[Focus] La bêta fermée de Ghost Recon Wildlands

Après deux exceptionnels Ghost Recon Advanced Warfighter et un Future Soldier très solide, voila que Ghost Recon est de retour. Après voir consacré 7-8 heures sur la bêta fermée du titre, je vous propose un petit avis sur la bête sans forcément émettre un avis final. Que vaut le début de dernier né de la franchise Ghost Recon ?

GR Wildlands beta.jpg

Ca raconte quoi Ghost Recon Wildlands ?

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203211059.jpg

Avant de s’infiltrer dans les lignes arrière de la bêta, on va déjà situer le contexte de ce nouveau Ghost Recon. Vous vous incarnez vous même, un Ghost Recon, l’unité d’élite légendaire, la crème de la crème en terme de soldat qui vaut à lui tout seul un régiment entier de marines, histoire de vous situer le truc. Vous et votre escouade de 3 Ghosts, vous allez donc lancer l’opération « Kingslayer » en Bolivie, où votre objectif sera de démonter l’organisation narco trafiquante Santa Blanca. Cette organisation criminelle tient sous son joug une immense région de la Bolivie et la contrôle même jusqu’aux flics, permettant dès lors la fabrication et la distribution tranquillou de leur dope tout en butant quiconque oserait se dresser sur le chemin. Votre but ultime est non seulement de tuer les colonels de l’organisation mais aussi sa tête pensante. Du peu que la bêta nous met sous la dent, ça se sent que nous sommes bel et bien dans un Ghost Recon mais c’est la première fois pour la saga d’être en Open World et malheureusement, ça se sent et surtout, ça se voit.

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203212704.jpg

Le début du début

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203143204.jpg

La première des choses que vous aurez à faire, c’est de vous faire votre Ghost personnel. Homme ou femme, à vous de voir. La personnalisation est un peu plus poussée que dans The Division (je ne m’arrêterais qu’à ce titre puisque les deux ont énormément en commun… Ou presque.) mais ce n’est pas non plus le truc de fou furieux. Le visage, les cheveux, et les vêtements. C’est déjà suffisamment chargé pour que votre Ghost soit vraiment unique en soi. Au niveau de votre équipement, sachez que vous avez droit à deux armes à deux mains et une arme de poing (pas de munitions infinie pour elle) que vous pourrez choisir tout au long de vos objectifs et que vous avez toute la liberté de choisir ce que vous souhaitez faire de votre Ghost à travers un arbre de compétences, comme un RPG. Vous embarquez direct des jumelles, une vision nocturne ou thermique, un drone et des grenades. Par rapport à The Division, la première des choses qui me marque, c’est que votre Ghost parle LUI. Si, si ! Doté de la parole, il (dans mon cas, j’ai pris un homme) à une personnalité propre, forte et surtout fait très « Ghost ». C’est la même chose pour vos 3 copains gérés par l’IA (je reviendrais sur l’IA plus bas) ont eux aussi leurs personnalités et n’hésite pas y aller niveau insultes et ça je vous avoue que j’aime bien. Vraiment, la personnalité de votre Ghost et de son escouade est vraiment bien retranscrite, vous connectant dès lors avec eux. Votre toute 1ère mission une fois sur le sol de Bolivie sera de libérer un rebelle qui deviendra un allié et la première chose qui « frappe », c’est la liberté direct que le jeu offre. Vous pouvez aller où vous voulez, comment vous voulez. Alors certes, pour la bêta, on à un petit bout de carte mais elle était suffisamment grande pour vraiment se promener où entreprendre vos assauts sur les méchants. De front, en infiltration, par voie terrestre, en arrivant par la mer, par les airs, tout est possible, même y aller au putain de tracteur ! Mais une fois manette en main, si jamais vous avez déjà parcouru en long, en large et en travers Far Cry 3 et Far Cry 4, vous connaissez donc le trois quart du modus operandi qu’attend Ghost Recon Wildlands de vous. Vous arrivez sur « zone », vous repérez les ennemis, leur nombre, la marche à suivre et allez roule ma poule. C’est comme ça que vous réussirez pratiquement toute vos missions, du moins celles « fixe », puisque vous avez aussi des missions de convoi à prendre où là, faudra y aller frontalement ou en hélico…

