Critique de Batman Arkham Knight sur PS4

Débutée en 2009 avec Batman Arkham Asylum puis deux ans plus tard avec Batman Arkham City, voila que Rocksteady clôt la trilogie avec Batman Arkham Knight. Après un opus Origins, plus cahier des charges qu’autre chose, développé par Warner Montréal, les fans étaient en droit d’espérer un dernier opus exceptionnel. Est-ce le cas ? Enfilez votre Bat-suit, préparez votre cape, nous allons voir ça tout de suite.

batman_akExceptionnellement, cette critique comportera deux spoils : en effet, je devrais vous parler de la fin de Batman Arkham City et d’un certain ennemi présent dans Batman Arkham Origins.

Une nuit en enfer

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150623120256

9 mois ont passés depuis les événements racontés dans Batman Arkham City qui auront conduit malheureusement à la mort du Joker, le fameux ennemi le plus emblématique de notre cher justicier. Alors que nous aurions pu craindre une lutte des pouvoirs, Gotham à pu profiter d’une baisse de la criminalité. Jusqu’a cette fameuse nuit d’Halloween ou l’Epouvantail, présumé mort sous les crocs de Killer Croc dans Batman Arkham Asylum ne soit de retour et déchaine alors une nouvelle toxine instaurant une immense peur chez le quidam la respirant. La population de Gotham est alors évacuée (certainement une pirouette scénaristique de la part de Rocksteady histoire de ne pas devoir gérer des choses en plus) et Batman est appelé à la rescousse.

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150623120936

C’est alors qu’un mystérieux ennemi, appelé l’Arkham Knight (ou chevalier d’Arkham en VF) fasse son apparition. Il endossera alors le rôle d’ennemi le plus sérieux que Batman devra affronter. Est-ce que Batman pourra sauvé une ultime fois Gotham du chaos ? Qui est ce mystérieux Arkham Knight qui connait si bien notre héros adoré ? Ce genre de questions, nous nous les poserons tout du long d’un scénario beaucoup plus travaillé que Batman Arkham City. Un scénario plus dantesque, plus maitrisé, aux nombreux rebondissements et donc plus spectaculaire et surtout moins chaotique dans le sens ou nous ne sommes plus perdu devant la situation qui se déroule sous nos yeux. Rocksteady a par ailleurs décidé que pour son grand final, toutes les questions que nous nous posions (ou pas) devaient trouver une réponse.

Quand la guerre est déclarée, forcément la nuit sera longue …

batman-ps4-05Outre un Epouvantail au top de sa forme et qui prend le rôle de grand méchant de cet ultime volet et qui s’est permis d’engager carrément une armée histoire de foutre un putain de beau bordel, attardons nous quelques lignes sur le fameux Arkham Knight. Mercenaire ayant une armée sous son commandement, le bougre n’a qu’un objectif, celui de vouloir la mort de Batman, coute que coute. Dès sa première rencontre et au travers des dialogues, on a l’impression de le connaitre tant il nous est familier … Si vous lisez assidument les comics, vous découvrirez qui il est assez tôt, quand à moi, qui ne lit pas pas assez de comics mais qui suit bien renseigné, j’ai trouvé assez tardivement l’identité du bougre et j’en ressort assez déçu … Néanmoins le lascar, qui est je vous le rappel, l’ennemi le plus sérieux jamais vu jusqu’a présent, se paye le luxe de débarquer avec son armée (une armada de gros joujou rappelant furieusement Armored Core) pour prendre le contrôle des rues de Gotham … C’est alors que Rocksteady Batman va sortir le va-tout ultime : la fameuse Batmobile.

