Critique d’Attack On Titan Wings Of Freedom

Adapté de l’animé Shingeki No Kyojin, lui même adaptation du manga du même nom, le jeu vidéo développé par Omega Force, à qui l’on doit un certain Dragon Quest Heroes ainsi que les Dynasty Warriors (entre autre, je ne vais pas non plus vous faire toute la liste), nous à fait l’honneur de débarquer en août 2016 dans nos vertes contrées européenne sur presque toute les plateformes (PS4/One et PC). Que vaut ce fameux Attack On Titan Wings Of Freedom (AOT) ? Adaptation de plus sans saveur autre que financière ou une première excursion fidèle, respectueuse et digne de ce nom auprès de nos chères consoles ?

Critique AOT.jpg

Cette critique comportera malheureusement un grand nombre de spoils (que ce soit via les screenshots que de la critique avec les mots et pis tout) si vous ne connaissez ni l’oeuvre papier ni l’animé. Auquel cas, arrêtez vous immédiatement (je ne vous en voudrais pas !) sinon vous risquez de découvrir tout plein de choses qui font que cette oeuvre vaut le coup d’oeil. Pour finir, je vous conseille urgemment de lire ou de mater Shingeki No Kyojin, vous me remercierez plus tard 🙂

Avant le Jeu Vidéo, on va s’attarder sur l’oeuvre de Hajime Isayama 🙂

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110141853.jpg

Shingeki No Kyojin, l’Attaque des Titans en VF ou Attack On Titan, nous raconte l’histoire d’une humanité réduite à l’état de simple garde manger d’une mystérieuse espèce titanesque. Appelée Titan, elle n’a pour seule « existence » autre que de manger les humains pour le sport, puisque totalement dénuée de système digestif. Afin de se protéger du mieux qu’elle peut, l’humanité s’est retranchée sous trois immenses murs circulaires appelés Maria, Rose et Sina. Alors que ces trois murs sont « censés » les protéger, un incident eu lieu et la région de Shiganshina se rappela à quel point l’humanité était démunie face à un prédateur impitoyable. Le récit se concentre alors sur Eren Jäger, Mikasa Ackerman et Armin Arlelt dans un premier temps, alors enfants, totalement impuissants face à la terrible catastrophe de leur petite région. Déterminé à buter tout les titans, Eren entrainera Mikasa et Armin à s’enrôler pour l’armée et durant trois ans se perfectionneront au combat tri-dimensionnel (seule parade de l’humanité face aux titans) dans l’espoir de rejoindre le bataillon d’exploration, l’unique corps militaire dédié aux combats contre ces gigantesques monstruosités. Alors à la veille de la cérémonie de fin d’entraînement, le régiment d’Eren se retrouve à affronter une nouvelle attaque des titans, donnant du même coup une chance incroyable à Eren de se venger… C’est le résumé accéléré des trois premiers épisodes de la saison 1 de l’animé qui en compte 25. J’ai volontairement caché tout un tas de détails scénaristique afin de ne pas trop vous gâcher la surprise si vous ne connaissez toujours pas (votre curiosité vous perdra dans les lignes qui vont suivre, vous n’allez pas apprécier, c’est pas faute de vous prévenir !). L’oeuvre véhicule un fond, autant sur le sujet de l’humanité en elle même, que sur la religion, le courage que nous pouvons faire preuve ou non face à une menace bien trop grande pour d’aussi petits être que nous sommes et sur ce que nous sommes capable de faire une fois acculé, devant le fait accompli. Shingeki No Kyojin est une oeuvre adulte, mâture et qui utilise la violence inhérente à son propos avec une réelle intelligence, ce qui en fait que Shingeki No Kyojin n’est pas du tout pensé pour les enfants mais bien pour les adultes (et ou jeunes adultes). Je finis sur l’Original Soundtrack, que ce soit les génériques ou les musiques en globalité, la bande son de SNK reflète toute la (sur)puissance de l’oeuvre et qui restera pour moi, un énorme coup de coeur, en un mot comme en cent, ça sent tout simplement le génie la d’dans !

