Mes premières impressions sur No Man’s Sky

Il y a un peu moins de 3 ans, Sean Murray et son jeune studio Hello Games nous dévoila un étrange projet appelé No Man’s Sky. Véritable ovni, il n’a eu de cesse de jouer sur le mystérieux en lâchant ici ou là des infos. Après un report assez important, voila que le fameux jeu intriguant même les petits gris est enfin disponible entre les mimines des explorateurs spatiaux que nous sommes. Pari réussi ou dérive interstellaire sans précédent ?

station___no_man_s_sky_wallpaper_by_rocklou-d9su6j0.png

Etant donné la durée de vie pratiquement infinie de No Man’s Sky et en tenant compte du temps que j’ai, plus les sorties futures, je vous propose non pas une critique mais bien mes premières impressions. Au contraire d’une presse JV vous ayant donné leurs « avis » en même pas une quinzaine d’heures de jeu, je me refuse à en faire de même. C’est pourquoi mes premières impressions ne sont que mon ressenti au bout d’une trentaine d’heures.

Un petit pas pour l’homme …

No Man's Sky_20160810142117

Passée l’installation du patch day one de 800 MO, il est enfin temps pour moi de me lancer dans l’aventure. A peine le chargement de départ (le seul du jeu), No Man’s Sky me jette dans le contexte, sans autre forme de procès. Je découvre bon gré mal gré que nous débutons tous après le crash de notre fidèle vaisseau et que des réparations s’imposent. Pour cela, il vous faudra votre multi-tool (multi outil en VF), votre pistolet multi usage qui est votre seul renfort pour miner les ressources obligatoires pour l’ensemble ou presque de votre matos.  Il vous faudra donc explorer et crafter les ressources de la planète sur laquelle vous vous trouvez pour rester constamment en « stock » et pour ne pas devoir pallier l’imprévu … Bien entendu, ceci n’est pas votre objectif prioritaire mais il l’est le temps que vous compreniez les us et coutumes de l’univers de No Man’s Sky. Car oui, je parle bien d’univers, de système, de galaxie, bref de l’infiniment grand espace, le grand, l’unique, silencieux et mystérieux espace. Avec son chiffre approchant l’infini nombre de planètes, No Man’s Sky nous révèle d’emblée que les explorer toutes est pratiquement impossible voir même impossible de base.

… Un bond de géant pour l’exploration

No Man's Sky_20160810161821

L’objectif principal de No Man’s Sky, outre le crafting de ressources à des fins de survie, est de rejoindre le centre de l’univers et découvrir ce qui s’y cache. Ce mystère mystérieux s’appelle l’Atlas. Néanmoins pour rejoindre ce fameux centre, il vous faudra la fameuse hyper propulsion supra luminique (ouais bon ça n’a pas ce nom là mais vous aurez compris de quoi je parle) afin d’être libre de sauter de système en système comme bon vous semblera dès lors que vous pourrez la confectionner vous même. Et pour ça, pas de secret, il sera obligatoire de suivre les fameuses consignes données en bas à droite de votre écran. Néanmoins, nul ne vous y oblige. Vous voulez vous débrouillez tout seul ? Très bien. Après tout, vous êtes une grande personne et ça, le jeu l’a très bien compris, à l’instar de ce début où vous êtes lâchés sans aucune consigne. Vous voulez être un explorateur de planètes, c’est possible. Vous voulez vous perdre dans l’espace ? C’est possible. Être un pirate et être craint de tous,  ou être un marchand ? La encore tout est presque possible. Vous le voyez, la liberté dans No Man’s Sky est à son paroxysme et ça a même de quoi donner le vertige …

Un début assez … « Compliqué ».

No Man's Sky_20160810154753

Je me répète mais dans No Man’s Sky, vous êtes libre de faire ce que vous voulez, y compris ne pas rejoindre le fameux centre où se cache le secret entourant l’Atlas. Vous voulez explorer telle ou telle planète ? Hé bien, allez y. Nul ne vous retiens après tout. Nul ne vous retiens, sauf vos ressources. Car cela coûte cher en ressources l’exploration de planètes. Ca n’aurait pas été un gros problème si vos deux inventaires (celui de votre combinaison et celui de votre vaisseau) n’étaient riquiqui et s’il fallait faire de multiples aller et retour dans les bases postées dans l’espace près des planètes … Sauf que là encore, vous êtes pieds et poings liés par vos deux inventaires minuscule. Ce qui a le don, pour moi, de casser un peu le plaisir de l’exploration, puisque votre liberté est relatif à tout un tas de paramètres qui entravent le joueur plus qu’il ne le faut. Mais ça, c’est juste l’histoire de vos débuts (environ moins de 7 heures) …

La découverte, le péché mignon de l’explorateur ?

