Critique de Fallout 4

Annoncé en grande pompe durant l’année 2015, Fallout 4, le dernier bébé en date de Bethesda, est enfin sorti pour le plus grand bonheur des fans de Nuka Cola, de goules et de super mutants. Est-ce que ce 4 ème Fallout vaut une nouvelle exposition aux radiations ? Enfilez votre Pip-Boy, attrapez votre barda, on voit ça tout de suite.

Fallout_4_préchargement_trophée_succès.png

Le Post-Apo, c’est de la bombe chéri chéri

Fallout 4_20151109163318

Devant votre miroir, vient alors un couple. Le mari, ancien soldat, jouit d’une retraite bien méritée, aux côté de son épouse et de son petit garçon, Shaun. Nous sommes en 2077. Le monde tel que nous le connaissons à la fin de la seconde guerre mondiale de 1939-1945 a décidé de se servir de la puissance qu’offrait le nucléaire pour se développer technologiquement. Ce qui donna alors une société fleurissante technologiquement, restée néanmoins ancré dans une mode propre aux années 50. Des années ont passées et nous voici donc dans le Boston de 2077. Vous êtes là, à choisir d’incarner un homme ou une femme, tout en faisant vous même son visage et sa corpulence. Vous évoluez un court instant dans votre demeure, un moment que j’aurais aimé plus long et plus travaillé mais voilà que la sonnette de la porte retentit. Un représentant de chez Vault-Tec souhaite juste connaitre notre nom ainsi que notre SPECIAL.

Fallout 4_20151109164434

C’est ainsi que vous devrez répartir 21 points dans votre Force (Straight en VO), Perception, Endurance, Charisme, Intelligence, Agilité et Chance (Luck en VO). Si il vous demande ces informations, c’est parce que vous et votre famille pourrait rejoindre l’abri 111 de chez Vault-Tec en cas d’attaque nucléaire. Et justement, aussitôt la porte refermée, voila que le journaliste à la TV annonce que les premières bombes pleuvent. Votre charmante famille et vous, vous vous empresserez donc de rejoindre ce fameux abri 111, dans l’espoir de survivre a cette fin du monde … Une fois dans l’abri, tout s’enchaine très vite et manifestement, Bethesda n’a pas souhaité prendre le temps de développer un peu votre vie sous Terre, ce qui est encore une fois un peu dommage …

Fallout 4_20151109165104

Je ne développerais, ni ne spoilerais pas les évènements dans l’abri 111 mais sachez juste que j’en reste un peu déçu. Déçu dans le sens ou c’est vite expédié et que ce qui s’y passe reste assez … Cliché. Néanmoins, je me suis laissé prendre au jeu et me suis retourné les méninges du pourquoi du comment jusqu’a y aller de ma propre théorie, ce qui est une bonne chose dans le sens ou Bethesda a quand même assuré en ce qui concerne la trame principale du jeu. Plutôt bien écrite, qui prend le temps de se poser, telle une série TV, Fallout 4 nous offre une histoire principale assez classique mais qui fait dans l’efficace.

200 ans, et toujours toute ses dents

Fallout 4_20151109172509

C’est ainsi que Fallout 4 commence véritablement, 210 ans après les bombardements, nous sommes en 2287 et le Boston tel que vous l’avez vu est pour ainsi dire mort. Même en ayant retourner Fallout 3, le premier sentiment que j’ai ressenti en découvrant un Boston en ruine a été un énorme WOW ! Bref, retour sur le jeu en lui même. Les quelques survivants se sont organisés dans des villes comme Diamond City ou GoodNeighbor. Vous pourrez faire la rencontre de méchants pilleurs ou alors de nouvelles espèces mutantes comme les goules (je dit nouvelles car elle ont changées autant dans la gueule que dans le comportement), si vous ne savez pas ce qu’est une goule, c’est un humain ayant été trop exposé aux radiations et devenu une sorte de zombie, il y a aussi les super mutants, d’anciens humains ayant fait les frais d’expériences, de radcafards et ainsi de suite. Votre objectif prioritaire dans ce nouveau monde sera tout simplement de survivre en vous équipant de pièces d’armures et de vous armé convenablement avec des pistolets, des fusils et cie.

