Critique de Assassin’s Creed Syndicate

Après un épisode Unity désastreux techniquement et assez moyen scénaristiquement parlant, voila que Assassin’s Creed est de retour avec un opus sous titré Syndicate. Ubisoft Quebec, qui se voit propulser sur le devant de la scène, nous emmène dans le Londres de 1868. Retour en force de la série ou confirmation d’un naufrage ? Enfilez votre tenue et armez vous, on voit ça tout de suite.

Assassin's Creed® Syndicate_20151022200924

Avant d’attaquer la critique, sachez juste que les notes c’est du passé. Dites leur adieu car dorénavant, vous retrouverez juste une appréciation qui suit dans cet ordre :

-Très nul

-Nul

-Moyen

-Bon

-Très bon

-Excellent

-Chef d’oeuvre

Place à la critique maintenant !

Deux héros pour le prix d’un seul

Assassin's Creed® Syndicate_20151022220606

Dans ce nouveau Assassin’s Creed, qui avait pour mission (pour moi) de se faire pardonner de la catastrophe Unity, on n’y incarne pas un héros mais bel et bien deux. Jacob Frye et sa soeur jumelle Evie ont été élevés par leur père et ont rejoint le credo des assassins. D’ailleurs, au début du jeu, on prend en main le couple alors qu’ils ont déjà la vingtaine bien tassée et devenu des assassins. Jacob est un assassin qui ne réfléchit pas vraiment aux conséquences de ses actes et cherchera toujours à rentrer dans le tas. Clairement axé combat, le bougre dégage néanmoins un charisme fou grâce à ses lignes de textes faisant mouche à chaque fois. Quand à Evie, c’est clairement le cerveau du duo, d’ailleurs tout au long de l’aventure, elle réparera les grosses bêtises de son frère. Evie est axée vers l’infiltration. Néanmoins, les deux peuvent vous reprendre 4/5 voir plus d’ennemis au calme. Ces deux fringantes personnes sont introduite à travers deux séquences assez spectaculaire mais prenant trop de place. Consacré deux séquences (chapitres) sur 9 que compte le jeu, pour introduire le duo, c’est je trouve, un gâchis, mais soit. Enfin, je trouve Jacob et Evie ultra badass, grâce notamment à des dialogues assez amusant et taquin voir même sans pitié l’un envers l’autre, et on finit par s’attacher a ce couple de frère et soeur assassins.

Une histoire classique qui fait dans l’efficacité

Assassin's Creed® Syndicate_20151023001558

Dans le Londres de 1868, les Templiers maitrisent carrément la ville. Dirigé par un certain Crawford Starrick qui joue parfaitement le rôle du méchant templier pas gentil monsieur à moustache, ce dernier à a sa botte ses fidèles lieutenants tenant tous un pan de la société. Ce sera donc à vous de faire le ménage. Jacob et Evie qui ont clairement le même objectif, se sépareront pour mener a bien leur plan respectif. Jacob se constituera un gang, au doux nom de Rooks, pour se la jouer Gang Of New York, d’ailleurs ces derniers servant à rien, Jacob peut très bien faire le travail tout seul … Quand à la belle Evie, elle partira à la recherche d’un Fragment d’Eden. Outre une histoire intéressante, qui se laisse suivre et dont les missions ne sont a aucun moment répétitif, à l’instar des missions d’assassinat de fin de séquence, rappelant celles de ACUnity ou de Hitman, avec la possibilité de choisir son approche afin de tuer notre cible comme bon nous semble, Assassin’s Creed Syndicate reste un blockbuster au demeurant. Ce qui signifie que le sujet de la pauvreté, des conditions de vies des pauvres travailleurs est survolé pour ne pas dire vite expédié. Ok on voit des enfants au travail, on voit aussi la différence de train de vie entre les différents quartiers mais ca s’arrête là. Même si a un moment du scénario, on a deux personnages qui évoquent le sujet de l’oppression du peuple et la différence entre les riches et les pauvres mais c’est finalement vite expédié et c’est bien dommage … Mais finalement, j’ai quand même trouvé que le scénario reste plaisant à suivre. Seule une mission, le dlc du train fou était d’une nullité affligeante. De plus, le présent est de retour. De retour mais définitivement et irrémédiablement mort. Vous vous incarnez toujours vous même et vous suivez Shawn et Rebecca lancés à la poursuite du même fragment d’Eden qu’Evie. Je suis de ceux ayant adoré le présent dans les précédents AC, clairement le truc le plus important dans la saga, mais il est clair qu’a la demande des américains, qui je vous le dit sincérement, ont les pires gouts de chiottes sur cette planète, Ubisoft aura décidé de tuer le présent. Bref, si c’est pour nous offrir des cinématiques chorégraphiées et chiante à mourir, qu’on les enlève, ca ira plus vite.