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203205416.jpg

A la fois solo mais aussi coop

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203185927.jpg

Au contraire de The Division où c’était pas vraiment ça niveau solo/coop, ici vous êtes VRAIMENT libre d’y jouer en solo avec votre escouade ou en coop, où vos copains-copines remplace l’escouade (logique dans un sens). D’ailleurs, la bêta pouvait très bien se faire hors ligne sans aucun souci, ce qui indique qu’un fois le jeu sorti, vous y jouerez très bien sans personne, sans forcément rencontrer de difficultés particulière quand à ce fait là. A savoir qu’en solo, vous pouvez choisir votre difficulté entre facile, normal, difficile et hardcore. Une fois en coop, c’est comme The Division, à la volée, mais vous avez la possibilité de gérer l’étape de qui entre dans le groupe, comment, quand et pas n’importe comment sans forcément vous demandez la permission avant de venir. Bref, rien de nouveau sous le soleil (de Bolivie) au final. Pour le solo, l’IA alliée répond parfaitement à vos ordres et se permet même de prendre des initiatives (celle d’ouvrir le feu quand il le faut). La encore, rien de nouveau, on à déjà vu ça et ça fait le taf. L’IA ennemi maintenant : en normal, elle se permet des choses mais joue avant tout sur son nombre pour vous niquer la gueule puisqu’en infiltration et si vous gérez bien votre affaire, vous lui roulerez tout le temps dessus. D’ailleurs parlons en de l’infiltration, votre Ghost se « colle » de lui même sur une surface comme un mur et plus si affinité, comme MGS V pour ne citer que lui et je vous avoue que ce n’est absolument pas du tout pratique, enfin à mon sens. J’aurais souhaiter avoir un bouton dédié pour me plaquer contre un mur comme Deus Ex par exemple, histoire de bien contrôler mes faits et gestes… Tout ça fait très classique mais pas très très efficace puisque mon confort de jeu est un peu « touché ». Néanmoins, c’est pas non plus dramatique.

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203160751.jpg

Côté graphismes et technique

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203145221.jpg

Je tiens juste à dire que c’est une bêta fermée et donc du coup qu’il est évident que le JV final ne sera pas comme on peut le voir dans cette bêta. Au niveau des visages, c’est pas trop ça mais je ne me fait pas d’inquiétude quand au JV final. Mais par contre les décors eux sont MAGNIFIQUES. Il n’y a pas d’autre mot. La Bolivie, ou plutôt son charme caractéristique, est retranscrite à la perfection, de jour comme de nuit, sous un soleil de plomb que sous une pluie diluvienne. Les orages ainsi que les éclairs sont juste magnifiques à regarder mais il y a un mais. J’ai pas l’impression que ça « vit ». Certes les décors ont une « histoire » à nous raconter (comme ce petit village paumé et vidé de ses habitant par une Santa Blanca assoiffée de sang), vous verrez ici ou là des pendus, signe que la région est tenue d’une main de fer par un cartel de la drogue prêt à toute les exactions pour garder le contrôle, mais au contraire de la New York de The Division, le monde ouvert de GR Wildlands ne me donne pas cette impression de personnalité donnant un certain relief au tableau qui fait le « tout » (Open World, scénario et situation de l’action). Ce qui me rappel un autre JV : Just Cause 3 où son Open World est certes super beau à parcourir, mais manque cruellement de personnalité. Hé bien là, c’est pareil. C’est immense, c’est beau mais c’est très vide en terme de « vie ». Ce qui fait bizarre après un certain Watch Dogs 2 où là bizarrement, l’illusion fonctionne parfaitement puisque il y avait de la vie justement…

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203184326.jpg

Côté gameplay

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203192739.jpg

Vous avez le choix entre y aller à pied et ou en véhicules de toute sortes. GR Wildlands se joue en full TPS comme Resident Evil 4, pour ne citer que lui, et la première chose qui me gène, c’est cette putain de caméra de merde qui se promène d’une épaule à une autre en mode « Yolo me fait pas chier bro' ». Déjà, c’est un point qui me perturbe et qui me fait un peu pester dans l’action, puisque je dois tout le temps la recadrer, une fois en pleine baston sous le feu nourri des hijo de puta, je peut vous dire que c’est hardcore. Ensuite, les sensations de tir, il n’y en a aucune, c’est simple. On ne sent pas du tout son arme, si bien que j’ai l’impression de jouer à Star Wars Battlefront dernier du nom avec le petit pistolet laser qui fait piou-piou ! En véhicules, du moins à roues, voitures, pick up, moto etc etc, si jamais vous détestiez la conduite du 1er Watch Dogs, bah là, vous allez haïr la conduite de GR Wildlands. C’est simple, vous conduisez des savonettes ultra légères, si bien qu’on s’attend à tout instant à s’envoler à la moindre bourrasque de vent. Je ne comprend pas comment on peut en arriver là quand on à un The Crew quelque part qui pourrait fortement aider dans ce bordel. Néanmoins, ça se rattrape sur les hélicoptères où là, on à enfin de quoi s’éclater ! Nul doute que vous et vos amis vous vous battrez pour savoir qui pilotera…