Fallout 4_20151113212138
Voila à quoi je ressemble après plus de 90h dans les Terres Désolées du Boston de 2287

Ensuite, pour la première fois de la série, et à l’instar de Minecraft, vous pourrez reconstruire certaines zones de la map et y faire prospérer vos communautés. Cela reste optionnelle et c’est tant mieux car j’ai trouvé cette feature assez … Inutile pour ne pas dire assez chiante. Quand bien même, ca reste dans l’identité de Fallout, le craft de maisons est assez intrusif puisque vous devez même refaire l’intérieur des maisons que vous acheter (par exemple celle de Diamond City pour 2000 caps, vous devez vous démerder tout seul …). Néanmoins, la possibilité de crafter vos armures et vos armes est là assez bienvenue, quoiqu’un peu trop encadrée si je puis me permettre. Oui mais ça, c’était lors de mes 20-25 premières heures de jeu. A l’heure où j’écris ces lignes, j’en suis vers les 96 heures et à un moment ou un autre, un déclic se produit (si,si c’est possible lol) et je me suis surpris a prendre un énorme plaisir à me choisir un coin pour le réhabiliter à ma convenance, à me créer une petite communauté (dans mon cas, je ne me suis pas embêter, j’ai pris Sanctuary Hills) et nul doute que la partie custom de maisons m’a permis de construire de A à (presque) Z mon QG (hé bah ouais, c’est pas une maison, on dirait une sorte de mini building, le gros bazar de fou, juste pour mes Armures Assistées et mon bureau !). A ce propos, il est dommage que Bethesda ait commis l’oubli de certains objets décoratifs qui permettrait dès lors de personnaliser encore plus notre chez-soi. Je parle bien sûr des mannequins de présentations qui nous offrirait donc le luxe d’aménager une partie musée (bah quoi, on est libre de faire ce qu’on veut où on ne l’est pas …)

Promenons nous dans les bois, où l’écorcheur ne nous trouvera pas

Fallout 4_20151111193129
Ah bah la, il est pas prêt de nous trouver !

Dans Fallout 4, vous passerez peut être énormément de temps à vous promener dans le Commonwealth, de bâtiments en bâtiments, en quête de babioles, de munitions, de capsules (la monnaie du jeu) a ramasser. Vous pourrez découvrir des « merveilles » cachées, à condition de prendre le temps de fouiller. Histoire de ne pas vous faire ressentir la solitude comme avait pu le faire Fallout 3, le monde est un peu plus coloré, grâce notamment à un ciel bleu et un monde post apo moins terne, moins gris et plus vivant. Vous entendrez au loin des échanges de coups de feu et/ou des explosions qui vous fera apprendre que la curiosité peut souvent vous être fatale … De plus, vous avez une nouvelle fois la possibilité de faire copain-copain avec 12 compagnons, que ce soit Codsworth, votre ancien robot ménager, de Canigou, le berger allemand ultra mimi, de Piper, une journaliste téméraire mais très gentille, et ainsi de suite.

En ce qui concerne leur IA, je l’ai trouvée vraiment idiote par moment mais capable de choses intéressante, surtout si vous engagez la forme la plus pure du combat (donc vous rentrez dans le tas sans aucune infiltration par exemple). Entre le chien qui fonce dans le danger, qui revient en boule de feu sans vraiment réagir et cette façon de donner des ordres en vouvoyant (même le chien y a droit !), c’est, je trouve, assez bancale pour ne pas dire toujours la même chose au niveau d’une IA qu’on a vu des milliers de fois maintenant … Néanmoins, vous pouvez équiper votre partenaire d’armes à feu ou énergie, histoire qu’il puisse être utile (on peut aussi parler de Canigou que vous pouvez équiper d’une armure canine ou bien d’un bandana histoire de le personnaliser, ainsi qu’une compétence dans votre catalogue SPECIAL qui lui permet de retenir vos ennemis le temps pour vous de les ajuster d’une bonne bastos). Je finit par dire que Fallout 4 vous prend par la main, sans vous forcé, du moins lors de ses deux ou 3 premières heures, histoire de vous (re)mettre dans le bain et vous invite dans son monde pour ne plus vous lâcher de sitôt. Une fois que vous êtes dans les Terres Désolées, vous aurez du mal à en ressortir. Plusieurs fois, en terminant une mission, je me suis dit que c’était la dernière mais je rempilait aussitôt, en quête de ce bâtiment au loin à explorer, de cette mission à faire. Clairement, Fallout 4 réussit le tour de force de me plonger dans son monde, et il peut être fier de cette prouesse …

Tu as une belle peau, vieille goule que tu est !