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150623121622

La nouveauté de Batman Arkham City a été le fait qu’il devienne un open World, cette fois ci, c’est l’introduction, entre autres choses, de la batmobile. Son arrivée, a la fois spectaculaire et amenée un peu trop rapidement, aurait pu donner lieu à des phases pensées avec intelligence et distillée avec parcimonie … Au lieu de ça, elle devient quasiment obligatoire pour tout un tas de choses. Un ascenseur vous gène, hop la batmobile. L’homme mystère vous invite a des courses dans les égouts, hop batmobile. Que ce soit pour un oui ou un non, Rocksteady a commis la petite erreur d’avoir voulu rembourser son introduction en nous la mettant à quasiment toute les sauces. Mais je vous rassure, on passe plus de temps avec Batman qu’avec ce bijoux de technologie made in Wayne Enterprise. D’ailleurs, elle se conduit de façon assez simple mais comporte deux faiblesses : la vitesse et les sauts. Pour la question des sauts, vous avez toutes les chances de retomber en travers de la route assez souvent. Ce qui est assez casse bonbons quand vous pourchassez les membres de l’armée de l’Arkham Knight. Enfin, si vous avez le malheur de prendre vos virages à toute vitesse, vous perdrez votre adhérence et valdinguerez dans le décor. D’ailleurs, histoire d’affronter l’armée de l’autre gaillard, Batman a un argument de choc : sa batmobile se transforme en tank sur simple pression de la gâchette gauche à l’occasion de baston bien senties. Ca peut destabiliser car c’est tellement loin de l’identité du comics mais au bout de 3-4 « pièges », je trouve ces phases vraiment défoulante. Ca se bastonne entre tanks interposés, on est submergé par le nombre (entre 7/8 tanks ou plus contre 1) et on est content quand ca se finit. Bref, la batmobile est une bonne idée en soit mais qui peut vite vous emmerder si vous êtes réfractaire. Mais soyez rassurés, l’exploration dans Gotham en planant est toujours d’actualité et c’est l’occasion d’observer une ville en proie au chaos …

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150628223705

Une trilogie signifiant la fin d’un héros de légende ?

Si vous avez vu comme moi le trailer de lancement, avec en prime le morceau Mercy du groupe Anglais Muse, les mots du commissaire Gordon doivent encore résonner : « Voila comment c’est arrivé, voila comment Batman est mort ». Je peut vous dire que ce trailer n’est pas si innocent que ça, puisque tout du long du scénario, Batman souffrira aussi bien physiquement que psychologiquement. On se mettra alors a penser qu’a tout moment, on peut assister à la mort d’un Batman complétement dépassé par la situation et tentant tant bien que mal d’y arriver seul. Il pourrait demander à Robin et Nightwing de lui filer un coup de main mais non le bougre veut se débarrasser seul de la menace qui pèse sur sa ville … D’ailleurs, autre petite nouveauté de ce 3ème opus, les allié(e)s présent(e)s sont l’occasion de pouvoir mené certains combats en duo. Concrétement, c’est plutôt bien fichu et on peut enfin jouer avec Robin, Catwoman ou Nightwing l’instant de quelques secondes. Outre les combats un peu plus facile et un peu plus nerveux, les phases d’infiltration sont l’occasion de pouvoir se déplacer dans les conduits présent en hauteur pour se faufiler en vitesse dans le sol. De plus, certains gadgets comme le brouilleur (utile pour rendre HS les armes à feu) et le synthétiseur vocal (pour éloigner du groupe certains gugusses, histoire de s’en débarrasser tranquillement) font leur apparition afin, non pas, de réécrire une formule déjà bien maitrisée, mais bel et bien de proposer quelques nouveautés ici ou la pour ne pas donner l’impression d’un surplace comme à pu le faire Batman Arkham Origins en son temps. D’ailleurs, la nouveauté que je trouve vraiment sympathique étant le Fear Takedown. Lors des phases de prédateur, si vous arrivez à vous débarrasser d’un sbire en silence, vous débloquez une aptitude qui vous permet de vous débarrasser jusqu’a 5 méchants (il faudra bien évidemment l’upgrader), en toute vitesse, pour peu qu’ils soient proches les uns des autres. Il vous suffit alors d’appuyer sur carré quand vos ennemis sont en surbrillance doré pour vous occupés d’eux. C’est franchement utile et ca rajoute un poil de stratégie bienvenue.