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203153225.jpg

Le contenu de la bêta

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203184444.jpg

Il y avait de quoi faire pour que je finisse tout ça en 6-7 heures, en faisant à la fois le peu de missions principales, les secondaires mais aussi les collectibles qui servent vraiment à quelque chose. Entre élément servant au background de l’Open World, de pièces pour vos armes à feu et même carrément de nouveaux joujoux en passant par des points de compétences et des denrées à baliser, il y avait de quoi faire durant cette bêta fermée. Mais en fait, finalement pas tant que ça, puisque elle se finit sur une mission assez riche en évènements et se « coupe » presque assez violemment, de sorte à créer un sentiment de « ouais je veut savoir la suite putain ». Sauf que ça ne fonctionne pas sur moi, pire ça m’a même un peu cassé dans mon élan puisque la bêta se coupe alors qu’elle n’a pas fait toute ses preuves avec moi. Bref, c’est désappointé que j’ai fini cette bêta après 6-7 heures entre découvertes et émerveillement d’un Open World vraiment magnifique à l’oeil…

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203143418.jpg

Ce que j’aime :

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203175403.jpg

  • Le fait que votre Ghost soit doté d’une personnalité et surtout de la parole.
  • Le scénario, aller démonté la Santa Blanca, cartel de la drogue ultra violent sur leur propres terres, ça c’est un putain de kiff
  • La VF, que je trouve excellente mais aussi que ça parle espagnol en face, donnant une certaine immersion forte bienvenue
  • La beauté de ce monde ouvert, du panorama et des conditions météo
  • La nuit, tout les Ghosts sont gris (la vision nocturne m’avait putain de manquer putain !)
  • On peut y jouer en solo et hors ligne sans problème

Ce que je n’aime pas :

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203205637.jpg

  • Une conduite des véhicules terrestre complètement ratée
  • Aucune sensation de tir, de plus on ne « sent » pas l’arme quand on l’utilise
  • Ca manque de vie à tel point qu’on à du mal à trouver de la légitimité dans l’utilisation de l’Open World
  • Ca sent super bon le jeu ultra répétitif
  • Par rapport aux anciens Ghost Recon qui avaient TOUS quelque chose de novateur dans leur gameplay (par exemple les deux Ghost Recon Advanced Warfighter et ses nombreux joujoux high-tech permettant quand même une nouvelle façon d’appréhender le combat urbain), ce GR Wildlands ne révolutionne rien et recrache juste une recette de plus en plus éculée chez Ubisoft (le fait de le passer en open world en est un excellent exemple)

Un petit (pré-)avis pour finir :

Tom Clancy's Ghost Recon® Wildlands - Closed Beta_20170203153447.jpg

Après l’immense déception de The Division, j’avais pas vraiment cette folle envie d’aller vers Ghost Recon Wildlands. Mais en entendant parler de la possibilité d’y jouer vraiment solo, j’avais envie de voir ça par moi même. Au final, je suis encore plus mitigé qu’avant d’y jouer. Il y a du bon mais il y aussi du moins bon. Le scénario et l’escouade gérée par l’IA me donne vraiment envie d’y jouer mais cette « non vie » de l’open world, me faisant penser à un Far Cry 3 et 4 et même à Just Cause 3, me pousse plus à attendre une baisse de prix plutôt que d’y aller au day one sans autre forme de procès. Peut être à « petit » prix plus tard dans l’année dans un moment creux mais j’y jouerais un de ces quatre, avec grand plaisir. Si tu tombe la dessus Ubisoft, je ne dirais pas non pour avoir une copie du jeu offerte cela dit (qui ne tente rien n’a rien) 🙂

J’ai parcouru la version PS4 de la bêta fermée essentiellement en solo mais une petite demi-heure en coop.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s