Fallout 4_20151112222424
Magnolia, la fameuse chanteuse sous laquelle s’est glissée la magnifique Lynda Carter

D’un point de vue graphique, Fallout 4 n’est clairement pas le plus beau jeu a être sorti en 2015, c’est même le jeu le plus moche, du moins sur PS4 (la version commerciale, achetée par mes soins, ici testée). Mais je vais vous re-cadrer tout ça, car je n’admet à aucun moment le torrent de boue que je peut lire ici ou là. Durant toutes mes heures passées dessus, j’ai hélas été confronté à des chutes de framerate ainsi qu’un freeze. Tout ceci intervient dans la zone ou se situe GoodNeighbor, dans cette fameuse zone, immense, se trouvent une multitude de bâtiments à aller explorer. Ca n’excuse en rien, j’en suis bien conscient, mais tout ceci doit énormément jouer, c’est indéniable. Mais Fallout 4 reste quand même plus stable que la majorité des open worlds sorti durant l’année 2015 ainsi que Fallout 3 qui lui était vraiment instable, techniquement parlant (je vous rappelle avoir passé plus de 400 heures sur F3, ce qui n’est pas rien, vous en conviendrez). D’ailleurs, si Bethesda a décidé de sacrifier un peu le côté « je t’en fout plein les yeux, tu verra c’est trop bien », il se rattrape sur les quêtes à foison, des événements aléatoires ainsi que des éléments à manipuler comme des ciseaux, des plateaux à repas et plein d’autres choses servant pour le craft des habitations/armures et armes.

Fallout 4_20151109175958

Ce qui donne à l’ensemble l’illusion que vous évoluez dans un monde « vivant ». Vous pouvez tout ramasser ou presque, ce qui offre l’opportunité au joueur d’avoir une certaine incidence sur ce monde en ruine. Au niveau de la map, elle se montre assez grande, du fait que vous vous déplacez essentiellement à pied (je vous conseille de rester tout le temps sur vos gardes, c’est pas du tout une promenade de santé), et du fait aussi que vous avez vraiment beaucoup de bâtiments à aller explorer. Mais pas d’inquiétude à avoir, le déplacement rapide est toujours de la partie, pour peu que vous ne soyez pas encombré et que vous ayez au préalable déjà trouvé votre destination. En ce qui concerne les visages des gens que vous rencontrerez, ils sont pour la plupart assez bien modélisé, et je n’ai pas encore trouvé un PNJ qui n’ait un ou 14 mille jumeaux sur la map. Bon par contre, les expressions restent encore un peu mou du genou dans le sens ou j’ai souvent eu du mal a « lire » une expression sur le visage de mes interlocuteurs. Pour la première fois de la série, votre personnage se voit doué de la parole et c’est l’occasion d’assister à des dialogues plutôt bien fichu mais qui ne vont jamais assez loin. Les choix de réponses sont pour la plupart assez restreint dans le sens ou votre personnage reste dans ses carcans de gentil militaire ou femme au foyer. Sauf faire preuve de sarcasme, à aucun moment, je n’ai réellement pu faire mon salaud de service, ce qui est un peu problématique dans le sens ou le jeu prône une liberté totale …

Fallout 4_20151111214826
Un exemple de choix de dialogues, ici en jaune la probabilité de succès si je souhaite le persuader

