignes, j’ai bien envie de m’y mettre. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue, j’ai pas lésiné sur le compteur de mots ^^ Fonce, c’est de la bombe ❤ Juste un petit conseil, commence par Claire direct, malgré ce que je dit dans la critique, tu comprendra pourquoi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s