Critique de Dishonored 2

4 ans après un 1er épisode sorti à la surprise générale, Dishonored revient cette année avec un second opus, sobrement intitulé Dishonored 2. Arkane Studios et Bethesda remettent le couvert et nous propose donc un nouveau complot politique teinté de fantastique, transporté dans une nouvelle cité. Est-ce une idée de génie ou Dishonored 2 est-il la suite de trop ? Il se pourrait bien que parfois, la question soit (beaucoup) plus compliquée que prévu…

dishonored_2___karnaca___wallpaper__2_by_naimvb-d8ygujf.jpg

Un grand, voir même, un énorme merci à @Théo_Tessa pour sa correction ❤

La critique en elle même comporte des spoils sur le début de Dishonored 2, son contexte de départ mais aussi spoile un peu le 1er Dishonored afin de bien vous expliquer mon avis sur cette suite.

Dishonored 2_20161111001424

Déshonoré un jour, déshonoré toujours …

Dishonored 2_20161111194454

Sorti en octobre 2012, le 1er Dishonored avait su créer la (grosse) surprise, de celle qui vous marque durablement. Deus-Ex-like pur sang, il nous racontait l’histoire de Corvo Attano, le protecteur royal de Jessamine Kaldwin, l’Impératrice de Dunwall, dans un univers steampunk où la technologie et le commerce étaient dûs à à la pêche des baleines mais aussi au raffinage de leur huile. De plus, la cité devait faire face à une grave épidémie de peste. A son retour d’un voyage en vue de trouver un remède qui rongeait la cité, Corvo assiste au meurtre de l’Impératrice, ainsi qu’au kidnapping de la petite Emily. Dans la foulée, il est aussi accusé du méfait puis jeté en prison. Il sera libéré par les loyalistes et acceptera de les aider à pourchasser les méchants vilains pas gentils et sauver Emily par la même occasion. Petit point et pas des moindres, Corvo est le père d’Emily. De plus, le jeu nous parle d’une entité ne prenant aucun parti appelée l’Outsider. Cette entité fantastique offrira des pouvoirs à Corvo, histoire de se faire un joli plan ciné pendant que notre déshonoré pourchassera les indélicats en se faisant questionner quant à ses actions par ce fameux Outsider. Dishonored avait la force de nous proposer toute la liberté d’action que nous voulions, la faire en bourrin, en infiltration, en tuant et/ou en épargnant tout le monde, tout était possible, y compris le chemin à prendre pour aller à nos objectifs. Il jouissait aussi d’une écriture assez intéressante, faisant du scénario du premier épisode, une histoire vraiment plaisante à suivre. 4 ans plus tard, Arkane Studios revient à la charge avec une suite avec un chiffre derrière…

Dishonored 2_20161111204546

Quand l’histoire se répète… Tel un cycle, cycle, cycle.

Dishonored 2_20161111213440

Dishonored 2 se passe 15 ans après les évènements du 1er épisode. Emily, devenu une magnifique jeune femme et aussi Impératrice, règne sur Dunwall du mieux qu’elle peut, puisqu’elle doit faire face à un mystérieux « tueur de la couronne » qui se fait un malin plaisir à buter ses opposants, jetant dès lors les suspicions sur son règne. Elle peut néanmoins compter sur la présence indéfectible de son père, ce bon vieux Corvo. Alors que le triste anniversaire de la mort de Jessamine arrive, Emily et son père se voient une nouvelle fois contraints d’affronter une nouvelle menace : Delilah. Cette dernière, introduite dans les dlc du 1er opus est de retour et rafle le trône grâce au Duc de Karnaca dans une séquence ultra expéditive. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Delilah, et qui se font spoiler à fond et en force depuis tout à l’heure, sachez juste que c’est une sorcière qui a fomenté, depuis le tout début, le complot lors des évènements de Dishonored, elle sera introduite correctement dans les dlc vous faisant incarner Daud. Bref, la vieille conne est de retour, arguant de haute voix être la soeur de Jessamine et donc la seule à être légitime au trône. Néanmoins, premier malaise scénaristique si je puis dire, vu qu’elle était censée soit être refroidie ou soit emprisonnée à jamais dans un tableau… La fameuse plus grosse connasse de Dunwall est donc de retour. C’est lors de sa revendication que le jeu vous fera choisir de jouer soit Emily ou soit Corvo, vous donnant dès lors le double objectif de récupérer votre trône et le personnage que vous avez laissé derrière vous. Peu importe celui ou celle que vous incarnerez, vous n’aurez d’autre choix que de fuir Dunwall pour Karnaca, là où le complot a pris forme et là où vous exécuterez votre vengeance…