Une nuit décidément bien chargée

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150624225045

L’épouvantail et son acolyte ne sont pas les seul à vouloir foutre le bordel durant une nuit sous la pluie. En effet, la trame principale est accompagnée de plusieurs quêtes secondaires assez longues, intéressantes et elles aussi spectaculaires mais trop peu nombreuses. Outre le fait de sauver des pompiers, d’arrêter un marchand d’armes, de devoir stopper des braquages de banques, de reprendre le contrôle des rues de Gotham et devoir assouvir les milles et un caprice d’un Edward Nygma bien trop bavard, Rocksteady a décidé via une quête secondaire, de faire le lien avec un Batman Arkham Origins décrié par les fans. En effet, Firefly, aimant jouer avec le feu, surement en écoutant du Johnny Halliday, nous rappelle que Batman lui avait mis sa misère sur le fameux pont de Gotham, théatre d’un combat de boss dans l’opus développé par Warner Montréal. Alors, je sais pas vous mais ce clin d’oeil est assez amusant en fait. D’ailleurs les quêtes secondaires sont assez longues puisque elles sont construites de sorte que pour les achever, vous devrez répéter plusieurs fois le même objectif jusqu’a complétion de cette dernière. Une certaine façon de rendre les quêtes optionnelles plus longues sur la durée en excusant leur faible nombre … On finit sur les fameuses énigmes et trophées de l’homme Bavard Mystère. Outre sa quête qui lui est dédié, vous devrez élucider 243 énigmes histoire, non pas de remettre sa tannée au vilain au point d’interrogation, mais bien … Pour débloquer la vraie fin qui se dévoilera sous vos yeux a condition de faire le 100%. Je n’ai rien contre cette fausse bonne idée mais ayant déjà donné dans Asylum et City, je trouve que Rocksteady aurait frappé fort en supprimant cet aspect de la saga en mettant à la place plus de quêtes secondaires, avec pourquoi pas, plus de vilain connu ou pour le coup totalement inédit … Tout ceci vous occupera un sacré paquet d’heures, entre 25 et facilement 30 heures, pour peu que vous fassiez tout ça. Un mot enfin sur les points d’expériences qui sont toujours de la partie mais qui viennent avec une nouveauté puisqu’à chaque complétion d’un pourcentage d’une mission secondaire, vous obtenez en cadeau un point à réinvestir ou vous voulez dans l’arbre de compétences de Batman et de sa Batmobile. Rien ne change par rapport aux autres opus mis à part la disposition de cet arbre qui est fort jolie.

Graphiquement, musicalement et techniquement de haute volée

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150626195400

Graphiquement, Batman Arkham Knight est tout simplement magnifique, et Gotham City est tout simplement d’une beauté a tomber par terre. Certes ca se passe pendant la nuit et la pluie mais l’ambiance qui se dégage de Gotham en proie à la folie destructrice d’une bande de vilains pas gentils est tout simplement effarante. De plus, artistiquement parlant, Rocksteady rappelle une fois de plus le travail de Nolan sur sa trilogie Dark Knight en habillant Batman d’une armure high-tech et en lui donnant une batmobile évoquant le gros engin de la trilogie cinématographique. La bande son, quand à elle, se fait tantôt discrète, tantôt complice d’une situation explosive mais se révéle moins « percutante » que celle de Batman Arkham City. Au niveau technique, du moins sur PS4, même sans le patch day one, le jeu tournait parfaitement sans aucun bugs, ce qui est assez rare pour le souligner, surtout cette année qui aura vu 90% de jeux tout aussi bugués les uns que les autres.

Verdict

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150623152005

Batman Arkham Knight clôt en beauté une trilogie débutée en 2009. Spectaculaire, sombre et mené tambour battant, cet ultime volet des aventures vidéoludique de Batman par Rocksteady s’avère être un très bon jeu à défaut d’être aussi novateur qu’aura pu être en son temps Arkham Asylum. Améliorant par ci par la une recette déjà maitrisée, Batman Arkham Knight reste une excellente production pour les fans réalisée par des fans qui ont su glorifier et porté un genre de jeu action/aventure sur les super héros de fort belle manière. En espérant que Rocksteady décide de porter d’autres super héros sur nos consoles et PC un jour …

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150626215551

Les + :

  • Un scénario sombre et spectaculaire qui verra un Batman souffrir aussi bien physiquement que psychologiquement
  • Le personnage de l’Arkham Knight, inquiétant et assez badass
  • Une VF toujours de très bonne facture
  • Graphiquement et artistiquement magnifique
  • Les quêtes secondaires, assez bien fichues
  • Une magnifique Gotham City …