D’ailleurs à ce titre, vous pouvez faire vos adieux au fameux karma qui vous permettait dans les anciens opus de vous faire aduler ou détester dans une ville puisque cette option s’est fait irradier au point de disparaitre. Mis à part le présentateur radio de Diamond City qui fait des allusions ici ou la à vos exploits en tout genre (les plus importants et prévu par Bethesda, ne vous imaginez pas que vos flatulences printanières seront évoquées par le DJ), votre personnage est de base très très gentil et très très sociable … Ce qui transforme un peu Fallout 4 en un jeu lisse, sans aucune autre forme de construction de la personnalité de votre personnage, mis à part bien sûr d’être le gentil tout doux, tout beau, solitaire du Commonwealth … Et de ce fait, Fallout 4 n’est plus aussi incisif et critique comme l’a pu être les anciens (je me souviens que Fallout 3 était beaucoup plus cruel sur la situation par exemple …) Cela me conduit donc à me faire dire que votre héros ou héroïne est un des personnages centraux le plus simpliste que je n’ai jamais vu dans un JV. Autant le personnage de Fallout 3, ne parlant pas et donc était une coquille vide ou vous mettiez votre personnalité à l’intérieur, autant la du fait que votre personnage parle, sa personnalité est à moitié vide, ce qui est assez paradoxal … C’est rude je sais, mais lorsque vous vous retrouvez 200 ans après un apocalypse nucléaire, vous avez ce premier sentiment de paniquer, pas de se dire, explorons les environs ! Ou de demander comme un touriste perdu « euh c’est quoi une goule ? » (je ne sais pas comment je réagirais en condition mais si je vient à poser la fameuse question, je ne prend pas un air ahuri, je suis sérieux …).

Fallout 4_20151109184500

Au rayon de la personnalisation maintenant, vous pouvez pratiquement personnaliser comme vous le souhaitez votre héros avec une multitude d’habits que vous pouvez, un peu comme le système des armes, les upgradé via l’atelier des armures. Mais je suis déçu du fait que les armes n’apparaissent pas dans le dos de notre personnage une fois ceux ci rengainés, encore une légère déception … De plus, là ou le bât blesse un peu, c’est que j’ai remarqué que faire un héros/héroine « unique » est clairement impossible dans le sens ou le jeu vous oblige à penser à vous équiper des meilleurs vêtements et ceux ci sont assez restreint (après libre à vous de vous promenez à poil dans le Commonwealth, vous faites ce que vous voulez). Ce qui rend votre héros, en comparaison avec celui d’un autre joueur assez ressemblant au niveau vestimentaire … Du côté du son (la lumière, c’est déjà fait …), Fallout 4 vous impose une VF absolument horrible et carrément ridicule dans les premières heures (je pense au tout début et son fameux Nieuka Cola alors qu’on dit Nuka Cola, bref …) pour ensuite se laisser écouter du fait de votre habitude à l’entendre (de toute manière, pas le choix, c’est la VF ou change de jeu …), j’aurais aimer avoir le CHOIX de CHOISIR entre la vostfr et la vf … Un dernier point sur la bande son, que je trouve être l’un des gros point fort de Fallout 4 qui vous berce avec des musiques des années 50, à travers tout un tas de radios, avec même une guest-star exceptionnelle et cher à mon petit coeur, je nomme Lynda Carter, la fameuse Wonder Woman, qui joue ici le rôle de Magnolia, chanteuse dans une charmante ville que je vous laisserais trouver par vous même.

La conquête du Commonwealth

A l’instar de Fallout 3, Fallout 4 peut se jouer en TPS ou en FPS. La vue FPS a subi du changement puisque cette fois ci, on a vraiment l’impression de sentir le poids de l’arme que l’on utilise et même le recul. De plus, le système VATS est encore de la partie et vous permettra cette fois ci de ralentir le temps afin de viser une partie spécifique du corps de votre ennemi. Pas de réel changement spécifique et Fallout 4 reste accessible à tout un chacun sans vraiment forcer. Car si vous savez jouer à d’autres FPS, Fallout 4 se joue de la même manière, même si en difficile, il faut la jouer sérré … Il est intéressant de noter que l’IA ennemi tente des choses comme se mettre à couvert, essayer de vous contourner ou de vous déloger à grand renfort de grenade, de cocktail molotov et de vous lâcher les chiens (comme les grosses bêtes des Super Mutants ou les chiens des pillards). D’ailleurs, étant donné que les dégâts sont localisés, il m’arrive de tirer dans les jambes ou les bras, histoire de faire chier le truc en face … Je n’oublie pas cette « histoire » d’ennemis légendaire, plus fort qu’a l’accoutumé, qui vous permet de looter du matos dit légendaire, symbolisé avec une étoile à côté de son nom. Mais la fréquence de ces ennemis légendaire se régle avec la difficulté du jeu, plus vous augmentez la difficulté, plus vous aurez a vous battre contre des ennemis légendaire, à vous de voir en sommes toute … Ce qui donne lieu, parfois, à des moments absolument dantesque comme par exemple la fois ou je suis entré dans un Super Duper Mart et qu’une bande de goules (dont une légendaire) s’est pointée … Néanmoins, Fallout 4 a ce don de vous offrir des moments absolument spectaculaires alors qu’au départ, vous ne vouliez « que » explorer les environs.