Dishonored 2_20161111220159

On reprends les mêmes puis on remet le couvert aussi alléchant soit-il

Dishonored 2_20161111000916

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Dishonored 2 ne se foule pas vraiment quand à son scénario, si bien qu’il faudra carrément foutre les mains dans le background pour avoir sa « dose »… Disgracié, vous devez vous farcir le camp d’en face en faisant le ménage, histoire pour finir, d’achever le dernier de la liste. Néanmoins, vu que c’est une suite, Arkane s’est dit qu’il fallait avant tout proposer des choses nouvelles. Dans Dishonored 2, on à déjà le choix du personnage : Corvo ou Emily, l’expérience ou la modernité. Mis à part trois ou quatre pouvoirs totalement nouveau pour Emily, et une mission qui vous demandera de changer temporairement votre manière d’accomplir votre objectif, les deux personnages se battent de la même manière. Vous avez ensuite un nouveau QG. Dans le premier, il s’agissait d’un pub, le Hound Pits, il s’agit ici d’un bateau voguant sur l’eau (oui il y a des bateaux voguant dans les airs pour information). Et enfin le lieu de l’action, on arpentera Karnaca entre deux contrats, à la place de Dunwall pour Dishonored. Quand bien même, j’ai aimé arpenter Dunwall, Karnaca offre quand même un sacré dépaysement. Je ne vous en dirais pas plus, les screenshots parleront pour moi mais l’ambiance est ainsi renouvelée du fait du cadre inédit de cette suite. Le jeu vous occupera pendant 9 missions qui vous demanderont à chaque fois de parcourir un bout de quartier de Karnaca, avant d’aller infiltrer un niveau dédié à un boss, membre du clan de Delilah. Ce sera donc l’occasion de faire toute la lumière sur le complot qui vous aura couté le trône de Dunwall. Tout ceci vous occupera entre une vingtaine et une trentaine d’heures, si vous visez le non létal-fantôme à chaque fois. Néanmoins, à ma première fois, avec Emily et en chaos élevé, j’ai pas vraiment eu l’impression que mes actions ont eu un impact significatif pour tout vous dire. Au contraire du premier épisode où on voyait la différence, notamment grâce aux dessins de la petite Emily, cette fois ci, j’ai pas vraiment noter de choses percutantes, me faisant remettre en question mes actes, y compris dans le résumé de fin qui ne vous dit absolument rien de notable, par rapport au premier Dishonored. J’en dirais rien de plus, juste que buter tout le monde en retour est devenu la meilleure chose à faire quand on est victime d’un complot…

Dishonored 2_20161112201812

Tu la sent ma patte artistique, hein tu la sent n’est-ce pas ?

Dishonored 2_20161114213746

Le cas de Dishonored 2 est pour moi assez particulier. D’un point de vue totalement scénaristique, cette suite est pratiquement identique au précédent volet, seul le choix de notre duo et le cadre de Karnaca font vraiment parti des nouveautés « majeures » de ce second opus (même si notre duo jouit de nouveaux pouvoirs qui leurs sont propres). Néanmoins, Arkane peut souffler car le boulot sur la partie artistique est lui exceptionnel, à condition bien évidemment d’accrocher à l’identité visuel de la saga. Les intérieurs que vous visiterez durant votre escapade vengeresse sont tous travaillés dans les moindres détails, ça va même jusqu’au papier peint, c’est ainsi dire le souci que le studio à voulu offrir à sa suite… Quant aux extérieurs que vous visiterez entre deux missions, ils sont assez réussis, comportent leur lots de choses à voir et suffisamment bien foutu pour donner l’impression d’être en monde ouvert alors que Dishonored 2 ne l’est pas du tout (comme le 1er d’ailleurs). Vous l’aurez compris, pour moi l’identité visuelle de cette suite vaut vraiment le coup de Share d’oeil, que ce soit au niveau des lieux que vous visiterez, que du paysage et pour finir des visages des quidam, qui ont toutes et tous une histoire à vous raconter et qui renforceront le background de cette suite et l’univers de la saga.