Un gameplay assassin ou assassiné ?

Assassin's Creed® Syndicate_20151026215120

Cette année, le gameplay est une sorte de mix entre celui des Batman Arkham et de Mad Max. Une touche pour attaquer, une autre pour attraper et deux pour esquiver (corps à corps et esquive des balles comme dans Matrix) Sur le papier, on se dit que ca sent bon le copiage mais une fois manette en main, cela donne un truc ultra spectaculaire car ultra jouissif. De plus, en mettant pour quasi mort vos ennemis, vous déclencherez une cinématique ultra violente et plutôt bien foutue qui verra votre héros ou héroine reprendre jusqu’a 4 gus en même temps. Par contre l’IA des ennemis vous demanderont pas vraiment d’effort car étant conne comme un pot de fleur (et encore), le jeu reste assez simple, que ce soit dans les combats ou en infiltration qui voit le retour du sifflement. Au rang des « nouveautés » de cet opus, nous retrouvons le fameux grappin. Au départ, on se dit que ca n’a rien a foutre dans la saga, puis a un moment, psychologiquement, ce dernier deviendra votre best friend for ever. D’un point de vue totalement personnel, le grappin couplé au gameplay ascendant/descendant, lequel a été amélioré, est juste redoutable pour bien se déplacer de toits en toits. De plus, je n’ai rencontré aucun souci pour entrer par les fenêtres.

Un syndicat d’activité optionnelle

Assassin's Creed® Syndicate_20151023184219

Outre les missions du scénario qui vous obligeront tantôt à jouer avec Jacob ou avec Evie (vous pouvez néanmoins interchangé via un bouton dans le menu pour vous promener librement), ACSyndicate vous offrira une multitude de quêtes annexes pouvant être accomplies avec l’un ou l’autre. Comme par exemple de libérer Londres quartier par quartier en démontant du templier par paquet de 12 pour vous emparer de la ville petit à petit. Ensuite, pour gagner la confiance de vos alliés, vous pourrez voler des chariots, vous livrez a des courses de calèches (qui se manie comme des voitures classique en fait, il n’est pas nécessaire d’avoir votre permis, ca se conduit  à l’aise Blaise, ca fait même des dérapages de fou sa race wesh batard), de participer a des combats dans des fights club ou d’enlever des gredins pour les remettre aux autorités. A noter que les missions les plus intéressantes vous sont confiés par le fameux Dickens. Pour finir, parlons des fameuses missions Dreadful machin truc, exclusivité temporaire sur PS4. Reprenant le même système d’enquête que lors des missions présentes dans Unity, elles sont, je trouve, simplistes et limite inutile. A notez quand même que la map est assez bien remplie et vous ne vous ennuierez pas un seul instant !

Une pinte de RPG pour l’assassin du fond

Assassin's Creed® Syndicate_20151028220913

A chaque action que vous ferez, vous obtiendrez de l’expérience. A chaque palier franchi, vous gagnez un point de compétence. Dès lors que vous dépenserez un certain nombre de points de compétence, vous gagnerez un niveau jusqu’a un total du level 10. Les quartiers ainsi que les ennemis ayant eux aussi leur propre niveau, il convient alors de surveiller cette donnée (je peut vous dire que la différence de niveau se fait ressentir, surtout à 1 contre 4 ou cinq ennemis). De plus, votre niveau vous permettra de vous offrir du matos lui aussi d’un certain niveau. A noter aussi que Jacob et Evie obtiennent tout les deux les points de compétences et se partagent le même arbre de compétences a 3 compétences près réservées à l’un ou l’autre (combat pour Jacob, infiltration pour Evie) et que les Rooks ainsi que le système financier est à upgrader avec de l’argent.

Assassin's Creed® Syndicate_20151028220940

Des graphismes magnifique pour une technique attendue au tournant de la petite ruelle sombre

Assassin's Creed® Syndicate_20151029191953
Oh mais que vois je ? C’est un bug ou pas la bas ?