Les – :

  • … Mais qui manque de vie, j’aurais aimer avoir les civils
  • La conduite de la Batmobile dans les courses poursuites, c’est saoulant
  • Les 269 défi de l’homme Mystère pour débloquer la vraie fin, c’est sérieux ???
  • Un ultime volet qui se repose un peu trop sur des acquis déjà maitrisés
  • Une communication et une politique des DLC (le prix excessif du Season Pass, on en parle ?) merdique de la part de Warner Bros
  • Tu me manquera Batman …

La note : 4/5 Très bon

Les contenus Supplémentaires

Vous retrouverez ici la critique un par un de tout les contenus supplémentaires de Batman Arkham Knight. Ils seront donc rajoutés dès leur complétion, donc n’hésitez pas à revenir jeter un oeil !

Le DLC Harley Quinn

batman-arkham-knight-harley_quinn

Offert aux premiers acheteurs de l’édition day one, mais offert aux possesseur du season pass (allez comprendre le bordel) le DLC scénarisé de la belle Harley prend place juste avant Batman Arkham Knight. Très affectée par la disparition de son chéri d’amour, elle infiltrera le commissariat de Bludhaven afin d’accomplir une certaine mission. Je ne vous spoilerais pas mais sachez juste que le dlc est limite inutile. En effet, il se boucle en même pas 20 minutes et vous demandera d’alterner entre phases d’infiltration et de baston. Le seul point positif vient du fait qu’on incarne Harley et que cette dernière sent bon la classe folle. Voila voila.

Un plus :

Harley Quinn et les quelques dialogues présent

Un moins :

Un DLC qui sent bon le gros foutage de gueule

Le DLC Red Hood

redhoodarkhamknight

Offert aux acheteurs chez Micromania en France et Gamestop aux States mais offert à tous ceux achetant le season pass dès septembre si j’ai bien compris les choses, le DLC Red Hood vous fera incarner Red Hood qui se permet de buter les méchants et qui se privera pas de faire le ménage contre un vilain bien connu …

Le DLC Red Hood reste pareil que celui de Harley, alterne les phases d’infiltration et de combat pour 20-25 bonnes minutes. La encore, un DLC qui ne vaut que pour le personnage que nous incarnons.

Un plus :

Le fait d’incarner Red Hood

Un moins :

Pas de sang durant les meurtres et surtout un second foutage de gueule quand à la durée rachitique du truc

Le DLC Epouvantail

batman-arkham-knight-ennemis-gameplay-680x383

Outre le fait que pour l’instant il soit exclusif à Playstation, le dlc Epouvantail vous donne droit à 3-4 skin de Batman et aussi à … Ahem … 3 courses en batmobile. Hé ouais, c’est ça en fait le dlc. 3 misérables courses se terminant par un combat contre un épouvantail géant alors que le Gotham arbore une apparence chaotique. Ca rappelle furieusement les phases de Batman Arkham Asylum sauf que là vous êtes à bord de la batmobile. Etant donné qu’il s’agit de trois défis, vous pourrez essayés de gagner les trois étoiles synonyme de victoire en terminant le plus vite possible.

De vous à moi, on atteint le summum du foutage de gueule et encore je reste soft.

Le DLC Batgirl : En famille

Batman_Arkham_Knight_DLC_En_FamilleAu vu des deux DLC Harley Quinn et Red Hood et leur durée de vie plus que rachitique et quand bien même on m’avais prouver par A+B que je faisais fausse route, force est de constater qu’une fois n’est pas coutume, je n’avais pas tout à fait tort. Il m’a fallu 1 heure et 30 minutes pour boucler le 100% sur ce DLC coûtant la bagatelle de 6.99€. Autant dire que nous avons franchi la le point de non retour en terme de foutage de gueule olympique …

