20 séries qui font mon année 2016 (et que je recommande du coup)

Du JV et du ciné. Ce sont les deux seuls sujets qui font la part belle du blog jusqu’à présent. J’en ajoute enfin un troisième qui vous parlera de séries TV. Je sais, c’est d’une originalité folle. Pour inaugurer un peu tout ça, je me suis dit que j’allais le faire en douceur et vous parler des 20 séries de cette année qui me laisse un très bon souvenir et que je recommande fortement. C’est donc parti pour un article bien subjectif comme il faut 🙂

article-serie-tv-blog

Un énorme merci à @Théo_Tessa

Chacune des 20 séries dont je vais vous parler sont rangées dans deux catégories toute simple : celle où la série a vu sa diffusion finie et en attente de sa prochaine saison, où dans le cas plus rare, qui se voit finie durant cette année. L’autre catégorie étant celle où la série est en cours de diffusion, peu importe sa saison, au moment où j’écris ce petit article. 

1ère partie : Les séries complètes ou la saison diffusée intégralement cette année

La saison 2 de Dark Matter

dark-matter-season-2

Diffusée sur SyFy, la série Dark Matter s’offre une saison 2 tout simplement grandiose jusqu’à son dénouement de fin de saison qui crée pour le coup une grosse attente pour  la saison 3 en 2017. Si vous ne connaissez pas la série, elle vous raconte l’histoire, de science fiction orientée space-opéra, de l’équipage d’un vaisseau spatial appelé le Raza, qui se réveille subitement d’un cryo sommeil totalement amnésique et donc sans aucun souvenir de qui ils étaient avant leur réveil. Vous découvrirez en même temps qu’eux leurs identités et on peut dire que la série surprend ! Au fil des épisodes, la formule s’améliore et la série réussira à combler l’énorme point négatif que je pouvais lui reprocher : ses effets spéciaux dû à son faible budget. Néanmoins, la force de la série reste ses acteurs et actrices qui se démerdent foutrement bien. Je vous recommande fortement Dark Matter si vous aimez le genre du space-opéra, foncez, vous ne serez pas du tout déçu !

Quarry

quarry

Quarry  vous raconte l’histoire de Mac Conway, de retour au pays après la guerre du Viet-Nam. Nous sommes au début des années 70. Son retour est très difficile et il doit ré-apprendre à vivre, sauf que rien ne se passera comme il le prévoyait. Enrôlé contre son gré dans un groupe criminel, il devra effectuer des contrats pour espérer rembourser une dette. Cette série est bourrée de qualités toute plus intéressantes les unes que les autres surtout l’époque de son histoire. Sans trop vous spoiler, sachez juste que la série vous surprendra d’épisodes en épisodes malgré quand même un léger passage à vide à la moitié de sa saison qui compte 8 épisodes. Mais globalement, Quarry est ce genre de série qui vous restera dans la tête pendant un petit moment. La reconstitution de l’époque, les sujets de préoccupation, le racisme qu’ont vécus les gens de couleurs à l’époque et la musique sont ce que je retiens le plus de Quarry puisque tout le reste, production Cinemax oblige, c’est du tout bon.

The Expanse

the-expanse

Pour le cas de The Expanse, vous la résumer avec mes mots serait assez compliqué donc je vous mets son synopsis :

200 ans dans le futur, le système solaire est entièrement colonisé. Le détective Josephus Miller, né dans la Ceinture d’Astéroïdes, a pour mission de retrouver une jeune femme, Julie Mao. Il est bientôt épaulé dans sa tâche par James Holden, second du cargo spatial impliqué dans un incident causé par les relations tendues entre une Terre appauvrie en ressource, Mars, prospère et de plus en plus puissante et la Ceinture d’Astéroïdes exploitée par la Terre, et dont les principaux natifs sont surexploités. Ils vont bientôt découvrir que la disparition de la jeune femme est liée à une vaste conspiration qui menace la paix dans le système solaire et la survie de l’humanité.