L’année dernière, AC Unity a été un véritable cauchemar à jouer, jamais un JV ne m’avait autant créer de problèmes et c’était avec une énorme appréhension que j’ai foutu la galette de Syndicate dans l’appareil. Résultat, outre quelques « bug » de pnj sur les tables ou les chaises, seul un retour a l’écran d’accueil en 40 heures de jeu est a signalé. Mieux, je trouve que AC Syndicate a été l’un des AAA le plus propre au day one cette année (avec Batman Arkham Knight sur PS4) et rien que pour ça, j’applaudis bien fort Ubisoft Quebéc, bravo les mecs, vraiment. Pour ce qui est des graphismes, Syndicate est magnifique, avec ses effets de lumière et cette ambiance qui m’a immergé dans le Londres tout simplement bluffant. Juste un bémol sur une VF pas si terrible que ça ainsi que la synchro labiale qui en découle. Néanmoins, le choix de mettre le jeu en VOSTFR est une très bonne idée !

Verdict

Assassin's Creed® Syndicate_20151022220430
Evie fais quelque chose, il va rendre son verdict !

Assassin’s Creed Syndicate aura réussi à me réconcilié avec la saga. Une histoire intéressante, un couple de héros badass à mort, avec un Londres de 1868 hallucinant d’immersion, je ne me suis pas du tout ennuyé durant les 40 heures de jeu. J’aurais aimé que les deux séquences du début soient regroupées en une seule et avoir un scénario un peu plus long … Je note aussi la séquence du bug Hélix, tout simplement exceptionnelle, ainsi que la nullité effarante des cinématiques du présent me laissant peu de doute sur son avenir, ce qui est pour moi un gâchis total. Assassin’s Creed Syndicate reste quand même un très bon jeu d’action aventure mais son identité s’éloigne de la saga Assassin’s Creed qui se meurt d’année en année …

Les plus :

  • Jacob et Evie, charismatiques et attachants
  • La bande son, magnifique
  • Le Londres de 1868, magnifique et vivant, effarant d’immersion
  • Le train, ce QG qui se promène sur la map
  • Le choix de pouvoir mettre le jeu entre la VF et la VOSTFR, exemple a suivre pour tout le monde …
  • Une technique quasi irréprochable
  • Un jeu 100 % solo

Les – :

  • Les cinématiques du présent, ce foutage de gueule …
  • Aucun fond quand au scénario, mis à part un ou deux personnages évoquant le sujet de l’oppression, ACSyndicate reste un blockbuster récitant sa leçon …
  • Les Dreadful missions, inintéressantes
  • Trop court
  • Trop facile
  • Il serait temps d’offrir une ou deux années sabbatique à Assassin’s Creed, messieurs de chez Ubisoft 😉

Son appréciation :

Très bon

Les screenshots et la critique ont été réalisés à partir d’une version PS4 commerciale.

L’extension Jack The Ripper

Assassin's Creed® Syndicate_20151218225652.jpg

Cette année, le programme du season pass nous propose donc une aventure mettant en scène le fameux tueur en série qui s’est illustré en 1888 dans le quartier pauvre de Whitechapel. Tout commence donc par 4 soirées intense de téléchargement d’un fichier pesant la bagatelle de près de 17 Go par la confrontation entre Jacob et ce fameux tueur en série emblématique devenu a travers les ages une des plus célébre légende urbaine qui soit (d’ailleurs, même encore maintenant, son mystère reste encore entier, puisque nous ne sommes pas prêt de découvrir qui il était).

Assassin's Creed® Syndicate_20151218224550

Le contexte est donc posé et ce dlc nous rappel que les évènements ont lieu 20 ans après la fin de ACSyndicate. Nos deux fringants assassins de l’époque ont à présent la quarantaine bien tassée, visible a leur visages vieillissants, vont alors devoir faire face à une sombre menace en la personne de Jack. Vous vous dîtes alors qu’on va encore devoir la jouer avec Jacob et Evie et bien en fait non. Par un twist scénaristique, vous ne jouerez qu’avec Evie la majeure partie de cette extension et le reste avec … Jack himself !

Assassin's Creed® Syndicate_20151218224903

Avant d’aborder la partie avec Evie, classique et répétitive, je tenais à vous parler des trop rare phases avec ce fameux Jack. D’ailleurs, trois mots me viennent à la bouche pour vous décrire ce personnage sans vous spoilé (tradition de mes critiques oblige) : très violent, sadique et complètement fou. Alors certes ses phases à lui ne sont que pretexte a la violence pure et simple mais faire une extension autour d’un personnage qui ne se joue que quelques minutes est assez dommage en fait.