No Man's Sky_20160810201226

Chacun sa définition de l’exploration mais moi ce que j’aime dans le fait d’explorer, c’est le plaisir qu’on ressent quand on découvre une chose jusque là « inédite ». Les X nombres de planètes générées en procédural selon un certain nombre de choses pré-conçues avec pour résultat de découvrir une planète unique à chaque fois, est plus que réussi selon moi. Quand vous entrez dans le ciel de la planète que vous allez explorer, sa simple vue est tout simplement grisant (ne parlons même pas de l’entrée dans l’atmosphère en elle même, juste que ça le fait vraiment comme il le faut, de plus je rappel que ca se fait sans temps de chargement, hé oui !). Une fois au sol, la flore et la faune « force » l’explorateur que je suis à partir à l’aventure de cet écosystème. Parfois celui-ci est dangereux par la température, les conditions climatique ou par la vie menaçante qui y réside et parfois le calme d’une planète morte assure aussi le show par cette ambiance si particulière qui s’en dégage. Se dire que nous sommes les premiers à fouler le pied de cette planète fraichement découverte est vraiment une sensation à nulle autre pareille. De ce côté là, le résultat est une réussite incontestable si on se fie au très faible poids du jeu (5 GO sur PS4 et 3.2 GO sur PC).

L’espace, cette frontière de l’infini

No Man's Sky_20160811212808

J’ai lu ici ou là que la majorité des joueurs y jouant s’étaient lassés au bout d’une dizaine d’heures … Pour ma part, je m’en suis lassé assez vite (5-6 heures), sauf que tout ce qui fait le sel de No Man’s Sky s’est révélé à moi de façon … Inattendue. Désireux de changer « d’air », je me retrouve dans un nouveau système rempli de planètes fortes intéressantes … J’en choisi une au hasard et je suis tombé sur une planète, me rappelant Mars (même si je n’ai jamais mis les pieds dessus, nous sommes d’accord), riche en ressources, riche en ruines d’une ancienne civilisation et qui m’a alors fait découvrir qu’on pouvait faire augmenter la taille de notre inventaire combinaison et là, je dois dire qu’en fait, tout s’est enchainé et j’ai pu dès lors accroitre de façon exponentielle mes conditions de vie dans l’espace. Le plaisir de jeu s’en voit alors décuplé et on comprend dès lors ce que le jeu souhaite nous proposer. Dire que j’y suis resté un sacré paquet d’heures sur cette unique planète, à la décortiquer de ses secrets, de ses ressources, de ses équipements, de ses technologies …

L’indépendance du joueur est-elle un problème en 2016 ?