Outre son scénario qui exige de vous une totale attention, ce space-opéra peut se targuer d’avoir l’une des meilleures histoire de science fiction télévisées que j’ai pu voir ces dernières années. Avec un casting en béton armé, avec notamment la présence d’un certain Elias Toufexis (étonnant, non ?), et des effets spéciaux qui rendent justice à cette série, The Expanse doit être l’une des séries que j’attends le plus impatiemment en 2017 (du moins sa saison 2). Pour bien l’apprécié, je vous conseille fortement de vous concentrer un maximum puisque chaque épisode est en fait une pièce du puzzle et vers la fin de la saison, tout se met en place pour au final s’ouvrir à nous dans un final ultra spectaculaire.

La saison 2 de 12 Monkeys

12-monkeys

La saison 2 de 12 Monkeys est le plus grand mind fuck que j’ai pu voir dans une série et c’est pour le meilleur. Episode après épisodes, la série réussie à vous faire penser 1 pour au final vous dire 3 et ce, en permanence. Cette saison 2 est une réussite jusqu’au bout et laisse son spectateur sur sa faim en attendant la saison 3. Si vous ne connaissez pas, 12 Monkeys est en fait l’adaptation du film « l’armée des 12 singes » de 1995. La série raconte l’histoire de James Cole dans le monde ravagé par un virus en 2043. Il accepte de servir comme cobaye pour les expériences de Katarina Jones qui souhaite le renvoyer dans le passé de 2013 pour y trouver Cassandra Reilly qui est la seule à pouvoir empêcher que le fameux virus ne voit le jour. Après un léger contretemps, Cole revient en 2015, retrouve Cassandra et le duo mênera l’enquête sur l’origine du virus. C’est en gros le pitch de départ mais la série va beaucoup (mais beaucoup beaucoup) plus loin que le film en développant sa propre histoire et ses propres personnages qui pourraient s’imbriquer parfaitement dans le film sans souci. Si vous aimez les conspirations, les voyages dans le temps et leurs conséquences, 12 Monkeys pourrait parfaitement être une bonne idée.

Deep Water

deep-water

Seulement 4 épisodes composent la seule et unique saison de cette série australienne mais c’est sûrement les 4 épisodes les plus intéressants que j’ai pu voir dans le genre policier. Vous suivez alors deux inspecteurs face à un serial killer. Jusqu’ici c’est archi ultra classique. Sauf que la série décide de jouer sur une singularité jusque là inédite dans le genre : la personnalité des victimes. En s’attaquant à des victimes homosexuelles, la série aborde un sujet difficile, surtout dans notre société actuelle. Une série courageuse et qui n’a pas peur de parler d’un sujet très (trop ?) sérieux.

La saison 3 de Black Mirror

black-mirror

Merci Netflix. Sans Netflix, je ne pense pas que Black Mirror aurait eu sa saison 3 (et 4 l’année prochaine). Black Mirror est une série atypique qui vous raconte à chaque épisode une histoire totalement inédite sans aucun lien avec les précédents mais ayant toujours pour thème notre relation avec la technologie et les écrans d’ordinateur, de téléphone et ainsi de suite. Mon épisode préféré de cette saison 3 restera le tout premier qui se focalise sur Lacie, interprétée avec brio par la magnifique Bryce Dallas Howard dans un monde où quoi que vous fassiez, vous recevez une note de la part des autres, de plus, plus votre note est haute, plus vous êtes bien vu en société et inversement, plus votre note est basse, plus vous êtes un paria aux yeux de votre voisin. Je n’en dirais pas plus mais Black Mirror est une série nécessaire et quasiment obligatoire, qui doit être vue coûte que coûte.