Raconte moi une histoire, maman goule

Fallout 4_20151229194630

L’histoire principale de Fallout 4 est une histoire sommes toute assez classique et assez intéressante, qui se laisse suivre et qui se paye le luxe de nous faire nous attaché à notre propre personnage dans le sens ou on peut le comprendre et on peut donc prendre des décisions qui vont dans son sens ou non. Mais Fallout 4 se charge quand même de nous détourner assez facilement de son histoire principale pour nous faire vivre notre propre aventure dans le sens ou vous pouvez vous détournez sans problème de la trame scénaristique pour vous la faire en solo sans rencontrer aucune consigne vous obligeant a reprendre l’histoire coûte que coûte. En effet, je vit ma propre aventure dans les Terres Désolées du Boston de 2287. Entre venir en aide a telle faction pour des capsules et de l’expérience, monter ma propre colonie et mon QG, fouiller tel bâtiment en quête de bric à brac, de nettoyer tel lieux de ses occupants, le jeu vous permet de créer votre propre histoire, à grand renfort de quêtes procédurale qui se répéte encore et encore (à l’infini donc) qui font leur effet sur moi dans le sens ou la récompense et toujours là (exp, capsule, équipement, arme, etc etc). De plus, les quêtes annexes sont, je trouve, très bien écrite et certaines d’entre elles sont rudement bien foutue. Nul idée de vous spoiler mais je trouve que la partie optionnelle de Fallout 4 est mieux construite que sa partie principale. J’ai quand même un bémol sur les quêtes secondaires à émettre, dans le sens ou je trouve qu’elles ne sont pas si nombreuses que ça et si variées que je ne l’aurais pensé. Ca reste toujours à peu près la même chose dans le sens ou vous devez aller a tel endroit pour faire ça, vous devez tuer telle ou telle personnes et ca s’arrête là, ce qui est un peu dommage …

De l’expérience, jaillit alors une bête de guerre … Ou pas.

Fallout 4_20151111165439

J’aborde pour finir le côté expérience du jeu qui a subi un petit lifting par rapport a Fallout 3. Dans Fallout 3, le niveau de notre personnage était limité au niveau 30, puis le palier max était augmenté avec les extensions. Dans Fallout 4, il n’y a plus de palier fixe et vous pouvez monter de niveau sans être retenu par aucune limite. A chaque montée de niveau, outre le fait de voir votre barre de vie remise au max (sans compter par votre taux de rad qui squatte votre barre de vie …), vous obtenez un point de compétence a répartir dans le grand tableau des aptitudes réparties selon votre SPECIAL.

Fallout 4_20151110184938

Je ne vais pas tout vous déballer au niveau de ces compétences mais c’est a ce moment que la personnalisation de votre personnage peut en faire un héros unique. De l’aptitude à pouvoir looter plus de capsules, plus de munitions, a rendre plus utile Canigou ou pouvoir crocheter des serrures de rang maître, vous pouvez alors acquérir presque toute les compétences qui vous semblera utile afin de survivre dans le Commonwealth. Néanmoins, même au niveau presque 50, j’ai pas vraiment l’impression d’avoir transformé mon personnage en Rambo des Terres Désolées tant les compétences n’ont peu ou pas beaucoup d’incidence lors des combats. Mais si vous la jouer en infiltration, il se pourrait bien que tout un tas de compétences vous permettent de faire un beau carnage sans vous faire repérer … Enfin, le Pip-Boy, votre meilleur copain accroché a votre poignée gauche est encore de la partie et se permet de vous rendre la vie facile dès lors que vous prenez le temps de vous promener dans ses menus. De plus, une application sous Ios, Android et Windows Phone (enfin si je ne dit pas de bêtises) est du voyage pour jouer les seconds écrans. Honnêtement, l’appli, très bien calibrée et répondant parfaitement, ne m’aura servi que deux fois. L’expérience du second écran dans Fallout 4 est plus gênante qu’utile en fin de compte.