No Man's Sky_20160810162211

A l’instar de son début sans aucunes consignes, vous, joueurs, êtes alors « forcés » de vous débrouiller et de comprendre par vous même qui fait quoi, ce qu’il faut comme ressources, comment fonctionnent les deux inventaires, comment optimiser la relation inventaire combi et l’inventaire vaisseau et enfin comment développer votre multi tool. En un mot comme en cent : démerdez vous ! Tout cela crée alors un sentiment de liberté où bon nombre de joueurs(ses) ne peuvent/veulent hélas supporter. Nous sommes habitués a des JV dirigistes où nous sommes pris par la main et assistés tout au long d’une aventure pré calculée où toutes vos actions sont pensées à l’avance. No Man’s Sky, quant à lui, nous rappelle que nous sommes de grandes personnes, maîtres de nos actions et capables de nous occuper de nous mêmes. Hello Games et Sean Murray l’ont très bien compris. Nul besoin d’une laisse, il suffit de comprendre ce que le jeu attend du joueur. A partir de ce moment, quand vous vous mettez d’accord avec vous mêmes sur ce que vous souhaitez faire de votre aventure, plus rien ne vous résistera et vous découvrirez alors que vous êtes capable de vous forgez votre propre aventure dans cet univers procédural. De ce fait là, No Man’s Sky n’est pas à mettre dans toute les mains, il n’y a qu’à voir les critiques négatives qui pointent toute le même reproche : « Il n’y a rien à faire », « on s’ennuie », « c’est vide » ou le sacro saint des critiques négatives : « Que c’est moche bon dieu ! ». En effet, il n’y a rien à faire puisque c’est à vous de prévoir ce que vous souhaitez faire dans le jeu. C’est pourtant pas si compliqué de s’auto discipliner, non ? Que vous souhaitiez comprendre une langue étrangère à la votre en partant à la chasse aux mots tout en vous faisant un capital crédit en revendant vos ressources superflues, histoire de vous payer ce beau vaisseau flambant neuf (à savoir aussi que Hello Games pousse le vice jusqu’au point que chaque vaisseau ait un cockpit bien à lui), histoire de devenir pirate de l’espace, par exemple, c’est à vous et à vous seul de savoir ce que vous souhaitez faire. Bien entendu, je ne vais pas tout énumérer, comme le fait de pouvoir renommer une planète, une plante ou un animal, car c’est à vous de découvrir ce que No Man’s Sky souhaite vous offrir, car là est tout le plaisir de la découverte. Ce sentiment d’être le premier à fouler le sol de cette étrange planète, de faire la rencontre de cette étrange créature ou de rencontrer un extraterrestre dont vous ne comprenez pas le traitre mot est juste quelque chose de plaisant et d’excitant à faire.

Du côté du gameplay, de la technique, des graphismes et de la bande son

No Man's Sky_20160810200711

No Man’s Sky se joue en vue FPS que vous soyez à pieds ou en vaisseau, rien de bien compliqué sur le plan du gameplay, tout est assez intuitif et on s’y fait assez rapidement. Les combats dans l’espace, assez rare, sont assez classique et font le job sans vraiment être révolutionnaires. Néanmoins, le jeu ne prévoit pas le crash de votre vaisseau quand vous vous déplacez dans le ciel des planètes puisqu’un mur invisible vous y empêche. C’est un coup à prendre mais j’aurais aimer un peu plus de liberté de ce côté là, c’est à dire manoeuvrer mon vaisseau comme je l’entends.

No Man's Sky_20160811195316

En ce qui concerne les graphismes maintenant. Pris de façon brut, No Man’s Sky n’est pas le plus beau JV de cette année mais sa patte artistique rappel furieusement la SF des années 50 telle qu’elle était perçue à l’époque, avec ses couleurs un peu rétro et cette tronche très « dessin animé ». Je dois dire que j’adore ça, tout simplement, j’adore ce côté artistique jusque là inédite dans le Jeu Vidéo.

No Man's Sky_20160812231133

Du côté de la technique, même si je suis très compréhensif, c’est une catastrophe. Je suis très gentil mais le clipping lors de votre entrée dans l’atmosphère me rappelle furieusement l’époque Xbox 360. Néanmoins, on sent que la PS4 à du mal à gérer ce flot d’informations qu’elle doit gérer constamment (je vous rappel qu’il n’y a AUCUN temps de chargement) alors je comprends que je dois faire des concessions (un mal pour un bien tout ça, vous connaissez le concept ou pas ?) J’ai eu droit à un crash/retour menu de la PS4 en un peu moins de 30 heures, ce qui est sommes toute une chose rare par rapport a ce que j’ai pu lire ici ou là. Pas de ralentissement à noter pour finir sur le point de la technique.

No Man's Sky_20160810142642

Je conclu sur la bande son, que je trouve vraiment dans le ton, assez discrète mais toujours présente. Néanmoins, un gros coup de coeur sur l’ambiance sonore du jeu. Au casque, entendre les différents hurlements des animaux et la VF de l’IV (Intelligence Virtuelle) qui vous seconde est quelque chose d’assez dingue ! Cela vous immerge d’une force, c’est juste une putain de réussite de ce côté là !