Brain Dead

braindead

Brain Dead mélange à la fois science fiction et politique. C’est un peu comme si on décidait de foutre Mars Attacks et House of Cards dans le mixeur. Vous suivez donc l’histoire de Laurel Healy qui arrive tout juste à Washington et qui accepte de travailler pour son frère, le sénateur Healy. Alors que le gouvernement traverse une crise majeure, des insectes extra-terrestres décident de débarquer sur Terre et d’y foutre leur grain de sel (ou leur mandibules, c’est selon) A la fois loufoque mais très acerbe sur les républicains, démocrates et la politique américaine dans sa globalité, Braindead prend aussi le temps de soigner son casting (Mary Elizabeth Winstead, Danny Pino, Tony Shalhoub, …), son « Précédemment » avant chaque début d’épisode sous la forme d’un karaoké (faut le voir pour le croire) et ses situations toute plus hilarantes les unes que les autres. Passez outre le côté politique du truc, ce serait bien dommage de se gâcher l’une des meilleures comédies télévisuelle de cette année sous prétexte qu’elle prend le risque de faire un peu cogiter son spectateur…

La saison 2 de Daredevil

punisher-daredevil

Après avoir exploré la « naissance » de Daredevil dans sa saison 1, la seconde saison nous propose une réflexion sur ce que doit être la justice en faisant s’affronter Daredevil et le Punisher, ayant tout les deux une conception propre sur la question (faire confiance au système ou se faire justice soi même). De par leur face à face, vous êtes vous aussi confronté à la question et je dois dire que la saison 2 se charge de mettre les deux facettes sur un pied d’égalité afin de ne pas pas prioriser l’une ou l’autre des deux parties. Chacune a ses torts et ses raisons et c’est à vous de déterminer dans quel camp vous vous rangez.

The Night Of

the-night-of

The Night Of est une des séries les plus réalistes et difficiles de par son traitement de la justice américaine que j’ai pu voir depuis un bout de temps. Elle vous raconte l’histoire de Nasir Khan qui, un soir, décide d’emprunter le taxi de son père pour se rendre à une fête. Le destin en décidera autrement et il retombera sur une charmante demoiselle qui le prend pour un chauffeur de taxi et lui demande de la reconduire chez elle. Une fois chez elle, les deux commencent à passer une soirée qui se finira littéralement en bain de sang… C’est un peu le postulat de départ de cette série en 8 épisodes qui vous jetteront littéralement dans le cirque qu’est le système judiciaire américain en se focalisant sur la descente en enfer de Nasir et la course contre la montre de son avocat de seconde zone, John Stone. En plus de ça, la série joue assez bien avec son spectateur en le questionnant sans cesse sur la culpabilité ou non de Nasir. L’a t-il tuée ? Etait-il là au mauvais moment au mauvais endroit ? Je ne vous spoilerais pas car je suis pas fan de ça mais The Night Of brasse un paquet de sujets d’actualité qui je dois bien le dire, font sacrément cogiter. Chacun des 8 épisodes ne vous laissera pas indemne pour peu que vous accrochiez au genre policier même si The Night Of la joue différemment pour un résultat assez exceptionnel. Foncez, vous ne serez pas du tout déçu.

Hooten And The Lady

hooten-and-the-lady

Je vais pas y aller par quatre chemins mais Hooten And The Lady est la série la plus rafraichissante de cette année pour moi. C’est un peu comme si Nathan Drake de la saga Uncharted décidait de se faire un ptit voyage avec Lara Croft. En plus, les similitudes avec le duo d’aventuriers vidéoludique est assez criant pour mon plus grand plaisir. Hooten And The Lady nous raconte l’histoire de Lady Alex Lindo Parker et l’intrépide Hooten, plus voleur qu’aventurier anti conformiste (la rencontre des deux mondes, aristocratique pour Alex et plus « réaliste » pour Hooten est l’une des forces de la série qui plus est) qui voyageront autour du globe à la recherche de trésors. Chacun des 8 épisodes sera une destination et une histoire unique avec pour fil rouge l’amitié grandissante entre ce duo que tout ou presque oppose. Fraiche, inédite, sans prise de tête, Hooten And The Lady sort de nulle part mais ne me laisse pas du tout indifférent puisque chaque épisode offre une grande aventure avec une sacrée bonne dose d’humour et des panoramas magnifiques. Le casting, porté par le duo Ophelia Lovibond et Michael Landes, ne tombe pas dans la facilité et s’en sort vraiment bien. Alors si vous aimez l’aventure et la recherche de trésors, Hooten And The Lady peut être une bonne sélection si vous cherchez une série d’aventure sans prise de tête.