Dishonored 2_20161115201530

Vos missions, Ethan Hunt. Euh Emily et Corvo (trompé de saga, désolé)

Dishonored 2_20161125224701

Si vous avez parcouru en long, en large et en travers le fameux Dishonored premier du nom (auquel cas je ne suis absolument pas désolé des spoils en début de critique, il y a prescription au bout d’un moment), vous savez comment est pensée la saga. Des niveaux immenses, une cible, plusieurs moyens d’arriver à vos fins. Le schéma est de retour mais la taille des niveaux et donc vos chemins, ont eux augmentés, voir carrément doublés. Plus grands, plus travaillés et plus ouverts, les niveaux de Dishonored 2 offrent un level design tout simplement diabolique. Il vous faudra faire preuve de minutie, de patience et d’observation si vous la jouez full infiltration létale ou non. Si par contre, votre truc à vous, c’est de rentrer dans le tas en faisant le plus de bruit possible, sachez qu’en difficulté normale, Emily pliera genou au bout de 3-4 assaillants et de 2-3 coups d’épée dans le buffet. Ce qui ajoute une dose bienvenue de stress en cas de « gaulage ». Néanmoins, le maître mot de Dishonored 2, c’est la liberté de son joueur. De base, sachez que vous ne débloquerez pas tout les pouvoirs et compétences d’Emily et Corvo, il faudra donc personnaliser votre expérience avec intelligence. Vous êtes aussi lâchés comme une grande personne dans vos missions. A vous de vous débrouillez tout seul pour mener comme il vous semblera vos objectifs en visant néanmoins le chaos faible (aucun morts ou presque) ou le chaos élevé (vous pouvez buter tout le monde sans problème par contre). Vous l’avez compris, à l’instar de Deus Ex, le jeu considère son joueur ou sa joueuse comme une personne qui sait ce qu’elle fait de sa partie et ne veut pas être assistée de quelques manière que ce soit.

Dishonored 2_20161125224615

Du côté des graphismes, de la bande son et techniquement parlant

Dishonored 2_20161125224832

Sans aborder l’aspect artistique, et rien que sur le plan graphique de cette suite, je trouve Dishonored 2 un brun plus beau que son prédécesseur, ce qui est quand même un peu logique, mais ce n’est pas non plus là que le studio souhaite aller. Alors certes les panoramas sont magnifiques, Karnaca et ses bas fonds sont superbes mais les graphismes sont au service de la partie artistique du jeu. Ce qui en découle, c’est que ça se fera à l’appréciation de tout un chacun qui trouvera Dishonored 2 magnifique alors que son voisin le trouvera super moche ou ne comprendra pas pourquoi on peut trouver cette suite agréable à l’oeil. Vous l’aurez compris mais en ce qui me concerne, de par l’identité visuelle inédite, la saga Dishonored m’en met plein la gueule et c’est largement réussi pour cette suite. Du côté du son, on a le droit entre le doublage français et anglais, ce qui est toujours une très bonne chose. J’ai parcouru Dishonored 2 dans sa version française et le doublage français d’Emily lui allait à merveille alors que la voix fr de Corvo était en décalage avec l’idée que je me faisais du personnage. Mais dans l’ensemble, la version française du jeu est très bien foutue, comme a pu l’être la version FR du premier opus. Je finis au niveau technique pure, après la délicate petite attention d’avoir exigé de vous un petit téléchargement d’un patch de 9 PUTAIN DE GO, le jeu se permet d’être propre techniquement et j’aurais bien envie de dire FORT HEUREUSEMENT. Pas de freeze, pas de chutes de framerate. Juste des éléments du décor qui clignote, mais rien de bien grave même si j’aurais pu être sévère sur ce détail là, vu le PUTAIN DE POIDS DU PATCH DAY FUCKING ONE. Oui, le poids du patch me reste encore en travers de la gorge car je trouve ça totalement honteux, surtout pour un JV solo.