Verdict sur un peu plus de 30 heures

No Man's Sky_20160812205651

No Man’s Sky n’est pas à mettre dans toutes les mains, c ‘est un fait. Il rejoint la longue liste des JV qui ont divisés, divisent et diviseront. Oui il n’est pas très beau et indigne de ce que doit faire la PS4 en 2016 mais l’utilisation du procédural, véritable prouesse pour un studio aussi petit, offre alors aux joueurs qui accepteront le parti pris technique, une aire de jeu immense, infinie, aux multiples trésors dont regorgent les planètes et les systèmes de No Man’s Sky. Si vous aimez l’exploration spatiale, la découverte de planètes et ce qui à trait à l’espace, posez vous cette simple question : Êtes vous capable de vous prendre en main et de vous débrouillez tout seul ou avez vous besoin d’une laisse, même pour jouer à un JV ? Si les réponses sont « non » et « oui », passez votre chemin. No Man’s Sky n’est pas pour vous. Sinon, foncez et laissez vous happé dans l’immensité et paisible espace de No Man’s Sky, vous ne le regretterez peut être pas …

Les + :

No Man's Sky_20160810170450

  • Une durée de vie infinie
  • Une planète de départ et une aventure « unique » à chaque joueur
  • Une ambiance sonore qui immerge
  • Une patte artistique magnifique
  • Le plaisir de découvrir chaque planète et ce qu’elle regorge
  • Cet incroyable sentiment de liberté
  • Le fait de pouvoir renommer une planète, un animal, une fleur qu’on vient de découvrir …

Les – :

No Man's Sky_20160810172104

  • Les sept premières heures sont très compliquées au niveau de l’adaptation
  • Du clipping et une distance d’affichage qui font peur …
  • Le maniement du vaisseau un peu approximatif
  • Trop de craft
  • Une sorte de « routine » qui se met en place au bout d’une dizaine d’heures de jeu

Pas d’appréciation

*Article écrit sur une version PS4 commerciale du jeu. Les screenshots ont été réalisés avec le SHARE de la console

**Un grand merci à Théotime Tessa pour la correction 🙂

8 commentaires

  1. Très bonne analyse de ce jeu aussi complexe à appréhender que simple graphiquement. Je pense que tu aurais du aussi parler du fait que malgré les phases d’actions possibles (combattre les sentinelles, affronter des monoplaces dans l’espace ou dans l’atmosphère d’une planète), ces derniers sont mous et approximatifs, comme si Hello Games souhaitait une forme de pacifisme dans son jeu, où l’exploration et la collaboration étaient bien plus gratifiant que l’affrontement pur. Bref une petite perle au potentiel encore à peine effleuré pour moi, une « bouse » pour nombre de gens qui ne prendront pas la peine de regarder plus loin que l’apparence du jeu…

    Aimé par 1 personne

    1. J’aurais pu en effet mais je me suis vraiment concentrer sur l’exploration/ et être marchand de ressources donc … ^^ Je suis tellement d’accord sur tes derniers mots 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Très bel article. Je te lis assez peu souvent (trop peu ?) et ton avis m’a l’air assez honnête et juste. J’ai bien envie de me le prendre, j’attends juste qu’il baisse un peu de prix 🙂

    Merci pour ton avis, qui se lit bien et s’apprécie :p !

    Aimé par 1 personne

  3. Et bah voilà, je viens de perdre ma virginité de victime de ton blog. Première lecture, premières impressions sur un jeu que je commence et pour lequel, j avoue, je ne sais encore si j aime ou vais détester. Pour l instant je découvre petit à petit les possibilités. Bref, article superbement écrit, ça fait plaisir cette qualité de rendu et d opinion. J attend ton avis sur deus ex avec impatience, un jeu autant aimé et détesté, ma curiosité est entiere, surtout que je n ai pas accroché avec le dernier opus.

    Plaisir de te lire et de rejoindre la galaxie de tes afficionados

    Aimé par 2 personnes

    1. Bienvenue a toi 😉 Merci de ton attention et merci du retour ça fait plaisir de voir que ça plait 🙂 Tu verra ici on ne parle que de JV avec passion et c’est ce qui compte 🙂

      J'aime

  4. Ça fait déjà quelques mois que le jeu est sorti et je ne l’ai pas encore testé. Merci pour ton avis très détaillé et complet. J’en ai lu d’autres sur le Net et j’avoue que les joueurs ont des opinions partagées sur le jeu.

    Aimé par 1 personne

    1. De rien ! Oui le jeu divise énormément et ton expérience peut être radicalement différente de la mienne mais j’espère que tu comprendra à quel point ce NMS mérite au moins de s’y poser quelques heures tant il vaut le coup d’œil 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s