Bonus : J’y ajoute, parce que je suis très gourmand en terme de séries, celles-ci :

La saison 4 de Banshee, The Night Manager, 11.22.63, Au delà des murs, Ballers, Preacher et Wynonna Earp.

Ca vous fait 17 séries diffusées cette année que je vous recommande chaudement, toutes plus variées les unes que les autres, tant au niveau de leur scénario, de leur casting, de leur intérêts individuelles que de leur qualités et défauts.

Deuxième partie : les séries en cours de diffusion

The Exorcist

excorcist_fox_title_card

Quand la fox a annoncée vouloir faire une série adaptée du film à succès The Exorcist, je dois l’admettre mais je me suis dit que c’était un projet quasiment impossible sur le papier et qu’une fois tourné, ça partirait en cahuète totale. Et c’est parti en cahuète totale. Sauf que c’est du bon. Du très très bon même. La série The Exorcist, du moins pour l’instant, se permet à la fois d’être assez fidèle au matériau de départ, le film donc, mais aussi de développer sa propre histoire. En mixant le tout, la série nous offre un bon 45 min d’épouvante de bonne qualité, bien foutu, bien interprété, avec des effets spéciaux bien gérés. C’est l’une des grandes surprises de cette année à sens. Néanmoins, la série se permet d’être un poil moins « hardcore » que le film qui lui restera l’un des films qui m’aura foutu l’une des trouilles qu’un film ne m’aura jamais foutu dans ma jeunesse. Donc si le film vous à laisser un (très) mauvais souvenir à cause de sa « violence », pas de panique ! La série fait différemment, avec moins de tension mais le fait foutrement bien.

Lethal Weapon

lethal-weapon

Très grand adorateur des films avec Gibson et Glover quand j’étais jeune, la Fox à failli me faire faire une crise cardiaque quand il a annoncé son casting pour la série. Mais là encore, la Fox s’en sort avec brio. Tout est là et plus encore. La détresse de Riggs, son chagrin et le fait qu’il souhaite en finir avec la vie, tout est super bien traité avec une très grande justesse par l’écriture du personnage mais aussi par la composition de l’acteur qui l’incarne. Les scènes d’actions, les enquêtes, le duo, la façon dont est dépeint Los Angeles avec ses couleurs chaudes, tout ça fait que Lethal Weapon est un très bon moment chaque semaine. La encore, comme pour The Exorcist, la série fait un peu différemment des films et je dois dire que c’est plus que réussi.

La saison 4 de Agents Of Shield

aodghost

Après trois saisons où le Shield devait se coltiner Hydra, la saison 4 (en fait, je me rend compte que ça va être bien chaudasse de ne pas vous spoiler mais passons), reprend après les évènements majeur de fin de saison 3. Dans cette saison 4, non seulement le Shield s’est littéralement métamorphosé, en changeant de mode opératoire, mais il doit faire face à une nouvelle menace (en fait, je vous minimise le truc, spoil toussa) ainsi qu’une tierce partie concerné au doux nom de Ghost Rider. Pas de Nicholas Cage, fort heureusement, le Ghost Rider de la série est celui qui se sert de sa bagnole et pas d’une moto et est en fait un esprit totalement différent de celui qui squattait Cage dans les deux films. De par le fait que la saison 4 est complètement différente des précédentes, elle est pour moi, la meilleure saison que la série puisse proposer pour l’instant. Ah et le petit clin d’oeil bien appuyé, il y a un scientifique qui a le nom de famille Radcliffe, ce qui est assez amusant 😀

La saison 2 de Legends Of Tomorrow

dcs-legends-tomorrow-season-2-premiere-clip

De tout ses programmes super-héroiques made in DC Comics (Supergirl, Arrow et The Flash) je n’en retiens qu’un seul de la part de CW et c’est Legends Of Tomorrow. Le début de sa saison 1 fut très (mais alors très) compliqué pour au final réussir à se trouver, se façonner, polir le rocher et aboutir à un résultat très positif. Le début de la saison 2 parvient à reprendre l’excellente forme de fin de saison précédente et se permet d’aller plus loin avec enfin une menace crédible (ouais parce que le méchant de la saison 1 n’était absolument pas crédible). De plus, Caity Lotz, une des actrices que j’adore le plus, prend enfin du galon et ça… J’achète !