Verdict

Fallout 4_20151109164705
Oh oui darling, donne moi ton verdict, je n’attend que ça ❤

Fallout 4 m’immerge encore et toujours dans son univers Post-Apo en toute sérénité a chacune de mes parties et j’en redemande encore, même passé la barre symbolique des 100 heures. Avec une trame principale qui fait le job sans vraiment se réinventé non plus, ainsi que ses quêtes secondaires, ses factions, sa toute nouvelle partie craft, vraiment bien pensée, Fallout 4 ne me déçoit pas du tout, malgré la disparition du karma et qu’il soit pensé pour les nouveaux joueurs dans ses premières heures. Un des seuls rares JV que j’ai attendu en 2015 et qui ne m’a absolument pas déçu. Incroyablement long, addictif et franchement magnifique, Fallout 4 m’a étonné dès le départ et m’étonne encore au bout de 100 heures à démonter du pillards, du super mutants, de la goule, ainsi que me construire mon propre QG avec Canigou ou Piper à mes côtés …  Je finirais par dire que j’ai vraiment hâte de découvrir ce que Bethesda concoctera en ce qui concerne les extensions qui ont intèrêt a m’offrir plus de variété dans les quêtes secondaires que le jeu de base …

Fallout 4_20151112212740

Les + :

  • Une durée de vie colossale pour ne pas dire pratiquement infinie
  • Une bande son qui sent bon la radioactivité et puis le titre GoodNeighbor de Lynda Carter ❤
  • Des graphismes vraiment magnifique par moment
  • La direction artistique et cradingue, j’a-dore 😀
  • Canigou et Piper, que je trouve juste badass a souhait
  • Enfin des dialogues doublés !
  • Le craft de maisons, d’armes et armures, qui devient une vraie drogue une fois le concept compris et assimilé
  • L’exploration, qui offre toujours ses moments de découvertes et de surprises
  • Les orages radioactifs, ca le fait à fond !
  • Les Armures Assistées qui ont changées …

Fallout 4_20151109161516

Les – :

  • … Mais c’est devenu un peu chiant par rapport a Fallout 3 (où on pouvait en faire des « habits » de tout les jours)
  • Peu de variété dans les missions secondaires
  • La disparition du karma
  • L’idiotie du personnage principal
  • Pas de présentoir mannequin pour les habillés et faire une sorte de musée
  • J’aurais aimer avoir le CHOIX de CHOISIR entre la VF et la VOSTFR …
  • Du mieux dans la technique par rapport à Fallout 3, mais on pouvait s’attendre à un truc nickel chrome, surtout au vu de la gueule des graphismes …

Fallout 4_20151110224742

Son appréciation :

Excellent !

 Le Season Pass de Fallout 4

Vous retrouverez ici, un par un, chaque dlc ou extension qui sortira dans le cadre du Season Pass du jeu.

Le DLC Automatron

Fallout 4 Automatron.jpg

Sorti le 22 mars et ouvrant le bal de la saison des contenu additionnel du jeu, le dlc Automatron est une fait une petite histoire qui raconte donc votre affrontement envers le Mécaniste et ses légions de tas de ferrailles en assistant un autre tas de ferraille au doux nom de ADA (même si au final, c’est Ada qui vous assiste en fait). Au programme donc : de la baston, de la baston et encore plus de baston, mais aussi la possibilité de se créer ses propres robots en récupérant les morceaux sur ce qu’il reste des tas de boulons. J’étais parti avec un a priori négatif sur ce premier DLC et j’en ressort agréablement surpris. Le dlc est certes court (comptez 2-3 heures) mais son histoire est foutrement efficace. Mais ce que j’ai aimé, en dehors de sa fin surprenante et assez bien écrite, c’est la difficulté. Cela faisait longtemps que j’en avais pas autant bavé durant les combats, du fait que non seulement les robots ont très bien compris que rentrer dans le tas à quarante douze mille contre un était une stratégie comme une autre, mais aussi, ils sont foutrement coriaces les bougres ! Nom d’un sacre bleu ! Alors oui son prix un peu élevé (9.99€) peut vous rebuter mais si vous aimez un peu en baver et aussi construire des robots vous branche la prise dans le secteur, je ne peut que vous le conseiller, sinon passez votre chemin.