Dishonored 2_20161126003300

Tout n’est pas si parfait dans l’univers de Dishonored 2

Dishonored 2_20161111221043

Je ne vais pas y aller par quatre chemins mais en ce qui me concerne, Dishonored 2 est le parfait exemple de la suite qui se fout de notre gueule. Copié collé jusque dans sa trame narrative, Dishonored 2 est le genre de suite paresseuse qui se repose sur l’aspect sentimental que nous ressentons envers son héros ou dans ce cas précis, son couple de personnages principaux. Alors oui, la « force » de cette suite est bien sa partie artistique mais le fait de copier à mort sur son premier épisode n’aide en rien la saga. Les Tall Boys du 1er épisode sont ici remplacés par les guerriers mécaniques de Jindosh, les rats de la peste laisse leur place aux mouches de sang, le Hound Pits se voit volé la vedette par un bateau. Je pourrais vous faire la liste complète sans problème tant Dishonored 2 copie colle le 1er épisode sans penser une seule seconde qu’on ne grillerait pas la mascarade (ou la supercherie, c’est selon l’humeur du moment) mais vu les tests où les journalistes en profitent pour l’idolâtrer et lui mettre des notes frôlant le maximum tout en rabaissant la concurrence (qui elle offre une « vraie » suite…), je me dis qu’Arkane Studios a réellement compris ce qui fonctionne très bien de nos jours… De plus, la taille du putain de patch day one de 9 putain de go, à un moment les gars, il va falloir sérieusement arrêter de se foutre de notre gueule, car vraiment, ça suffit.

Dishonored 2_20161115222251

Verdict

Dishonored 2_20161115225819

Dire de Dishonored 2 qu’il est décevant serait donc de dire que la saga en elle même est décevante. Car la formule de Dishonored est ici poussée à son paroxysme, avec ses niveaux immenses, vous offrant une pleine liberté quand à vos approches. De plus, la patte artistique est plus sublime que jamais et incarner de nouveau Corvo et maintenant Emily fait réellement plaisir. Mais Arkane Studios se repose sur sa maitrîse exceptionnelle de son level design, ainsi que la patte artistique qui fait l’identité prononcée de Dishonored pour nous livré une « simple » suite, bête et presque sans saveur autre que son univers. C’est dommage de voir autant de gâchis alors que la formule peut très bien aller plus loin, à condition de réellement en avoir envie…

Dishonored 2_20161111000623

Les +

Dishonored 2_20161111215828

  • Le plaisir d’incarner de nouveau Corvo et maintenant Emily
  • Le level design
  • La mission 7
  • Une totale liberté de mouvements
  • La partie artistique que je trouve magnifique
  • La VF d’Emily et de Delilah mais aussi la VF dans sa globalité (ou presque)
  • Pas de season pass

Dishonored 2_20161112205332

Les –

Dishonored 2_20161114211643

  • Copié collé du premier épisode
  • J’ai pas vraiment l’impression que mes actes en chaos élevé ont eu un impact critique sur le monde dans lequel j’ai évolué pendant une vingtaine d’heures
  • Presque aucune différence entre la partie avec Emily et la partie avec Corvo
  • La taille du PUTAIN de patch day one de 9 PUTAIN DE GO
  • La sur-communication d’avant sortie
  • Une suite ultra paresseuse qui se repose avant tout sur ses propres forces
  • La VF de Corvo

Son appréciation

Ni décevant, ni transcendant. Un bon JV mais le parfait exemple de la suite fainéante qui fait faire du surplace à sa saga tout en se faisant passer pour super cool tavu.

**Critique et screenshots réalisés à partir d’une version commerciale achetée par mes soins.

 

 

 

2 commentaires

  1. En première place de ma « wishlist » de Noël, j’attends beaucoup de ce Dishonored 2. Ayant adoré et dévoré avec passion le premier du nom, j’espère en faire de même avec ce dernier. J’aime beaucoup Arkane et leur travail mais ton article fait réfléchir, j’attends de me faire mon avis 😊.

    En tout cas j’aime beaucoup ton blog et ta façon d’écrire 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Salut ! Déjà bienvenue et merci 🙂 J’ai aussi adoré le 1er en l’ayant plié plusieurs fois mais bon cette suite se repose avant tout sur le côté artistique pure et simple. Après beaucoup ne sont pas d’accord avec moi mais Dishonored 2 est ce genre de suite un peu paresseuse et c’est dommage car Ariane aurait pu faire encore mieux en changeant déjà le scénario mais aussi les missions en elle même. Mais ça ne veut rien dire, ptet que toi tu va adoré 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s