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110141944.jpg

Place à l’adaptation vidéoludique maintenant

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110151743.jpg

Attack On Titan Wings Of Freedom vous relate donc la saison 1 de l’animé et vous fera incarner presque tout les personnages emblématique (de Eren en passant par Armin et Livaï) dans son mode scénario chapitré (chapitre 1 qui relate les évènements des épisodes 5 jusqu’à l’épisode 13 de la saison 1) et se permettra même d’aller un peu plus loin que l’animé, le chapitre 2 centré sur Livaï et le bataillon d’exploration ainsi que l’épilogue en sont le parfait exemple. Le jeu vous offre donc à la fois des cinématiques relatant avec une fidélité, disons le clairement, assez généreuse, des événements d’une saison 1 toute puissante ainsi que des missions où vous êtes lâchés sur un champ de bataille face aux titans pour la partie gameplay. Dynasty Warriors like pur sang, Attack On Titan se révèle être assez inédit dans ses déplacements, puisque vous allez devoir vous servir des fameuses manoeuvres tri-dimensionnelles pour vous déplacer mais aussi pour tuer les titans, comme dans l’animé (putain c’est vraiment logique en fait !). Mais comme je voit bien que vous êtes en train d’écarquiller les yeux en vous demandant de quoi je cause, qu’est-ce que c’est que ça, que la manoeuvre tridimensionnelle ??? Pour vous la faire courte, disons que vous vous déplacez dans les airs à l’aide de deux grappins métalliques situés sur un harnais, lui même fixé sur les hanches de votre personnage, et à l’aide de bonbonnes de gaz, vous avez la possibilité de prendre de la vitesse, vous permettant de vous mouvoir à haute vitesse, tout en donnant l’illusion de virevolter entre les titans ou les bâtiments. Néanmoins dans ce barda, vous êtes équipés de deux lames qui vous permettront elles, de vous attaquer à la nuque des titans, le seul point faible de ces gigantesques créatures. Néanmoins, et même si le mode scénario occupe quand même pas mal d’heures, il y a aussi un mode non scénarisé qui vous permet d’incarner le personnage de votre choix (Eren, Jean, Mikasa, Armin, Livaï et presque toute la galerie de personnages de l’animé), afin de prendre part, seul ou en multi, à des champs de bataille où il faudra tuer un max de titans, juste pour le fun de se farcir des titans sur un champ de bataille. L’intérêt de ce mode là étant par ailleurs de justifier l’aspect RPG du titre qui vous permettra de rendre votre personnage de plus en plus fort à mesure qu’il prendra des niveaux, mais aussi de débloquer de nouveaux équipements (qui concerne avant tout votre équipement tri-dimensionnel). Vous l’avez compris, si la sauce prend, de longues heures vous attendra, à dégommer du titan par paquet de quarante-douze.