Un + :

  • Vous allez prendre cher, rudement cher même !

Un – :

  • Un contenu assez léger pour un prix un peu exorbitant (9.99€)

 

Le DLC Wasteland Workshop

Fallout 4 Wasteland Workshop.jpg

Sorti le 12 avril, au prix rachitique de 4.99€, « gratuit » pour les possesseurs du Season Pass, Wasteland Workshop vous offre du nouveau contenu afin de personnaliser encore plus votre ou vos colonies. Cela va du béton, pour changer un peu du bois et de l’acier, des nouvelles lampes, des néons, un nouveau générateur électrique, à une nouvelle pompe à eau pour les colonies dénuées de plan d’eau mais le plus gros du dlc, son « sel », c’est bien tout ce qu’il faut afin de créer des arènes de combat avec des écorcheurs et par extension, tout les monstres du Commonwealth. De vous à moi, les arènes et les cages à capture m’en touchent une sans faire bouger l’autre, mais les possibilités amenées par le nouveau contenu de ce DLC de 49 MO (c’est pas des blagues, c’est vraiment le poids du DLC sur PS4), repousse la barre du potentiel infini déjà présent dans le jeu de base. Néanmoins, j’ai juste 1 bémol et demi sur le sujet de la construction : la taille maximale de votre ou vos colonies, du moins sur console. Je sais que sur PC, les joueurs ont la possibilité de la supprimer mais les joueurs consoles, eux, sont obligé de faire gaffe à cette foutue barre de **** de **** à la **** qui ****. Ahem. Alors quand je vous sort que les possibilités n’ont que la seule limite que celle de votre imagination, c’est vrai mais pas vraiment en fait … Autre bémol, qui lui découle de ce DLC, c’est l’absence de mannequin de présentation pour habit. Cette feature est absente du DLC et c’est pour moi le gros point négatif. Bref, si vous surkiffez le mode construction, le DLC Wasteland Workshop vous plaira. Sinon, patientez le mois prochain pour le « vrai » 1er DLC digne de ce nom, Far Harbor …

Cf3NIN8XIAEwwvB
Le QG avant …

Un plus :

  • Un énorme contenu pour le mode construction pour un petit prix

Les moins :

  • L’absence de mannequins de présentation
  • La limite de taille de votre ou vos colonies …
Fallout 4_20160413014102.jpg
Le QG maintenant

Bonus : la galerie complète de mon nouveau « chez moi »

L’extension Far Harbor

Fallout 4 Far Harbor

L’extension Far Harbor se voit offrir son propre article bien à lui (la veinarde) que vous pouvez retrouver à cette adresse : https://theaugmentedpost.wordpress.com/2016/05/25/laventure-far-harbor/ Bonne lecture à vous 😉

2 commentaires

  1. En voilà un de très bon test ! 🙂
    Pour ma part Fallout 4 est mon jeu de l’année mais également une de mes grosses déceptions. Je le trouve décevant quand il « essaye » d’être un Fallout, avec comme tu l’indiques la disparition pure et simple du karma, le côté trop lisse du personnage, ainsi que les choix de dialogues (je joue habituellement un personnage avec le charisme à fond, dans le cas F4 à part quelques dialogues qui changent rapportant seulement quelque caps et xp c’est très moyen).
    La grande force du jeu pour moi vient quand on crée sa propre histoire en parallèle, se balader dans les terres désolées, regarder le moindres paysages et en découvrir ses secrets… Pour moi c’est un jeu « carte postale », tout ce que l’on nous ne force pas à faire est génial.

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprend tout a fait pourquoi il te déçoit car je trouve abusé ce lissage et cette disparition du karma mais pour ma part le fait de se faire sa propre histoire et le cote carte postale je surkiffe en fait ^^

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s