J’aborde maintenant le gros de cette extension, la partie avec Evie.

Assassin's Creed® Syndicate_20151218225749
Evie peut se targué d’assumer le poids des âges avec ses 40 ans bien tassées …

Vous jouerez donc Evie pendant quasiment 75% de cette extension, mis à part les missions du scénario qui vous demanderont de récolté des indices sur les scènes de crimes (comme les Dreadfuls crimes mais en étant plus ou moins guidé) et les séquences d’assassinats dans des lieux inédits et magnifiques, vous aurez des missions annexes qui reprennent un peu la même chose que les missions annexe du jeu de base. Rien de fou fou mais ca fait le taf. Au rayon des nouveautés, vous aurez 6 nouvelles compétences a débloquer grâce au points d’expérience (même si vous êtes lvl 10, vous aurez vos points d’exp, rassurez vous), de nouvelles armes (d’ailleurs l’arme d’Evie vous est imposé et vous jouerez donc exclusivement au poing américain, c’est étrange je sais), de nouveaux gantelets d’assassins et cie. A noter que l’extension est « déconnectée » du jeu et donc vous ne pourrez pas reprendre votre équipement dans Syndicate et vice versa. Néanmoins, deux nouveaux joujoux se joignent a la fête : la bombe phobique et les pieu. La bombe vous permet de faire se chier dessus aux méchants pas gentils d’en face et le pieu vous sert à clouer au sol les méchants pas beaux une fois en combat afin, la aussi, d’effrayer vos adversaires.

Assassin's Creed® Syndicate_20151219192120

Graphiquement parlant, ca reste toujours aussi beau malgré le fait que ca se passe en hiver et que l’ambiance soit plus froide, plus « sombre » ce qui contribue au dépaysement. Vous avez toujours la carte ouverte mais l’essentiel de l’action se passe dans le quartier de Whitechapel et la City. Un petit point que j’ai bien aimer, c’est de voir Evie respiré, comme pour témoigner du froid du Londres de 1888. Pour finir, j’ai un (moyen) coup de gueule à passer au niveau de la technique. Lors des déplacements en calèche, a grande vitesse, des micro freezes intempestifs venaient se joindre a la fiesta. Mais je ne vous parle pas d’un micro freeze toute les 5 minutes, non, mais bien de plusieurs durant la minute. De plus, je note une approximation lors des déplacements sur les murs durant la grimpette. Bref, cette extension retombe un peu dans les travers que la saga se traine …

Le verdict de cette extension

Assassin's Creed® Syndicate_20151219233644

J’en attendais beaucoup, j’en ressort plus ou moins mitigé. Ok cette extension Jack The Ripper est au dessus de l’extension The Dead Kings de ACUnity mais dans un certain sens, c’est pas non plus la fête de la saucisse. Ca m’a occupé une soirée entière et puis je peut passer à autre chose. Néanmoins, basé une extension sur ce fameux Jack l’éventreur pour au final ne le jouer qu’a de très court moment, c’est assez paradoxal dans le sens ou je m’en cogne légèrement de Evie. Je voulais incarner Jack et je n’ai pas eu ce que je voulais (Je vous rappelle que la tête d’affiche de cette extension c’est Jack, pas Evie …) donc encore une fois, je ronge mon frein … Je finis par dire que cette extension reste quand même bien plaisante, avec une histoire vraiment intéressante et vraiment (mais vraiment) bien écrite malgré cette avalanche de micro freeze une fois la calèche lancée a grande vitesse …

Assassin's Creed® Syndicate_20151219200557.jpg

Les plus :

  • Une histoire qui se passe 20 ans après et qui du coup permet aux joueurs de découvrir ce qui se passe durant une vingtaine d’années
  • L’histoire de cette extension, bien écrite
  • Le personnage de Jack l’éventreur, ultra badass (la vf contribue même à rendre le personnage vraiment inquiétant !)
  • Les lieux inédits que l’on visite au cours des missions du scénario
  • L’ambiance qui s’échappe de cette extension

Les moins :

  • 17 go pour ça, vous êtes sérieux Ubisoft ?
  • Les micro freezes intempestifs lors des promenades à grande vitesse en calèches …
  • 75% de l’extension a jouer Evie, c’est limite, lorsque dans le même temps les séquences avec Jack sont ultra rare (moins de 5 séquences sans spoilés, je déconne pas)
  • Trop court et bien trop répétitif.
  • Un final bien trop prévisible …

Le verdict : Moyen sans plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s