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110155746.jpg

Un gameplay simpliste mais d’une puissance titanesque

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110190854.jpg

Je vous avoue que, même si je me suis jeté sur le jeu alors que j’étais dans une période de (grosse) fixette sur l’animé, j’avais réellement une grosse appréhension sur le gameplay et finalement, mes craintes se sont très vite dissipées. Un bouton pour vous envoler (plus un second pour aller plus vite à l’aide du gaz), un autre pour locker le titan, le joystick droit pour déplacer le curseur sur la partie du corps à découper et le dernier pour frapper, tout est assez facile à assimiler mais une fois face aux gros titans, vous devrez avant tout jouer la sécurité et la combinaison « observation, distance, rapidité et éxécution » doit être pratiquement récitée à chaque combat contre un seul titan. Je vous dit ça puisqu’un ou deux coups dans le buffet et vous vous retrouverez l’écran bardé de rouge, signe qu’il faut vous soigner (tout dépend de la difficulté cela dit, qui va de facile à difficile). Vous avez aussi la partie où il faudra obligatoirement gérer vos lames qu’il faudra surveillé puisqu’elles sont cassables au bout d’une certain temps (au bout de 3 ou 4 titans, vous pouvez changer vos lames, hé oui !) et la bonbonne de gaz (sinon vous êtes bien dans la dèche !). Egalement signe d’une certaine fidélité à l’animé, le point faible des titans qui se trouve dans la nuque, sera votre seul moyen de vous débarrasser du bougre. Vous pouvez aussi lui couper les membres mais même sans bras ni jambes, le gros machin continuera sa petite vie pépère qui sera de vous bouffer. D’ailleurs, j’aurais bien aimé que le sens du détail aille jusqu’au fait que le membre coupé repousse presque tout de suite, ça aurait été assez hardcore mais tellement fun (je dit ça puisque dans l’animé, il y est fait mention de ce petit détail, comme quoi les membres des titans repousse 1 à 2 minutes après la perte du dit membre) ! Le gameplay à la fois très facile à prendre en main se révèlera vraiment d’une « kiffance » assez surprenante malgré un gros souci de caméra une fois dans les coins et contre deux titans au minimum. En ce qui concerne donc cette caméra, elle se retrouvera assez vite dans les choux au fur et à mesure que vous réussirez à maitriser toutes les possibilités (et même encore plus à condition de faire preuve de folie et d’inventivité) de la tri-dimensionnalité.

A_O_T_ Wings of Freedom_20170111212302.jpg

Un petit côté RPG (trop) classique mais efficace !

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110143915.jpg

Afin de donner un peu plus de dimension à cette adaptation vidéoludique, Omega Force à penser à y foutre un aspect personnalisation impactant votre efficacité sur le terrain. A l’aide de la boutique située au camp (entre chaque baston), vous pourrez acheter des lames de plus en plus fortes (les renforcer et/ou les fortifier en vous servant de votre ancien équipement) mais aussi acheter de l’équipement tri-dimensionnel de plus en plus efficace, au fur et à mesure de votre avancée dans le scénario mais aussi dans le mode non scénarisé. Et la seule chose que je peut vous dire, c’est qu’après plus de 80 heures, changer d’équipement pour un tout nouveau bien efficace fait un bien fou et vous incite à continuer, encore et encore. Vous pourrez aussi gagner de l’expérience pour chaque personnage (vous commencez à comprendre que le jeu à une grosse durée de vie là ou toujours pas ?) et qui permettront à votre héros ou héroïne de débloquer de nouvelles compétences une fois un certain niveau acquis (comme Pokémon par exemple). Vous avez aussi aussi droit à un niveau de régiment qui vous permettra lui de débloquer encore plus de nouveaux équipements et lames. De plus, il y a un aspect lootage puisque les titans peuvent avoir des objets sur eux, à condition de leur couper la partie du corps où se trouve l’objet en question (c’est là que les combats se corsent véritablement, croyez moi). Toute cette partie RPG contribue donc à offrir de la « consistance » à un JV qui se voit donc bien chargé en contenu en veut tu en voilà. D’ailleurs, rien que dans le mode scénario, le chapitre 4, aussi appelé épilogue, vous offre la « chance » de suivre le quotidien du bataillon d’exploration. Sous couvert d’une enquête sur une menace d’un titan bien mystérieux, vous allez farmer les missions durant de longues heures (plus de 30 heures facilement chez moi), avec aussi des objectifs pas très difficiles à faire par dessus le marché (genre tuer 30 titans, couper x parties de titan etc etc), et c’est dans cette longue partie scénarisé, que le jeu prend réellement tout son sens. Vous allez en baver quand vous vous retrouverez face à des titans d’une puissance assez surprenante et c’est assez grisant de se les faire avec un équipement rutilant. Néanmoins, mis à part la partie expérience propre à un personnage qui vous demandera de jouer un paquet d’heures si vous le voulez au niveau max, tout ou presque se débloquera en jouant tout simplement. Certes, il y a du farm d’objets mais ceux ci se trouvent sur les titans (qui sont quand même un peu votre unique et réel objectif du jeu). Donc oui il y a du farm mais celui ci ne vous demande pas d’aller au fin fond de la carte à gauche au rond point en haut à droite de la colline, mais bien de découper vos cibles avant de les tuer.