51969_gb_newsLe scénario

Se situant bien avant Batman Arkham Asylum, vous incarnez la sublime mais courageuse Barbara Gordon dans son costume de Batgirl ayant la mission de sauver coûte que coûte son père, le commissaire Gordon des prises du Joker et de la belle Harley Quinn qui revêt en plus son habit légendaire en rouge et noir, tu ira faire le trottoir. De plus, histoire d’en rajouter une couche, le Joker a non seulement décidé de se planquer sur une plateforme pétrolière reconverti en parc d’attraction aquatique mais en plus, le bougre a son stock d’otages et de bombes. Batgirl, aidée par le troisième Robin aka Tim Drake ira donc botter les fesses d’un joker en (petite) forme. Le scénario, qui aurait pu être un poil plus travaillé (on va pas non plus demandé la lune à un Warner Montréal qui ne sait toujours rien faire à part réciter sa leçon comme le bon petit soldat qu’il n’est) mais aussi un poil plus long et plus spectaculaire. Vous alternerez sauvetage d’otages, désamorçage de bombes, recherches des ballons et des dentiers à casser ainsi que des boîtes à musique sauce Harley. Puis vous arrivez à la fin (à noter qu’il y a une histoire secrète à trouver via des petits énigmes pas très compliquées à faire) avec un combat contre le duo et puis … C’est tout. Que dire de plus à part que c’est bien, car en effet c’est pas trop mal, mais il manque ce petit « quelque chose » qui aurait pu faire la différence …

Le gameplay et les graphismes

BATMAN™: ARKHAM KNIGHT_20150715161256

Graphiquement, c’est pareil que Batman Arkham Knight, donc toujours aussi magnifique (encore heureusement tiens …). Quand au gameplay, on aurait pu s’attendre à quelque chose de différent, vu que nous incarnons une femme et mis à part le fait qu’elle soit plus agile mais moins rapide dans ses coups, il n’en est rien en fait. La jolie Batgirl est capable de vous reprendre une flopée de 15-20 gars au calme sans se prendre le moindre coup. De plus, étant donné le fait qu’elle soit une pro de l’informatique, on aurait pu aussi s’attendre à des phases pensée dans ce sens … Encore une fois, bah c’est loupé. Mis à part le fait que vous pouvez utiliser le gadget de piratage depuis une gargouille pour attirer ou effrayer un sbire, et bien les compétences en informatique ne sont pas utilisées et c’est bien dommage. Les phases de prédateurs sont assez bien fichu mais la encore, vous ne craignez rien si vous maitrisez votre sujet.

Un plus :

  • Incarner Batgirl, c’est Trop-Top

Un moins :

  • La durée de ce truc DLC et son prix exorbitant au vu du temps réclamé à le finir …

Verdict :

Déjà je lui filerais pas de note, ca sert à rien. Sachez juste que pour 6.99€ si vous n’avez pas acheté le season pass, vous incarnerez la belle Batgirl pendant 1h30-2h à peu près. Warner Montréal à qui l’on doit le critiqué Batman Arkham Origins nous a pondu une fois de plus un produit formaté et trop classique dans le sens ou il est vraiment pas mal mais une fois plié, vous ne reviendrez pas nécessairement dessus. Dommage, Batgirl aurait méritée un meilleur traitement …

Le DLC Nightwing

GCPD Lockdown

Identique aux DLC Harley Quinn et Red Hood en terme de durée de vie, c’est à dire moins de trente minutes, cette très courte « campagne » dans la peau de Nightwing se situe après les évènements de Batman Arkham Knight. Ce brave Nightwing empêchera donc le Pingouin de s’évader du GCPD en moins de temps qu’il ne faut pour dire « Foutage de gueule ». Bref, au programme : une séquence de baston, d’infiltration et pour finir de baston et puis c’est tout. Si vous savez mener votre barque, ce dlc se plie donc très très vite et sans vraiment forcer. Bref, tout comme les deux DLC « épisode », ce DLC Nightwing est largement dispensable voir même inutile. On finit tout de même sur les graphismes et le gameplay, heureusement identique au jeu de base.

Un plus :

  • Error 404 Not Found

Un moins :

  • Un DLC une fois de plus inutile avec une durée de vie rachitique voir ridicule.