Aftermath

aftermath-tv-show-on-syfy-season-1-canceled-or-renewed

Pour Aftermath, il faut déjà se dire que seul Syfy est capable de nous proposer un délire de ce genre. Jugez plutôt : c’est la fin du monde, c’est à ce moment là que des démons en profite pour débarquer sur Terre, qu’une maladie transforme les gens en fous dangereux, que des météorites foutent le bordel et qu’un putain de **** ! en profite lui aussi pour se faire un défilé. Oui oui un putain de **** ! (Spoil toussa :D) Pour savoir de quoi je parle, bah faut mater Aftermath, vous comprendrez pourquoi j’adhère totalement au délire de cette série un peu what the fuck asshole !

Channel Zero

channel-zero-syfy-tv-series-logo-key-art-740x416

Encore du Syfy mais là j’admets que pour du Syfy, c’est du lourd. Du très très lourd même. Channel Zero vous raconte l’histoire d’un homme qui revient dans sa ville natale alors qu’étant jeune, lui et son frère jumeau ont été sous l’emprise d’un show pour enfant, Candle Cove. C’est à partir de ce moment là que la série se lance et on découvre que bah en fait, ça verse dans le creepy pasta et j’en dirais pas plus. Narration soignée, acteurs et actrices, enfants et adultes, assez juste dans leur rôles et écriture aux petits oignons, Channel Zero se permet de taper violemment, surtout dans le paysage télévisé que Syfy nous a habitués. Si vous aimez le fantastique, Channel Zero pourrait bien vous plaire.

Conviction

conviction

Pour Conviction, c’est notamment à cause de la présence de Hayley Atwell que j’ai lancé le pilot et j’ai tout de suite accroché. Série procédurale au possible, Conviction raconte l’histoire d’une unité spéciale, tenues par des repenti de justice, d’anciennes figures de la loi, qui vont ré-examiner d’anciennes affaires juste avant que celle ci ne soit classés. Chaque épisode traite d’une affaire très compliqué qui doit soit faire sortir un innocent soit prouver définitivement la culpabilité du condamné. Dit comme ça, c’est pas très original, j’en conviens très bien mais Conviction est suffisamment bien foutu pour figurer dans le haut du panier des séries en cours en ce qui me concerne.

La saison 3 de Z Nation

z-nation-season-3

C’est mon alternative à The Walking Dead, cette série. Z Nation, production The Asylum à qui l’ont doit Sharknado (j’imagine très bien vos têtes de dégoût là !), Z Nation traite toujours autant l’apocalypse zombies mais en faisant différemment. Les personnages ne passent plus 15 ans à se lamenter sur leur destin comme le fait le casting de TWD (ne me dîtes pas le contraire, je suis à jour dans TWD), ils ont une mission à accomplir. Laquelle me direz vous ? Hé bien c’est de **** un certain **** pour **** afin de **** (bah quoi 😀 ?) Au programme de ZNation, du zombie, de la miséricorde et du fun. Beaucoup de fun même. Du fun encore et toujours, ça change de TWD, série de zombie ultra lourdingue qui te ferait suicider un dépressif tellement ça pleure pour presque rien. Ouais bon ok j’exagère énormément mais c’est pour souligner la différence entre les deux show qui se complètent vraiment bien au final. Donc si vous n’avez pas votre dose avec TWD, jetez un oeil à ZNation et laissez lui le temps de développer sa propre « mythologie », vous verrez, il se pourrait bien que cela puisse vous plaire autant qu’a moi qui avoue sans problème avoir un peu marre des zombies (pourtant je mate les deux show, je sais).