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110143935.jpg

Du côté des graphismes, de la bande son et de la technique

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110162250.jpg

Graphiquement parlant, Attack On Titan Wings Of Freedom n’est ni le JV plus moche, ni le plus beau que j’ai pu voir depuis un moment. L’utilisation du Cel Shading est assez logique puisque se rapprochant au mieux de « l’identité visuelle » de l’animé, néanmoins, il n’y a pas réellement de prise de risques ni d’amour (et encore moins de soin) porté à la partie graphisme du soft. Tout les personnages sont immédiatement reconnaissable (encore heureux tiens !) mais les décors, quand à eux, souffrent de ce constat. En ce sens, il est fort dommage que lors des batailles dans les cités entre les murs, qu’aucuns civils ne soient de la « partie » (ça aurait rajouté ce sentiment de danger fort exprimé dans l’animé), seuls les soldats se battent et donnent tout ce qu’ils ont. De plus, de ce manque de détails, ça manque considérablement de vie malgré le fait que les titans focaliseront le plus gros de votre attention. J’aurais vraiment aimé le fait d’aller sauvé la vie d’une innocente personne retenu par un titan, surtout avec un gameplay aussi bien foutu, ça aurait ajouter une forte dose d’immersion à l’action déjà bien soutenue. Techniquement parlant, même à grande vitesse, le jeu ne souffre aucunement de chutes de framerate, ni de latence, de freezes et de bugs en tout genre, et ce sans patch day one, ce qui offre un certain confort quand à l’action. Mais n’allez pas crier au miracle, puisque ce confort se paye cash au rayon « apparition du décor tardive ». Heureusement, vos déplacements ne sont aucunement gêné mais il est de bon ton de vous prévenir. Quand à la bande son, les droits de l’Original Soundtrack de l’animé ont été refusé puisque le JV se retrouve avec une bande son propre, qui se défend un peu mais n’atteint pas l’excellence de l’originale. Ce n’est pas non plus une catastrophe mais elle s’oubliera assez vite, au profit de la « vraie » bande son.

A_O_T_ Wings of Freedom_20170116210310.jpg

Une durée de vie gigantesque oui, mais quid de la répétitivité inhérente au genre ?

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110181102.jpg

Dynasty Warrior like pur sang, Attack On Titan se démarque néanmoins de son illustre « ancêtre » par ses déplacements tri-dimensionnel mais aussi par son ennemi, les titans. Omega Force supprime les vagues de soldats con comme un balai à chiottes et remplace tout ça par des titans. Toujours aussi con qu’un balai qu’un chiottes, ces derniers ont néanmoins un argument pour eux, leur taille et aussi leur force. Moins nombreux en effectif, chaque titan sur le champ de bataille est quasiment une épreuve à lui tout seul (sans forcément tomber dans le Dark Soul Like hein) mais un seul coup dans la caboche et vous avez votre personnage en souffrance. Donc pour enchainer les titans les uns après les autres sans vous faire toucher une seule fois, tout en découpant les parties renfermant du loot, croyez moi, ça vous focalise tout le long de la bataille sur chacun de vos mouvements et vous offrira des moments de tension assez remarquable (surtout les titans « spéciaux », les déviants et les autres dont je vous cache volontairement la particularité mais d’une surpuissance qui surprend même au bout de x combats contre eux). Donc, en ce qui concerne la fameuse répétitivité, pour ma part, je vous avoue qu’au final, à aucun moment, je n’ai pester contre le fait de refaire encore et toujours la même chose puisque la situation peut très vite se compliquer. Au final, j’ai connu des moments tellement épique, que j’en garderai des souvenirs. Donc oui il se peut que Attack On Titan soit répétitif pour vous mais moi grand fan de l’oeuvre, je vous avoue que le plaisir est encore là, malgré la tonne d’heure passée à buter du titan avec toute la classe qui m’habite 😀 Donc pour en avoir fait du Dynasty Warrior et même quelque DW like (comme la trilogie Gundam sauce DW pour ne citer que ça), Attack On Titan réussit pour moi à proposer une alternative vraiment intéressante en se servant de l’oeuvre qu’elle adapte pour proposer un gameplay vraiment bien fun.