Le DLC La vengeance de Catwoman

Batman AK Catwoman

Toujours d’une durée de 30-45 minutes, l’épisode centré sur la belle et athlétique Catwoman ou Selina Kyle pour les intimes, situe le contexte juste après les évènements du jeu. Alors que l’homme mystère est en prison, la magnifique voleuse ira infiltré la base du Riddler pour y récupéré son dû. Au programme : de l’infiltration et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’action. Avec en prime, un homme mystère a mourir de rire. Ca vous occupera un peu moins d’une heure comme les autres épisodes.

Les + :

  • Pouvoir incarner Catwoman, rolala ❤
  • L’humour du Riddler

Un – :

  • La durée rachitique du truc

Le DLC Pile ou face

Batman-Arkham-Knight-Robin

Cette fois ci on incarne Robin qui doit laisser de côté sa lune de miel avec Barbara pour aller démonté ce brave Harvey Dent. De l’infiltration, une énigme qui vous cassera surement les couilles comme moi et enfin de l’action, voila ce que vous offrira cet épisode vous permettant d’incarner Robin. Avec en prime une fin qui m’a un peu fait peur sur un personnage et on a de quoi s’occuper durant 35-50 minutes à peu près.

Un + :

  • Les dialogues entre Robin, Barbara et enfin la scène finale

Un – :

  • Ca n’excuse toujours pas la durée rachitique du truc

Le dlc Season Of Infamy

Batman AK season of infamy.jpg

Ultime dlc solo d’un season pass qui aura tenu la longueur pour pas grand chose d’exceptionnel, Season of Infamy nous offre l’immense privilège de nous farcir quatre nouveaux vilains dans des missions Most Wanted, intégré dans le jeu de base via un sous menu.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20151223201322.jpg

Ces fameuses 4 nouvelles missions concernent donc les méchants du Chapelier fou, de Mister Freeze, de Killer Croc et enfin du fameux Ra’s Al Ghul. D’une durée de vie plutôt inégale, entre 50 minutes et 1h-1h10 à peu près, les missions qui consiste donc à les foutre en prison sont plus ou moins intéressante selon le méchant que vous vous farcirez.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20151223201314.jpg

D’un avis totalement personnel bien évidemment, la mission du chapelier fou, quoique très intéressante, est celle que j’ai aimer le moins, il est bien évidemment difficile de vous expliquer le pourquoi du comment sans spoil mais j’ai pris plus de plaisir sur celle de Mister Freeze, grâce à un twist scénaristique qui m’aura fait lâcher un Wow ! d’étonnement ainsi que la larmichette, synonyme de refuge dans le mouchoir prévu a cet effet au cas où.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20151223220323.jpg

On en vient alors à la mission qui concerne Killer Croc, la plus courte du lot mais qui se paye un combat de boss ultra spectaculaire (ouais vous faites pas d’idée non plus, c’est le seul du lot …) mais qui aura quand même nécessiter 3-4 aller-retour avant ça … Bref là encore, ca fait juste le job de vous occuper et on passe au suivant une fois la conclusion amenée.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20151223212237.jpg

Je finit donc sur la quête de Ra’s Al Ghul où la fin vous amène à un choix qui change donc la finalité de la mission. Par contre, je vous habitue a vous montrer des screenshots personnels mais ici, je ne vous en montrerais pas car ca vous spoilerais un peu voir beaucoup le truc … Bref, pour moi, et avec la mission de Mister Freeze, cette quête de Ra’s est celle qui est la mieux foutu, scénaristiquement parlant. Un dernier mot sur un protagoniste de la mission que j’ai trouvé encore plus foutu que son interprète de chair et d’os dans une fameuse série TV …

Je finit par une conclusion en vous disant que j’attendais impatiemment ce dlc Season Of Infamy et j’en ressort ni ébloui ni déçu, juste quelconque, voir « désapointé ». C’est peut être méchant, j’en ai conscience mais Season Of Infamy clôt le programme du pire Season Pass qui m’a été donné d’acheter. Je ne critique pas le prix mais bien le contenu. Je m’en tape totalement des entrainements en RA, des tenues pour les personnages et des courses en batmobile. Ce que je veut dans ce genre de JV, c’est bel et bien du contenu SCENARISTIQUE. Je suis donc désolé mais pour ma part, le pari est loin d’être gagné et je ne pense pas racheter day one de sitôt un SP édité par Warner Bros.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s