Timeless et/ou Frequency

timeless

Timeless et/ou Frequency, quand bien même je mate les deux, qui sont totalement différentes l’une de l’autre, c’est Timeless qui « l’emporte ». Pourquoi ? Car Timeless vous propose un voyage dans le temps à toute les époques (celle du pilot est inédite à la télé par exemple). La série raconte l’histoire des gentils qui sont obligés de partir à la chasse du méchant qui souhaite littéralement refaçonner l’histoire telle que nous la connaissons pour foutre le bordel. Le pourquoi du comment est assez flou mais la série distille suffisamment de suspense à travers ses épisodes pour donner envie au spectateur de voir la suite. Ce que j’aime le plus dans Timeless est la reconstitution de l’époque vu dans chaque épisode qui est tellement bien gérée que ça donne l’impression qu’ils y sont vraiment. De plus, le casting est suffisamment bien foutu pour accrocher. Bref, les voyages dans le temps sont votre truc ? Timeless peut très bien vous plaire ! Quand à Frequency, c’est l’adaption du film Fréquence Interdite avec Dennis Quaid et Jim Caveziel. Cette fois ci, c’est à peu près le même point de départ mais avec des différences. Pour ma part, j’aime à la fois Timeless et Frequency mais j’ai un faible avec Timeless qui joue un peu plus sur le rêve de gosse que j’avais quand je me matais Sliders pour ne citer que cette série là (j’aurais pu aussi citer 7 jours pour agir)

Designated Survivor

designated-survivor

Designated Survivor est ma série coup de coeur du moment. Ni plus ni moins. La série commence alors que le Capitole se voit pulvérisé au cours d’un attentat. Le président des Etats Unis, l’ensemble de son cabinet et les présidents des deux chambres du Congrès, périssent tous dans l’explosion. C’est alors que le secrétaire au logement et au développement urbain, Tom Kirkman, qui avait été « nominé » comme le survivant désigné est alors investi comme le président des Etats Unis. C’est ainsi qu’on le suivra alors qu’il deviendra l’homme le plus puissant du monde. Sans expérience du poste, il devra prendre des décisions que moi même je ne pourrais pas prendre et devra coûte que coûte assurer la pérennité de son pays. En plus de se focaliser sur le personnage, sa famille et son staff, la série s’attarde sur l’enquête de l’attentat du Capitole et le moins que je puisse dire, c’est que la série vous surprendra. Ce que j’aime le plus dans cette série, c’est cette façon de mettre en scène le destin d’un homme qui n’aurais jamais pensé devenir président, de cette façon là, et devoir prendre des décisions lourde de conséquences. La seconde chose que j’aime, c’est l’acteur qui incarne Kirkman : Kiefer Sutherland himself. Je finit juste par vous dire, puisque c’est difficile de parler d’une série avec détails sans vous spoiler, que Designated Survivor n’est absolument pas du tout un House Of Cards bis mais alors pas du tout. Alors certes, on voit ici où là quelques mesures politiciennes à droite à gauche mais la série ne dépeint pas la politique de la même manière que House Of Cards et c’est pour le mieux. Bref, je vous la recommande chaudement !

J’aurais pu aussi vous parler de Westworld mais comme elle est suffisamment communiquée un peu partout, je ne juge donc pas utile de vous en parler à mon tour. J’ai pas vraiment de séries en cours en plus à vous ajouter puisque c’est déjà un beau programme les 10 du dessus, suffisamment varié pour contenter presque tout les goûts (enfin je pense). Tout comme de la saison 2 de Blindspot, de celle de Ash Vs Evil Dead, de Van Helsing, et etc etc … Peut être dans un prochain article, qui sait ?

 

2 commentaires

  1. J’en ai pas vu des masses sur la liste, mais on a déjà toutes celles de SyFy en commun, ahah. Channel Zero m’avait mis une grosse claque, pour un truc qui s’étale sur seulement six épisodes. The Expanse était une bonne surprise (parce qu’à la base, les trucs dans l’espace, j’aime pas trop) et puis bah Z Nation, c’est juste énorme 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s