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110214919.jpg

Verdict

A_O_T_ Wings of Freedom_20170111230658.jpg

Comme le chasseur, il y a des mauvaises adaptations et les bonnes. Attack On Titan Wings Of Freedom se permet d’être à la fois fidèle et fun. Ni ultra beau, ni ultra moche à reluquer, il se récupère dans son gameplay vraiment bien foutu et aussi sa durée de vie quasiment infinie. A réserver à celles et ceux qui surkiffent l’oeuvre, il est un bon moyen de prolonger le plaisir manette en main, en attendant la saison 2 ou pourquoi pas après la diffusion de celle ci, c’est comme vous le sentez. L’une des rares adaptations vidéoludique respectueuse de son oeuvre, Attack On Titan n’est ni le meilleur JV que j’ai pu faire, ni le pire. Un bon divertissement sans prise de tête en faisant vibrer la corde affective que j’ai envers Shingeki No Kyojin, ni plus ni moins. Vivement la suite, autant dans l’animé que dans une prochaine production vidéoludique 😀

Les + :

A_O_T_ Wings of Freedom_20170110165624.jpg

  • Une adaptation fidèle qui sent le respect à plein nez
  • Un gameplay un peu exigeant au départ mais tellement fun par la suite
  • Des personnages aux forces et faiblesses différentes afin d’offrir une approche différente de l’action avec tel ou tel héros ou héroïne
  • Une durée de vie titanesque
  • Un Dynasty Warrior like oui, mais à sa sauce personnelle
  • Une dimension RPG sans prise de tête
  • Pas de bugs, pas de ralentissements et pas de patch day one (étonnant non ?)
  • Le doublage en japonais oui mais sous titré en français LUI (pourtant j’ai du mal à penser qu’il se vend par palette entière…)
  • Avec le temps, la bande son finit par se défendre quand même un (petit) peu

Les – :

A_O_T_ Wings of Freedom_20170111214938.jpg

  • Même si les personnages sont reconnaissable de suite, c’est pas non plus super beau
  • Peut être répétitif d’un(e) joueur(se) à l’autre
  • La caméra, qui peut vite être dépassée par la situation
  • J’aurais vraiment aimé avoir la vraie original Soundtrack, ça aurait donner un truc de fou !
  • Une IA autant alliée qu’ennemi aussi intelligente qu’un violeur d’ours vivant
  • Des décors en carton pâte qui se détruisent de façon assez grotesque
  • Ce point négatif spoile, il concerne le gameplay d’un certain personnage quand il fait un truc précis, dès lors son gameplay à lui peut se révéler être un peu confus et bordélique (seul ceux connaissant l’oeuvre comprendront, je l’espère)

Son appréciation

Réservé seulement à celles et ceux ayant apprécié l’oeuvre, les autres pesteront obligatoirement contre une répétitivité exacerbée, Attack On Titan Wings Of Freedom m’a offert une tonne d’heures vraiment appréciable, à démonter du titan par paquet de quarante-douze, avec pour seule excuse la fidélité de l’adaptation vidéoludique envers l’oeuvre. J’irais même jusqu’à dire : vivement le prochain, pourvu qu’il soit travaillé graphiquement parlant !

*Critique et screenshots réalisés sur une version PS4 commerciale, achetée par mes soins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s